• Le jardin d'Eden - Hyde - T1 : chapitre 01

     

    Le jardin d'Eden - Hyde - T1 : chapitre 01

     

    Chapitre 1

     

    - Tu es sûre de pouvoir rentrer seule dans cet état ? Demanda Ava en retenant son amie qui faillit tomber face contre terre en loupant le trottoir

    - Pourquoi les trottoirs de ce pays sont-ils si hauts ?

    - Ils ne sont pas hauts. C’est toi qui es saoule, c’est tout…

    Ella se retourna brusquement, puis pointa son index devant le visage d’Ava tout en tanguant légèrement sur place.

    - C’est toi qui es bourrée, pas moi.

    Ava souffla pour la dixième fois de la soirée. Elle aurait dû s’en douter en acceptant d’accompagner son amie boire à la santé de son « ex-petit ami ».  À chaque fois, c’était la même chose. Elle vidait tout l’alcool du bar dans lequel elles avaient l’habitude de se retrouver puis finissait par déambuler en hurlant à pleins poumons que «les gars étaient des enfoirés de première ». Ava tendit la main pour arrêter un taxi qui venait dans leur direction.

    - Les gars sont des enfoirés ! Finit-elle par hurler à pleins poumons.

    Ava ouvrit la portière de la voiture, attrapa le bras de son amie puis la tira vers elle pour la faire rentrer de force dans le taxi. Une fois son amie installée sur le siège, elle donna l’adresse ainsi que l’argent au chauffeur et referma la portière en quatrième vitesse avant qu’Ella ne sorte pour poursuivre son « rituel de rupture ». Elle attrapa son portable et envoya un message à son amie : « je t’appelle demain, prends du jus de tomate, c’est bon pour la gueule de bois. HaHa ».

    Depuis quand était-elle devenue ainsi ? Depuis quand avait-elle arrêté de croire en les hommes ? Elle avait essayé de réconcilier son amie avec l’amour. Elle lui avait même présenté un homme parfait au plus haut point mais celle-ci l’avait jeté en moins d’une semaine sans donner de raison et avait menacé de la fouetter si elle recommençait à lui présenter d’autres gars…

    Ava soupira puis se mit en route pour rentrer dans son appartement. Elle traversa la rue, marcha pendant 5 minutes tout droit, puis tourna à l’intersection à gauche. Elle marcha tout droit jusqu’à se retrouver devant une petite ruelle sombre.

    - Tout va bien, tu prends cette ruelle tous les jours, murmura-t-elle pour se rassurer. 

    Elle prit une grande inspiration, agrippa la lance de son sac à main et se mit en route. Elle passa devant une poubelle, essaya d’enjamber des déchets éparpillés au sol et manqua de s’étaler de tout son long en marchant sur quelque chose de glissant.

    - Anchouli, dit celle-ci, qui avait pris le réflexe de dire ce mot à force de garder le fils de sa voisine.

    - Anchouli ?

    Ava sursauta en entendant une voix provenir derrière elle. Était-ce un détraqué ? Un sérial killer ? Allait-elle mourir ici, maintenant ? Elle se retourna doucement et regarda l’homme qui venait de parler. Celui-ci était grand, les cheveux courts châtain clair, les yeux verts foncés. Il portait un pantalon noir, un manteau en cuir et en dessous un t-shirt blanc sur lequel se trouvait un dessin d’Adam prenant Eve sauvagement près d’un arbre, à côté de l’arbre se trouvait une inscription « J’encule le Paradis ». 

    - Salut baby, dit celui-ci d’un sourire charmeur.

    Ava fit un pas à reculons et regarda autour d’elle. Y avait-il une sortie de secours ? Un moyen de s’enfuir ? Elle pouvait foncer droit dans le tas mais il était fort probable que ce type ne bouge pas d’un chouïa vu sa carrure d’athlète. Elle s’apprêta à faire demi-tour mais quelque chose ou plutôt quelqu’un attira son attention. Comment était-il arrivé là sans qu’elle ne l’entende ? C’était un homme grand, cheveux mi longs noirs, vêtu de noir, un long manteau avec un t-shirt moulant et un pantalon noir qui épousait parfaitement son corps. Celui-ci était en train de caresser un chien errant. Sûrement celui qui avait éparpillé tous ses déchets… Elle secoua la tête. Ce n’était pas le moment de penser à ce genre de chose. Elle allait sûrement se faire agresser d’un moment à l’autre et la seule chose qu’elle avait en tête c’était ces satanées ordures… L’homme qui lui avait adressé la parole contourna la jeune femme et se dirigea vers son collègue qui était toujours en train de caresser le chien.

    - Anchouli… Léo, tu connais ce mot toi ?

    L’homme accroupit se leva, se frotta les mains l’une contre l’autre avant de regarder dans la direction d’Ava. Était-il en train de la regarder ? Il la regardait droit dans les yeux mais pourtant elle avait l’impression qu’elle était transparente, qu’il regardait à travers elle…

    - Léo, je te parle, maugréa son collègue.

    La jeune femme optait le pour et le contre pour prendre ses jambes à son cou mais quelque chose l’empêcha de choisir le pour. Le regard de ce type…

    Léo fit un pas vers Ava puis un autre jusqu’à arriver devant elle. Elle retint son souffle en voyant la beauté de son visage. Celui-ci avait des traits fins, des yeux bridés noirs, de fins sourcils, un nez parfait et une bouche à la fois petite et pulpeuse…

    - Va-t-en, dit celui-ci froidement en détournant son regard.

    Ava ne se fit pas prier, elle contourna le jeune homme, passa devant l’autre type qui lui avait adressé la parole en premier et marcha le plus rapidement possible pour s’éloigner d’eux avant qu’ils ne changent d’avis. Elle s’apprêta à sortir de la ruelle lorsqu’elle percuta quelqu’un.

    - Je t’ai enfin trouvé Eve. Où devrais-je dire Ava, dit-il avec un large sourire.

    Ava fit un pas à reculons. Qui était ce type et comment connaissait-il son prénom ? Était-ce un harceleur ? Ou… se pourrait-il qu’il soit avec ces deux types bizarres.

    - Adam, grogna une voix derrière elle.

    Ava se retourna et regarda l’homme qui lui avait dit de partir. Celui-ci se tenait à quelques pas d’eux, son visage rempli de haine.

    - Léo, comme on se retrouve.

    Léo fit un pas en avant, mais s’arrêta brusquement lorsque le dénommé Adam attrapa Ava par le bras et sortit un couteau de nulle part.

    - À ta place, je ne m’approcherai pas, sinon tu risquerais d’avoir le sang d’une autre innocente sur les mains, dit-il en appuyant le couteau contre la gorge d’Ava. Ne bouge pas ma princesse, tu risquerais de te blesser et je regretterai que ce ne soit pas moi qui le fasse.

    - Lâche cette fille. Elle n’a rien avoir avec ça, dit le collègue de Léo.

    - Oh, tu te trompes mon cher Cain. C’est la principale concernée je dirai même.

    - L’air terrien t’a grillé les neurones.

    Ava essaya de se dégager mais en vain, son « agresseur » avait une poigne phénoménale. Comment pouvait-il la tenir d’une seule main sans faire la moindre difficulté ?! La jeune femme sursauta en entendant un cri strident provenir au loin. Qu’est-ce que c’était ? Une autre femme était en train de se faire agresser ?

    - Je crains de devoir vous fausser compagnie, moi qui m’amusais si bien avec vous ! dit l’agresseur d’une voix nullement attristée par le fait de devoir partir. Mais n’ayez crainte, je vais vous laisser de quoi vous amuser.

    Il planta son couteau dans l’abdomen d’Ava puis balança la jeune femme dans les bras de Léo avant de disparaitre. Cain s’apprêta à suivre l’agresseur mais une décharge électrique l’envoya valser contre le mur.

    - Bordel de merde ! Cet enfoiré a mis une barrière pour qu’on ne puisse pas le suivre, grogna-t-il en se redressant. Je vais bien ! Merci de t’en préoccuper.

    Cain s’approcha de son coéquipier, s’accroupit et souleva le t-shirt de la jeune femme.

    - C’est profond… et elle se vide de son sang. On ne peut rien faire pour elle, mec. Laisse…

    Cain s’arrêta de parler en voyant son collègue s’entailler le bras et le placer sur la plaie d’Ava.

    - Qu’est-ce que tu fais ! Hurla-t-il. Arrête tes conneries !

    Cain se jeta sur son collègue, l’empoigna par le col et l’éloigna de la jeune femme.

    - Reprends-toi ! C’est une humaine !

    Léo détourna son regard de Cain et regarda la jeune femme qui se vidait de son sang. Celle-ci le regardait et contrairement aux humains qu’ils avaient vu mourir sous leurs yeux, elle n’affichait aucune crainte, aucune peur de la mort.

    - Cain… Chuchota Léo.

    - Pas question, répondit Cain en lâchant Léo. Je sais ce que tu vas dire et il en est hors de question.

    Léo se dirigea vers Ava, la souleva du sol et se mit à marcher.

    - Est-ce que tu écoutes ce que je te dis des fois ! Repose là ! Léo ! Léo ! beugla-t-il en voyant son collègue disparaitre dans l’angle de la ruelle. Espèce d’enfant gâté, maugréa-t-il en se lançant sur ses pas.

     

    Vingt minutes plus tard, les trois jeunes gens arrivèrent dans une immense demeure. Léo poussa la porte d’entrée avec le pied et se dirigea droit dans le salon dans lequel se trouvaient les autres occupants de la demeure.

    - Qu’est-ce qui s’est passé ? Demanda une jeune femme aux cheveux longs frisés d’une couleur bleu marine.

    Elle se leva du canapé et se dirigea vers les deux jeunes hommes.

    - Vous êtes blessés ?

    - La question à poser Abbygael, ce serait plutôt pourquoi vous avez amené une humaine ici ?

    Cain regarda l’homme qui se tenait assis quelques secondes plus tôt à côté d’Abbygael. Celui-ci avait les cheveux en rouge et était en train de jouer avec un couteau sur lequel se trouvait une tête de mort au bout du manche.

    - Marc, va me chercher ma malette.

    - Pas question.

    - Marc, répéta-t-elle en le fusillant du regard.

    - C’est une humaine !

    - Qui a dit que c’était pour soigner l’humaine ? Léo est blessé…

    - Il est blessé ? Répéta-t-il en se levant du canapé et en se précipitant vers le jeune homme. Qui t’a fait ça ?

    - C’est lui qui se l’est fait, maugréa Cain.

    - Pourquoi se serait-il fait… Ne me dit pas que…

    Abbygael tendit la main vers l’humaine et souleva le t-shirt de la jeune femme.

    - Qu’est-ce qui se passe ici ? dit une voix rauque à l’encadrement de la porte. 

    - Matt, tu es rentré ? dit Cain joyeusement.

    - Sahrie, je t’avais dit de surveiller Léonard, répondit Matt d’un air sévère.

    Le jeune homme fit un pas à reculons. S’il y avait bien une chose qu’il avait apprise en 100 ans, c’était de ne pas trop se frotter à leur chef lorsque celui-ci les appelait par leur nom d’archange.

    - Tu sais très bien que ce gosse n’en fait qu’à sa tête ! J’ai l’impression de parler dans le vent à chaque fois que je m’adresse à lui, maugréa Cain.

    - Léo, tu as quelque chose à dire ? poursuivit Matt en ignorant les remarques de Cain.

    - Sauve-la, dit-il en mettant Ava dans les bras de Marc avant de disparaitre derrière la porte au fond du salon.

     

    Le lendemain matin, Matt ordonna un rassemblement dans le salon, c’est donc sans grande surprise qu’il les trouva éparpillés dans la pièce lorsqu’il franchit la porte d’entrée. Cain dormait sur le canapé en serrant un coussin entre ses bras. Sunny quant à lui, venait d’entrer dans le salon accompagné d’Abbygael. Léo se trouvait près de la fenêtre et subissait l’interrogatoire de Marc.

    - Réponds-moi ! Pourquoi t’as fait ça ?

    - Bien tout le monde est là ? demanda Matt en donnant un coup de pied dans le canapé pour réveiller Cain. Comme vous avez pu le remarquer, Léo a ramené une humaine dans l’enceinte du manoir. J’ai donc demandé un rassemblement pour qu’on puisse discuter de ce qui va suivre, dit-il en s’asseyant dans le fauteuil. Abbygael, quel est l’état de l’humaine ?

    - Son état est stable…

    - Grâce à l’idiotie de Léo, maugréa Sunny. Si tu prévois de faire d’autres débilités de ce genre préviens-moi à l’avance. Comme ça, je veillerai à ne pas rentrer au manoir.

    Léo qui était en train de jouer avec un coupe papier le lança en direction de Sunny qui l’attrapa sans le moindre problème.

    - C’est pas fini oui, souffla Matt désespéré par leur comportement.

    - Comme je disais, son état est stable, poursuivit Abbygael comme si la petite altercation qui venait de se passer était tout à fait anodin. Sa plaie est quasiment refermée. Je pense que c’est d’ailleurs grâce au sang de Léo. Maintenant ce qui reste à savoir c’est quels sont les effets secondaires qu’il pourrait-y avoir…

    - Les effets secondaires ? répéta Sunny.

    - C’est une humaine qui a reçu le sang d’un ange déchu, expliqua Matt. Il y aura forcément des conséquences.

    - Quels genres ?

    - Il y a des risques qu’elle plonge dans la folie. Qu’elle meure lentement dans d’atroces souffrances. Ou même, se change en démon, acheva Abbygael.

    - Ce sont juste des légendes, détendez-vous un peu, dit Cain en baillant.

    Matt tendit ses mains pour enlever les pieds de Cain de dessus la table basse.

    - On s’en fout des conséquences, maugréa Marc. Quand est-ce que vous comptez la renvoyer chez elle ?

    - Pourquoi tu veux déjà la renvoyer chez elle ? T’es jaloux que ton jouet ait sauvé cette humaine ?

    Marc se jeta sur Cain et l’assomma de coup de poing.

    - C’est reparti… soupira Abbygael.

    Cain para le coup, et donna un coup de boule à Marc qui fit un pas à reculons sous la force de l’impact. Il porta sa main à son nez et rugit de colère en voyant du sang sur sa main.

    - Espèce de…

    - Elle restera ici, murmura Léo.

    Marc qui était sur le poing de donner un autre coup de poing à Cain, stoppa son geste à quelques centimètres du visage du jeune homme.

    - Quoi ? demanda-t-il surpris que Léo ait parlé.

    Léo s’éloigna de la fenêtre et alla se placer devant Matt.

    - Elle doit rester ici.

    Matt croisa ses bras sur son thorax et regarda Léo sans rien dire. C’était bien la première fois que le jeune homme parlait lors des réunions ou qu’il donnait son opinion…

    - C’est une humaine ! S’énerva Marc.

    - Il ne l’a pas choisie au hasard.

    - Léo a raison, poursuivit Cain. Adam l’a appelé par son prénom…

    - Cette fille… Adam la veut.

    - Tu comptes te servir de cette humaine pour mettre la main sur Adam ? Questionna Matt

    - Et attraper ses sbires, ajouta-t-il.

    - S’il la veut alors pourquoi il l’a poignardé ? Questionna Sunny.

    Cain se leva du canapé et s’étira avant de répondre au plus jeune du groupe.

    - Ce taré doit la considérer simplement comme son jouet et a décidé de la torturer avant de la tuer.

    Matt qui n’avait pas quitté des yeux Léo eut un rictus en voyant l’attitude du jeune homme face à la discussion de Sunny et Cain. Léo serrait les poings et regardait droit devant lui comme s’il était indifférent mais une chose le trahissait… Ses yeux.

    - L’humaine restera ici, finit-il par dire pour clore le sujet.

    - Je vote contre, dit Marc en levant la main.

    Sunny se leva du fauteuil et fit de même.

    - Moi aussi.

    - Depuis quand on est en démocratie ? Demanda froidement Matt.

    Il attendit qu’ils lui répondent mais aucun n’osa parler. Ils regardaient tous les deux leurs pieds.

    - Comme je le disais l’humaine restera ici. Léo, tu seras chargé d’elle.

    Léo eut un moment de panique et se mit à regarder Abbygael pour trouver du soutien mais en vain, celle-ci affichait un sourire espiègle sur son visage.

    - Tu resteras avec elle à compter de maintenant et s’il arrive quoi que ce soit, tu seras responsable. La réunion est terminée. Vous pouvez y aller.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :