• Unité spéciale, équipe omega T2 - Tristesse et joie : Chapitre 4

     

    Chapitre 4

    -         Où sommes-nous ?

    -         Chez moi, répondit Aksel en enlevant sa veste avant de la mettre contre le dossier d’une chaise.

    -         Intéressant, dit-elle en parcourant la pièce de long et en large.

    -         Quoi ?

    -         Parachutiste ? Commando d’élite ? SWAT ?

    -         Qu’est-ce qui vous fait croire que je faisais partie de l’armée ?

    -         Votre aisance à circuler parmi nous. Votre façon de vous comporter et ce besoin obsessionnel de ranger tout soigneusement au millimètre prêt.  Sans oublier le fait, de comment vous tenez votre arme.

    Aksel s’adossa contre l’armoire sur sa gauche et croisa ses jambes et ses bras sur son buste.

    -         Ainsi donc vous avez eu le temps de me faire un profil.

    -         C’est long 1 semaine, dit-elle en attrapa un cadre avant de le reposer à sa place.

    -         Dites-moi donc ce que vous avez appris.

    -         Vous avez dans la trentaine, célibataire, des parents aimants, fils uniques. Vous avez toujours eu les meilleurs notes et excellé dans tout ce que vous faites. Depuis que vous êtes gosse, vous aviez dans l’idée d’être flic ou militaire pour protéger votre prochain. C’est la vocation de militaire qui s’est offert à vous, sûrement après votre service militaire que vous avez effectué à vos… 18 ans, dit-elle en montrant un cadre sur lequel il posait en tenue de camouflage aux cotés de ses parents. Vous avez gravis les échelons jusqu’à arriver à une bonne unité mais quelque chose en vous s’est brisé et vous a fait vouloir changer de tout au tout. Et s’est en rencontrant un agent de la NCI que vous vous êtes décidé. Sûrement ce vieux monsieur barbu sur qui vous vous défoulez tout à l’heure. Maintenant reste à savoir à quelle unité vous faisiez partie.

    -         Les SWAT.

    -         C’est une bonne unité.

    -         Vous n’allez pas me demander ce qui s’est passé ?

    -         Je n’ai pas besoin de le demander… puisque je le sais.

    -         Que vous saviez quoi ?

    -         Vous êtes tout autant brisé que moi, dit-elle en détachant son regard avant de continuer son inspection.

    -         La salle de bain est par là. Venez.

    -         J’aurais préféré voir votre chambre.

    Aksel ne pu s’empêcher de sourire face à sa réplique. Il savait qu’elle utilisait ce genre de provocation pour cacher son état émotionnel et il devait l’avouer, se voir faire des avances par une personne comme elle, ne lui déplaisait pas du tout.

    -         Enlevez votre t-shirt.

    -         À vous l’honneur, agent spécial Aksel.

    Aksel poussa un soupir avant d’enlever sous t-shirt sous le regard surpris de la jeune femme. Elle cligna des yeux rapidement avant de poser son regard sur lui, détaillant chaque partie de son corps dénudé.

    -         À vous, maintenant.

    -         J’aime bien ce jeu, dit-elle avec un large sourire.

    Aksel regarda la jeune femme enlever son t-shirt tout en grimaçant avant de le lâcher au sol. Il contracta sa mâchoire pour essayer de calmer la vague de désir qui commençait à arriver vers son entrejambe. L’uniforme lui allait à merveille et la rendait jolie. Mais la voir ainsi dévêtue la rendait encore plus belle. Il baissa la bretelle de son soutien gorge sur son bras puis détailla son pansement. Une fois regardé, il fit le tour d’elle et posa ses doigts à l’emplacement où devait se trouvait la balle.

    -         Elle n’est pas ressorti si c’est ce que vous cherchez, ricana la jeune femme.

    -         Elle a été retirée ?

    -         Ils ont préféré que je garde cette cicatrice en guise de souvenir et non un bout de métal.

    Il s’apprêta à répliquer lorsque son regard capta des striures dans son dos. Il posa ses doigts dessus et les longea une à une.

    -         Que vous est-il arrivé.

    -         Vous savez pourquoi ce vigile a blêmi quand je lui ai donné le nom de mon unité ? demanda-t-elle en lui faisant face.

    -         Parce que vous êtes une unité réputée au sein de l’armée.

    -         Parce qu’on a tous été formaté depuis notre enfance. Parce que moi et Dong Go désactivons des mines et des obus depuis l’âge de 10 ans. Parce que Ha Neul et Simon ont travaillé jour et nuit sur des cibles à des centaines de mètres au point d’en avoir les yeux qui saignent pour avoir l’autorisation d'aller dormir. Parce que Wallace, Shi Jin et Seung Ki devaient démonter, charger et tirer avec leur arme jusqu’à ce que leurs doigts saignent. Nous avons tous exterminé nos cibles avant même avoir atteint l’âge de 16 ans. Nous sommes des soldats, qui détenons le plus grand nombre de mort à leur actif. Voilà pourquoi notre petit vigile a blêmi. Parce que nous sommes de parfaite machine à tuer. Et même si nous sommes efficace, il arrive que certaine lame ou balle arrive à nous toucher.     

    -         Pourquoi ne partez-vous pas ?

    -         Parce que cette unité est notre famille et que nous n’avons rien d’autre.

    -         C’est pour cette raison que vous voulez retourner sur le terrain ? Parce que de là où vous êtes si votre unité venait à être appelé, vous ne seriez pas là pour protéger leur arrière…

    -         Vous savez que vous êtes sexy lorsque votre cerveau réfléchit à 1000 volts ?

    Aksel secoua la tête avant de se diriger vers l’armoire pour attraper le kit de secours. Il se lava les mains sous le regard intense de la jeune femme.

    -         Voyons voir ça.

    Il enleva le pansement tâché de sang de son épaule puis attrapa du sérum physiologique et nettoya la plaie avec une compresse stérile. Après plusieurs compresses utilisées, il réussit à voir la blessure par balle. Comme elle l’avait signalé deux points avait finit par sauter. Il attrapa deux steri-strips puis mis un pansement par-dessus.

    -         Ça reste du rafistolage alors évitez de trop forcer avec votre épaule, dit-il en remontant la bretelle de son soutien-gorge.

    Aksel se racla la gorge avant de se retourner pour ranger la trousse de secours dans le placard. Il leva les yeux vers le miroir et croisa le regard de la jeune femme qui le fixait sans bouger. À quoi pouvait-elle bien penser ? Il n’avait jamais eu de problème à lire dans les gens. C’est d’ailleurs grâce à ça qu’il avait pu intégrer la NCI alors comment cela se faisait-il qu’il n’y arrivait pas avec elle ? 

    -         Je vais vous chercher un t-shirt, dit-il en sortant précipitamment de la salle de bain.

    Lorsqu’il sortit de sa chambre, il n’eut pas de mal à la trouver tellement que son regard était hypnotisé par cette femme à moitié vêtue avec un pantalon militaire. Elle se tenait devant le frigo et semblait chercher quelque chose.

    -         Vous avez beaucoup eu de femme dans votre vie ? demanda-t-elle en attrapant une bière.

    -         Vous posez toujours les questions qui vous viennent à l’esprit sans réfléchir ? Dit-il en lui tendant son t-shirt.

    -         Toujours. Alors ? insista-t-elle en portant la bouteille à ses lèvres.

    -         Enfilez le-shirt.

    -         Seriez-vous mal à l’aise, agent spécial Aksel ?  

    Aksel baissa ses yeux sur son corps dénudé, s’attardant sur sa poitrine généreuse. Si seulement elle savait à quel point elle se trompait… Il contracta sa mâchoire puis détourna le regard avant d’attraper un dossier qui se trouvait posé à l’entrée.

    -         Ce sont les informations que nous avons récoltées sur le poseur de bombe. Si vous souhaitez jeter un coup d’œil, dit-il en s’asseyant sur le fauteuil.

    -         Il vous arrive de répondre aux questions qu’on vous pose ? Questionna-t-elle en faisant une légère moue.

    -         Mon travail accapare tout mon temps et non, je ne suis pas mal à l’aise.

    Aksel se raidit en la voyant se pencher derrière son épaule avant de tendre la main sur le dossier et de chuchoter :

    -         Menteur.

    -         Et vous ? Ne pu-t-il s’empêcher de lâcher en la regardant du coin de l’œil.

    -         Vous croyez que je vais vous donner un chiffre après votre réponse évasive ? répondit-elle en s’asseyant en face de lui à même le sol.

    -         C’est si grand que ça ?

    -         Donnez un chiffre et je vous dirai si vous avez faux.

    Aksel sentit une chaleur l’envahir lorsqu’il vit la jeune femme esquisser un sourire amuser sur les lèvres. Il se pencha et attrapa la bière qu’elle avait posée devant elle. Une lueur s’anima dans son regard lorsqu’il porta la bière à ses lèvres. Il mourrait d’envie de lui demander ce qu’elle pouvait bien penser mais au lieu de ça, il sortit un chiffre :

    -         20 ?

    -         C’est votre chiffre pour mois ou pour l’année ?

    Aksel avala de travers et se mit à tousser sous le rire cristallin de Tae Yang.

    -         Vous êtes sérieuse ? dit-il en reposant la bière.

    -         Qui sait…

    -         Combien ? Demanda-t-il soudain envahit par une jalousie naissante.

    -         4.

    -         Pour le mois ? questionna-t-il sur ses gardes.

    -         Je vous laisse deviner, répondit-elle avec un sourire mystérieux sur les lèvres.

    Aksel étouffa un bruit de frustration avant de se lever pour aller se chercher une bière au frigo. Il se retourna pour lui en proposer une mais s’abstient quelques secondes en voyant son regard perdu dans le vide. La lueur qui s’était animée au début de leur conversation s’était éteinte ainsi que son sourire énigmatique derrière lequel elle avait tendance à se cacher. Une envie soudaine de savoir tout sur le passé de cette jeune femme surgit dans son esprit. Qu’avait-elle bien pu vivre pour être ainsi ? La chienne de Tae Yang qui avait sentit l’état émotionnel de sa maîtresse vient s’asseoir à côté d’elle avant de pousser son bras avec son museau. Elle leva la main puis lui gratta derrière l’oreille tout en tournant les pages de son rapport.

    -         Alors vous avez trouvé quelque chose d’intéressant ? Demanda-t-il en lui tendant une bière.

    -         Ce type réfléchit comme un militaire mais n’est pas un militaire.

    -         Qu’est-ce qui vous fait dire ça ?

    -         Un militaire viserait un endroit stratégique où sont les hauts dirigeants. Il ne s’amuserait pas à s’attaquer à des civils parce que ce serait un déshonneur pour lui.

    -         Un ancien flic ?

    -         Sa façon de parler, de se tenir, de créer ses bombes ne correspondent pas à un profil de flic.

    -         Si ce n’est pas un militaire, ni un flic alors c’est qui ce type ?

    -         Un civil qui a grandit parmi des militaires et qui n’a jamais pu intégrer l’armée.

    -         Je vais demander à ce qu’on m’envoie le formulaire des demandes d’intégration…

    -         Je viens de vous les envoyer, il y a 5 minutes, dit-elle en montrant son téléphone portable.

    Aksel arqua ses sourcils surpris face à sa rapidité. Il attrapa son ordinateur portable, ouvrit le mail qu’elle lui avait transféré sans prendre la peine de lui demander comment elle avait eu son adresse puis connecta son ordinateur à sa TV :

    -         Bordel de merde, lâcha-t-il en voyant le nombre de demande dépasser les 100.

    -         Je crois qu’il vaut mieux qu’on commande une pizza, dit-elle en se dirigeant vers le flyer accroché sur le frigo.

     

    Aksel se réveilla en sursaut, posant son regard sur la pièce tout en essayant de se remémorer ce qu’il faisait dans son salon. Il leva les yeux vers sa TV sur laquelle diffusait toujours les photos des civils voulant intégrer l’armée. Ils étaient à 250 et en restait encore 120 à visionner. Il se frotta la nuque avant de tourner la tête vers la cuisine à la recherche de la jeune femme.

    -         Tae Yang ? Appela-t-il en se redressant.

    Il tourna la tête et vit la chienne de la jeune femme assise devant la porte de la salle de bain. Il s’approcha mais s’arrêta net en voyant l’immense molosse retrousser ses babines.

    -         Du calme. Je ne vais pas faire de mal à ta maîtresse, dit-il en levant les mains devant lui.

    Le berger allemand rangea ses crocs sous ses babines avant de se diriger vers le canapé pour s’y coucher dessus.

    -         Je t’en prie fait comme chez toi, maugréa-il avant de pousser la porte légèrement. Tae Yang ? Vous êtes là ?

    Il attendit qu’elle réponde mais seul le bruit de l’eau lui parvenait jusqu’aux oreilles. Il ouvrit un peu plus la porte et entendit quelque chose rouler au sol. Il se pencha et attrapa une petite boite rempli de médicament.

    -         Oxycodone ?

    Que faisait-elle avec ce genre de morphinique ? Était-ce à cause de son épaule ? Il entra dans la pièce et vit la jeune femme debout sous le jet d’eau, les deux mains posés contre le carrelage en face d’elle et la tête baissée vers le sol. Le t-shirt qu’il lui avait donné laissé apercevoir son soutien gorge noir ainsi que les cicatrices sur son dos.

    Aksel s’avança vers elle et sentit des gouttes d’eau glacée tomber sur ses bras nus.

    -         Tae Yang ?

    Aksel se retient de respirer en voyant le regard sombre de la jeune femme se poser sur lui.

    -         Vous feriez mieux de sortir avant d’attraper froid

    Tae Yang tendit la main vers lui, l’attrapa par le t-shirt avant de l’entraîner sous le jet d’eau. Il lâcha une injure lorsque l’eau glacée vient s’immiscer sous son t-shirt et dans son pantalon.

    -         Je peux savoir ce qui vous…

    Aksel cligna des yeux en sentant les lèvres de Tae Yang sur les siennes. Elle se mit sur la pointe des pieds et posa ses bras autour de sa nuque tout en se collant un peu plus contre lui. Un frisson le parcouru lorsqu’il sentit la langue de la jeune femme sur la sienne. Il ferma les yeux une seconde et se laissa envahir par cette chaleur si douce mais revient à ses esprits lorsqu’elle baissa une main vers le bouton de son pantalon. Il lui attrapa les deux mains les bloquants loin de son corps avant de poser son front contre le siens tout en contractant sa mâchoire pour essayer de se contenir.

    -         Ne joue pas avec moi, Tae Yang.

    Aksel se raidit en sentant les lèvres de Tae Yang se poser sur le coin de sa bouche. Elle remonta le long de sa mâchoire puis lécha son cou avant de mordre le lobe de son oreille et de murmurer :

    -         J’ai autre chose à faire que de jouer, agent spécial Aksel.

    Aksel posa ses deux mains fermement sur ses avants bras pour l’éloigner d’elle. C’est lorsqu’il rencontra le regard de la jeune femme que ses défenses se fendirent en mille morceaux. Il fonça sur ses lèvres tout en la plaquant contre le mur. Elle tendit la main vers le revers de son t-shirt et le remonta vers le haut. Aksel le passa par-dessus sa tête et l’envoya valser par-dessus bord tout en se jetant de nouveau sur ses lèvres avidement. Il étouffa un grognement lorsqu’elle posa ses mains sur son torse parcourant de ses doigts le tracé de ses abdominaux jusqu’à redescendre jusqu’à son pantalon qu’elle baissa suivit de près par son caleçon. Il regarda la jeune femme s’accroupir, lever les yeux vers lui avant de prendre son sexe en pleine bouche et de commencer des va-et-vient. Aksel renversa sa tête en arrière et ferma les yeux.

    -         Bordel, Tae Yang, lâcha-t-il en sentant sa langue jouer avec son gland.

    Il baissa les yeux et fut subjugué par ce magnifique spectacle qui se tenait devant ses yeux. Il la trouvait déjà magnifique en temps normal mais là c’était le summum, avec cette eau qui lui tombait en cascade sur elle. Son regard brûlant de désir et cette bouche si parfaite qui lui faisait vibrer de plaisir. Aksel tendit la main vers la jeune femme pour l’inciter à se relever avant qu’il ne lâche prise une bonne fois pour toute.

    -         Je n’ai pas fini, dit-elle avec une légère moue de déception.

    -         Si je te laisse finir, je risque de perdre pied et je meurs d’envie d’être en toi, murmura-t-il en lui défaisant son pantalon.

    -         Je m’en voudrai alors si cela n’arrive, dit-elle en l’embrassant dans le cou.

    Aksel baissa son pantalon ainsi que sa culotte avec l’aide de Tae Yang puis fit disparaître son t-shirt avec son soutien gorge. Une fois dévêtue, il fit un pas à reculons tout en retenant sa respiration.

    -         Tu es magnifique.

    -         Je t’avais prévenue que nous, les militaires étions beau de naissance, dit-elle en fondant sur ses lèvres avant de le plaquer contre le carrelage glacé.

    -         Attends, laisse-moi deux secondes.

    Il se pencha vers la petite murette qui empêchait l’eau d’inonder la salle de bain et tendit la main vers le tiroir de l’évier pour en sortir une boite de préservatif.

    -         C’est bon. J’ai…

    Aksel fut interrompu par Tae Yang qui lui sauta dessus. Il tituba sous le poids de la jeune femme qui enroula ses cuisses autour de ses hanches tout en l’embrassant.

    -         Tae Yang, jura-t-il en sentant son intimité caresser sa verge en érection.

    -         Dépêche-toi, lui répondit-elle en lui mordant le lobe de son oreille.

    Il la retourna pour poser ses fesses sur le rebord de la murette pour enfiler le préservatif. Il eut la peine le temps de le dérouler entièrement que la jeune femme introduisit son sexe en elle tout en se cramponnant à ses épaules. Aksel glissa ses mains sous ses cuisses, la souleva et la plaqua contre le mur tout en commença des vas et vient en elle. Il contracta ses mâchoires lorsqu’il sentit le bassin de Tae Yang onduler sous ses assauts. Cette fille allait finir par lui faire perdre la tête. Il éteignit l’eau sous les protestations de la jeune femme avant de sortir de la salle de bain en évitant de tomber sur le carrelage mouillé. Il ouvrit la porte de sa chambre puis se dirigea vers le lit. Il la retourna sur le matelas, redressa ses hanches, posa ses mains de part et d’autres avant d’entrer de nouveau son sexe en elle. Il commença d’abord de lent mouvement accélérant la cadence plaquant ainsi la jeune femme contre le lit. Elle essaya de se redresser mais en vain. Il se pencha vers elle, lui léchant sa nuque, tout en malaxant son sein gauche et descendant sa main droite vers son clitoris tout en continuant ses allés et venus.

    -         Aksel ! Oh merde ! Aksel…

    Un sourire s’étira sur ses lèvres en entendant la jeune femme hurler son nom. Il se sentit alors d’humeur joueuse. Il retira sa main droite sous les protestations de Tae Yang.

    -         Un problème ? Sergent Chef ?

    -         Continue ce que tu faisais, dit-elle d’une voix gémissante.

    -         Je ne pense pas que tu l’aies mérité, répondit-il en accélérant la cadence.

    -         Je vous ai trouvé le profil de votre psychopathe. Oh oui ! Oh oui ! Vas-y, continue !

    Aksel se retira d’elle subitement lui arrachant un cri de frustration.

    -         Pourquoi est-ce que tu…

    Aksel la retourna sur le dos lui arrachant un cri de surprise.

    -         Je vais devoir alors te remercier pour cela, dit-il en levant ses jambes en l’air les plaçant sur ses épaules.

    Tae Yang lâcha un gémissement lorsqu’il entra en elle. Aksel posa ses mains de part et d’autre de la jeune femme, banda ses muscles et commença ses allés et venus pendant que la jeune femme posait ses mains sur ses fesses et lui griffait la peau à chaque assaut.

    -         Oh oui ! Aksel !

    -         Redis-le encore une fois, dit-il en l’embrassant.

    -         Aksel… répéta-t-elle en gémissant. Oh merde.

    Aksel afficha un sourire triomphant lorsqu’il vit la jeune femme enfoncer sa tête dans les coussins d’extases tout en se cramponnant aux draps. Il se pencha et embrassa son cou puis stoppa net en voyant une tâche de sang sur le pansement propre qu’il lui avait fait. Une légère inquiétude l’envahit se demandant s’il n’avait pas été un peu trop fort sur ce coup là. Il baissa ses jambes qui vinrent encercler immédiatement ses hanches.

    -         Continue…

    Aksel s’allongea sur elle tout en se postant sur ses avants bras pour éviter de l’écraser. Elle passa ses bras autour de son corps et serra un peu plus ses hanches contre lui au point à ce que même une feuille de papier ne puisse venir s’incruster entre eux.  

    -         Aksel… Aksel…

    -         Regarde-moi, Tae Yang.

    Il vit la jeune femme ouvrir les yeux et lâcher prise au même moment que lui. Il l’embrassa une dernière fois et vit une lumière autre que l’extase s’afficher dans ses yeux. C’était de la souffrance. Elle tourna la tête subitement pour éviter son regard mais celui-ci lui redressa la tête rétablissant ainsi le contact. Elle se mordit la lèvre inférieure puis se força à sourire. Aksel contempla la jeune femme sans rien dire commençant à rassembler les puzzles de son profil. Au premier abord, elle ressemblait à une femme tout à fait épanouie et joyeuse mais derrière tous ses sourires et ses remarques provocatrices elle était brisée. Rempli de remords, de tristesse et de souffrance… Il se retira en elle, enleva son préservatif avant de le lancer à la poubelle et de rouler sur le côté avant d’attirer Tae Yang contre elle.

    -         Tu n’as pas besoin de faire semblant devant moi.

    Il sentit la jeune femme se raidir face à sa remarque. Il s’attendait à ce qu’elle lui dise quelque chose mais ne dit rien. Elle se blottit un peu plus contre lui et sentit une goutte tomber sur son torse. Il la serra un peu plus contre elle et la laissa pleurer en silence.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :