• Premier et dernier amour - Takahiro : chapitre 02

    Chapitre 2

     

    - Je vais chercher la voiture.

    - Pourquoi est-ce que tu me fliques ? Ce n’est pas moi qui suis marié et qui ait balancé avoir une petite amie au grand jour.

    - Tu crois que je vais vous laisser tout seul après le coup que vous m’avez fait il y a 4 mois ? Votre petite vidéo a fait le tour des réseaux sociaux ! cria le manager avant de prendre une grande inspiration pour se calmer.

    - Tu devrais te calmer. C’est mauvais pour ton cœur.

    - Reste ici et ne bouge pas !

    - Comme s’il y avait marqué Brutus sur mon front, dit-il avant de s’éclipser après avoir vu son manager disparaitre derrière la porte qui menait vers le parking.

    Il s’apprêta à prendre la sortie mais s’arrêta net en voyant un groupe de jeune fille devant les portes de l’hôpital. Il reconnut une de ses fans complètement fanatique qui le suivait partout où il allait. Il enfonça sa casquette sur la tête avant de se retourner pour prendre la direction opposé lorsqu’il entendit des cris :

    - Taka ! Taka !

    - Et merde ! dit-il en se mettant à courir. Il devrait y avoir une loi pour empêcher les fans de nous poursuivre même dans les hôpitaux !

    Il tourna à droite avec toujours sur ses talons les jeunes femmes. Il s’arrêta devant une porte verte et lu à voix hautes les inscriptions marqué sur le panneau :

    - Jardin intérieur pour personne atteinte de cancer.

    - Taka !

    - Ça fera l’affaire, dit-il en jetant un coup d’œil dans son dos avant de franchir la porte.

     À l’intérieur se trouvait un immense parc avec des fleurs, des petits arbustes, une fontaine ainsi que des bancs qui étaient occupés par des personnes avec des perfusions accroché à leur bras.

    - Ouvrez toutes les portes. Il doit être là, entendit-il de l’autre côté.

    - Vous êtes nouveau ? Dit une femme en blouse blanche.

    - Quoi ?

    - Laissez vos soucis de l’autre côté de la porte et libérez-vous de vos inquiétudes, poursuivit-elle avant de s’éloigner.

    Taka se mordit la joue pour s’empêcher de rigoler face à sa remarque. Il était à deux doigts d’être agressé par des fans hystériques alors comment pouvait-il se libérer de ses problèmes ?  

    - Hier c’était le cimetière et maintenant l’hôpital. Serais-tu en train de me suivre ?

    Taka eut un hoquet de surprise en voyant qui se tenait devant lui.

    - Louna ? Qu’est-ce que tu fais ici ?

    - Je te retourne la question… dit-elle en plissant des yeux. Tu es malade ?

    - J’ai attrapé une angine, répondit-il en montrant sa poche de médicament comme preuve.

    - Il semblerait que tu te sois trompée de porte. La sortie est de l’autre côté.

    - Je suis pourchassé par des fans hystériques.

    - Taka ! Cria une voix de l’autre côté de la porte.

    - Regardez derrière la porte verte.

    - Elles sont vraiment tenace, dit-il en voyant la poignée de la porte bouger.

    Louna leva les yeux au ciel puis poussa Taka contre le mur avant de l’embrasser. Celui-ci leva le bras pour la repousser mais suspendit son geste en l’air avant de poser sa main sur sa hanche.

    - Il n’est pas là.

    Taka ouvrit les yeux et regarda la jeune femme s’éloigner de lui.

    - Elles sont parties, dit-elle en regardant la porte fermée.

    - C’est la première fois que je fais ça pour esquiver mes fans. On recommence quand tu veux.

    - Rentre chez toi, dit-elle en s’éloignant de lui.

    Taka regarda la jeune femme se déchausser et s’allonger dans l’herbe. Il repensa aux inscriptions marqué sur la pancarte puis regarda autour de lui. Toutes les personnes dans le parc portaient pour la plupart des foulards sur la tête, étaient pâles et à la limite de la maigreur. Qu’est-ce que c’était que cet endroit ? Une sorte de paradis pour personne cancéreuse ? Et pourquoi la jeune femme se trouvait dans cet endroit ? Était-elle là pour prendre des personnes en photo ?

    Il s’apprêta à sortir lorsqu’il entendit encore des bruits de pas dans le couloir ainsi que des voix de filles.

    - Il vaut mieux que j’attende encore un peu ici…

    Il se dirigea vers Louna et s’assit à côté d’elle.

    - Au fait, je voulais te remercier pour ce que tu as fait pour nous, il y a 4 mois.

    - Ce n’est pas comme si tu m’avais laissé le choix…

    - Quand bien même. Tu aurais très bien pu ne pas me croire et m’ignorer mais tu l’as quand même fait. Je voulais te remercier mais tu ne répondais pas à mes appels et quand je suis venue chez toi, tu n’y étais pas. J’avais laissé une lettre dans ta boite aux lettres mais je n’ai jamais eu de réponse. Est-ce que tu l’as lu ?

    - Je l’ai lu, répondit Louna en fixant le ciel.

    - Tu aurais pu répondre. Je m’étais demandé si je ne m’étais pas planté de boite aux lettres…

    - Je n’ai pas eu le temps.

    - Qu’est-ce que tu faisais pour ne pas avoir le temps ? Ça prend seulement 2 secondes à envoyer un sms.

    - J’étais occupée à essayer de survivre.

    - Quoi ?

    - J’ai un cancer, répondit-elle avec un léger sourire sur les lèvres au bout de quelques minutes. C’est fou comme le temps peut nous glisser entre les doigts quand on sait qu’il nous est compté… Une minute… Une seconde… Peut changer le cours d’une vie.

    Taka entendit des sanglots sur sa droite. C’était un type d’une trentaine d’année qui tenait une jeune femme dans ses bras et pleurait en se balançant d’avant en arrière. La femme en blanc qui l’avait approché lorsqu’il était entré dans le parc s’avança vers le type, s’accroupit en face de lui avant de poser sa main sur son épaule.

    - Qu’est-ce qu’il a ?

    - Sais-tu ce qu’est cet endroit ?

    - Un jardin pour les personnes atteintes de cancer…

    - C’est ici que la plupart des personnes cancéreuses décident de mourir. Quand une personne est sur le point de décéder. Ils l’amènent ici et tous les patients du service oncologie descendent pour faire leurs adieux. Cet homme a perdu sa femme aujourd’hui.

    Taka tourna la tête et vit deux hommes porter délicatement la jeune femme pour la poser sur un brancard.

    - Tu devrais rentrer chez toi, Takahiro. Cet endroit n’est pas fait pour toi, dit Louna avant de se rechausser et de sortir du parc.

     

    - Oh ! Taka. Qu’est-ce que tu faisais ? Demanda Ryota en allumant sa cigarette. Ça fait une heure qu’on t’attend.

    - Où est Laia ?

    - Pourquoi cherches-tu la copine de quelqu’un d’autre ?

    - Il faut que je lui parle.

    Toru referma brusquement le frigo et regarda froidement le jeune homme.

    - De quoi tu veux lui parler ?

    - Relax. Je veux juste lui poser des questions sur sa copine.

    - Louna ? Qu’est-ce que tu veux savoir sur elle ?

    - Est-ce que…

    - Quoi ?

    - Non rien.

    - Crache le morceau.

    - Elle a vu Louna récemment ?

    - Elle est partie en voyage et doit revenir demain. Dit Laia en entrant dans la salle à manger. Pourquoi ? Tu es intéressée par elle ?

    Taka cligna des yeux surpris de sa réponse. Était-elle au courant de l’état de santé de son amie ? Il était peu probable…

    - Mon appartement est en rénovation. Et je me demandais si je pouvais squatter ta chambre étant donné que tu vies tout le temps ici maintenant.

    - Tu veux habiter avec mon rayon de soleil ?

    - Je n’ai pas envie de squatter un appartement de jeune marié. Et  L’appartement de Tomoya est trop en bordel.

    - Tu peux dormir ici, si tu veux, dit Toru en allumant sa cigarette.

    - Je préfèrerai que tu accueilles mon frère. Ses potes ont un appart trop petit. Et ma mère a peur qu’il aille squatter chez une fille…

    - Elle a peur que son cadet squatte chez une fille mais pas son ainé ? Quel genre de mère as-tu ? Questionna Tomoya.

    - Ça me va.

    - Nishi. Tu ne devrais pas demander à Louna avant ?

    - Ça ne la dérange pas de vivre avec un colocataire masculin et puis ce n’est pas comme si ils ne se connaissaient pas.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :