• Chapitre 10

     

    Hope s’étira dans le lit avant d’ouvrir les yeux sur le visage endormi de Christopher. Elle tendit la main, lui caressa la joue puis s’arrêta sur son cou. Elle se mordit la lèvre inférieure en sentant le pouls du jeune homme battre sous ses doigts. Elle retira vivement sa main lorsqu’elle vit sous ses yeux apparaître des veines ainsi que le sang circuler à l’intérieur. Elle sortit du lit et se dirigea vers la fenêtre. Le croassement des grenouilles qui séjournait près de la marre à côté du jardin lui arriva jusqu’aux oreilles. Elle tendit l’oreille et entendit la conversation des deux gardes qui surveillaient l’entrée.

    • Qu’est-ce qui m’arrive ? murmura Hope.
    • Je crois que tu le sais.

    Hope se retourna et regarda Christopher. Celui-ci était redressé dans le lit et la regardait de son regard bleu gris.

    • Le Roi Vlad…
    • Est ton père.

    Christopher se déplaça vers Hope et lui replaça une mèche de cheveux derrière son oreille.

    • Tu es unique. Tu es une hybride. Moitié sorcière. Moitié Vampire.
    • Ma mère…
    • Était une sorcière. Elle est tombée amoureuse du Roi et a fini par tomber enceinte.
    • Elle est morte en couche… murmura Hope.
    • C’est exact.

    Les deux jeunes gens tournèrent la tête et virent apparaître devant la porte le Roi Vlad accompagné de la Princesse Valéria.

    • Ton côté sorcière a étouffé ton côté vampirique, dit le Roi en avançant dans la pièce. Mais lorsque, j’ai posé ma main sur toi après avoir lécher la plaie de ton doigt, tes cellules souches vampiriques se sont activées.
    • Mon destin était de mourir…
    • Tout enfant hybride est destiné à mourir sauf s’il se voit lié à un autre.
    • Lié à un autre ? Qu’est-ce que… qu’est-ce que tu as fait ? Demanda-t-elle en se tournant vers Chris.
    • Il a lié son destin au tient pour que tu puisses survivre.
    • Tu n’aurais pas du faire ça.

    Christopher s’approcha d’Hope, posa sa main droite sur sa joue et lui caressa sa lèvre. Il ouvrit la bouche mais aucune parole ne franchit ses lèvres. Elle entendit néanmoins la voix sensuelle de Christopher se répercuter dans sa tête :

    • Je préfère mourir plutôt que de vivre une vie sans toi.
    • Tu n’aurais pas du risquer ta vie pour moi, répondit-elle dans sa tête.
    • Tu n’as pas encore compris on dirait. Tu es à moi et à moi seul. Et je ne laisserai personne t’éloigner de moi. Même s’il faut mettre ma vie en danger et tuer tous ceux qui se dresseront devant nous parce que…

    Christopher attira Hope dans ses bras et poursuivit à voix hautes.

    • Je t’aime.
    • L’amour ne pourra pas te défaire de ton engagement à mon égard, mon cœur, cracha Valéria froidement. Si tu romps…
    • L’engagement ne sera pas rompu, dit le Roi Vlad d’une voix forte.

    Christopher relâcha son étreinte et s’apprêta à répliquer mais le Roi Vlad lui coupa l’herbe sous le pied.

    • Puisque l’accord entre nos deux familles, concerne le mariage de ma fille aîné et le deuxième prince de Rapsody. Hors, Hope est née avant toi.
    • Quoi ?
    • Hope a un an de plus que toi, Valéria. Je te libère ainsi de ton engagement envers le Prince de Rapsody.

    Valéria poussa un cri de rage avant de sortir de la pièce furibonde.

    • Cette enfant est pourri gâtée, soupira le Roi Vlad en secouant négativement la tête. Mais ne vous inquiétez pas, elle finira par se calmer. J’ai demandé à ce qu’on prépare ta chambre, ma fille. Je suis sur qu’elle te plaira. C’était les appartements privés de ta mère.

    Hope poussa un soupir de soulagement en voyant le Roi sortir accompagné de ses sujets.

    • Envoie un message à mon père et à mon frère pour les informer de la situation.
    • Avec plaisir, dit celui-ci avant de disparaître derrière la porte.
    • Les informer de la situation ?
    • Tu es la fille aînée du Roi Vlad III de Transylvanie. Ce qui fait de toi la princesse héritière de Transylvanie. Ma future épouse.
    • Ta future épouse ? Je ne t’ai pas vu mettre un genou à terre.
    • Ça fait une décennie que ce genre de chose ne se fait plus.
    • Attends un peu. Tu es sérieux ?
    • Plus que sérieux. Dès le premier jour où je t’ai vu. J’ai su que je passerai la fin de mes jours à tes côtés.
    • Dès le premier jour ?
    • Dès que j’ai posé mes yeux sur toi. Quand tu as sauté sur ce garde, j’ai essayé de ne pas m’interposer et de laisser le garde te tuer. Mais c’était plus fort que moi. Quelque chose en toi m’attirait et m’a forcé à t’emmener avec moi. C’est seulement quelques semaines après que j’ai compris pourquoi, j’ai agi d’une façon qui me ressemblait pas. J’ai été épris de toi en un claquement de doigt… Je ne te le demanderai pas à genou et je ne te le dirai qu’une seule fois, dit Christopher en plongeant son regard bleu métallique dans le regard changeant de Hope. Épouse-moi. 

    Hope attrapa la veste de Christopher et l’attira vers elle avant de l’embrasser tendrement.

    • Je prendrai ça pour un oui, dit-il entre deux baisers.

     

    Cela faisait 4 mois qu’ils étaient rentrés à Rapsody. Le Roi Vlad III ainsi que le père de Christopher prirent la décision de marier le couple princier le plus vite possible. Il ne leur restait plus donc qu’un mois avant que leur union soit officialiser aux yeux de tous.

    • Je maintiens que c’est une mauvaise idée.
    • Ça va bien se passer.
    • Hope…

    Hope se pencha, embrassa Christopher sur les lèvres avant de sortir de la voiture. Elle traversa la place principale sous le regard des villageois effrayés puis s’arrêta devant sa maison. Elle leva la main et s’apprêta à frapper à la porte mais suspendit son geste en voyant la porte d’entrée s’ouvrir sur son père adoptif.

    • Hope ? balbutia le patriarche.
    • Je…

    Le père humain de Hope attira la jeune femme et la serra dans ses bras tout en pleurant à chaude larme.

    • Je suis si heureux de te revoir, ma fille.
    • Père…
    • Viens entre. Ta mère va être si contente. Félicité, appela Marvin. Félicité !

    Hope entra dans le salon dans lequel elle avait vu le jour et apparu sa mère adoptive assise sur un fauteuil à bascule près de la chemine.

    • Hope ? C’est bien toi ?
    • Mère.
    • Mon enfant.

    Hope s’accroupit devant sa mère humaine qui la serra dans ses bras sans ménagement.

    • J’ai prié les dieux pour qu’il ne t’arrive rien. On dirait que mes prièrent ont été exaucé.
    • Mère, je…
    • Je sais, ma fille. On l’a toujours su.
    • La sœur de Félicité, Diane, nous en avait déjà touché deux mots avant ta naissance, expliqua le patriarche.
    • Désolée d’avoir gardé le secret pendant tout ce temps…
    • Ce n’est rien.

    Ils parlèrent pendant plus d’1h jusqu’à ce que la porte d’entrée s’ouvre sur Angela. Celle-ci se figea instantanément puis tendit la main vers Hope qui se sentit décollé du sol.

    • Angela ! Hurla Félicité.

    Hope s’attendit à traverser le mur de la maisonnée mais finit par atterrir dans deux bras musclés.

    • Désolé, mon cœur. Mais j’en avais marre d’attendre dans la voiture, dit Christopher en posant Hope au sol avant de se placer devant elle.
    • Vampires, cracha Angela au sol avant de bouger les mains rapidement.

    Hope tendit la main vers la table et l’attira vers eux par télékinésie pour faire bouclier. Comme elle s’y attendait la table explosa en mille morceau.

    • Depuis quand s’est-elle éveillée ? Cria Hope pour se faire entendre.
    • Le mois dernier, répondit son père en tirant sa femme pour la mettre à l’abri. Ses tourments ont cessé subitement au point de retrouver ses esprits.
    • Angela ! Ça suffit ! Tu vas finir par blesser ta sœur ! Cria Félicité.
    • Ma sœur ? répliqua sèchement Angela. Ce monstre n’est pas ma sœur ! Cria Angela en faisant voler tous les objets de la pièce.

    Hope s’apprêta à faire un pas en avant mais Christopher la rattrapa par le bras.

    • Ça va aller, Chris.
    • Si elle te fait la moindre égratignure. Je te jure que je…
    • Elle ne le fera pas.

    Hope esquiva à la dernière minute un couteau de cuisine qui passa devant ses yeux.

    • Je ne mettrai pas ma main à couper…
    • Monstre !

    Hope se tourna vers Angela et avança vers elle tout en utilisant les objets autour d’elle pour se protéger des attaques de sa sœur. Lorsqu’elle arriva devant sa sœur elle l’encercla de ses bras et la serra contre elle tout en lui murmurant :

    • Je suis désolée. Angie.

    Angela cligna des yeux, puis commença à bouger les mains avant de rendre son étreinte. Hope entendit les bruits des ustensiles tomber au sol.

    • Je suis désolée, répéta Hope de nouveau.
    • Pourquoi faillit-il que ce soit toi, se mit à sangloter Angela.
    • Je suis toujours la même, Angie.
    • Tu es un vampire.
    • Je l’ai toujours été. Cette partie de moi était seulement endormie.
    • Hope, dit Christopher en posant sa main sur son épaule. On doit y aller.

    Hope serra une dernière fois sa sœur dans ses bras puis attrapa la main que Christopher lui tendait.

    • Je suppose que c’est un au revoir.
    • Tu supposes bien, ma sœur, répondit Angela qui avait retrouvé son visage de marbre. Car la prochaine fois nous serons des ennemies. Et l’une de nous deux ne se relèvera pas.
    • J’ose espérer que le plus tard sera le mieux.

    Christopher attira Hope dehors puis s’arrêta devant la fontaine qui trônait au milieu de la place.

    • Est-ce que ça va ?
    • Ça va.
    • Aucun regret ?
    • Je n’en ai jamais eu, répondit Hope en embrassant Christopher tendrement sous le les murmures effarés des villageois.

    votre commentaire
  • Chapitre 9

     

    Hope avait attendu toute la nuit que Christopher frappe à sa porte et avait fini par s’endormir sur le canapé avec une multitude de question à l’esprit. Dan ouvrit la porte de leur appartement puis se décala sur le côté pour laisser passer la jeune femme. Ils descendirent l’immense escalier puis furent escorté par un valet jusqu’à la salle à manger où se trouvait déjà Christopher et Valéria.

    • Partez dans la cuisine. Mes sujets vous diront quoi faire… À moins que tu ne veuilles pas qu’elle s’éloigne de toi, mon amour.
    • Qu’elle y aille, répondit Christopher sans quitter des yeux son assiette.
    • Sauf votre respect, princesse. Je préfèrerai que l’esclave reste auprès de moi. Qui sait, quelqu’un pourrait l’attaquer.
    • Mes sujets m’obéissent aux doigts et à l’œil. Personne n’attaquera cette vermine. Répliqua Valéria froidement.
    • Je n’en doute pas. Mais je préfèrerai prendre tout de même mes précautions. Je m’en voudrai qu’il puisse y avoir un incident diplomatique si cette vermine venait à mourir.
    • Fait comme il te plaira. Mais qu’elle sorte de ma vue.

    Dan s’inclina puis fit demi tour pour sortir de la salle à manger avec sur les talons Hope.

    • Vous êtes doué pour charmer les serpents…
    • Reste sur tes gardes et tiens toi le plus possible éloigné d’elle. La Princesse Valéria te déteste…
    • C’est l’effet que je produis chez les tortionnaires féminines, répondit sarcastiquement Hope.
    • Je ne plaisante pas. Valéria est extrêmement dangereuse. Tu vois cette esclave ?

    Hope tourna la tête et vit une esclave avec des orbites vide à la place des yeux.

    • Valéria lui a arraché les yeux juste parce qu’elle trouvait qu’elle avait de plus jolie yeux qu’elle. Tu n’imagines pas ce qu’elle peut faire. Cette femelle est un démon dans le corps d’une déesse. Elle te foutra la paix que lorsque tu seras six pieds sous terre.

    Dan plaça une main dans le dos de Hope l’incitant à avancer droit devant. Ils passèrent franchirent les portes et se trouvèrent dans la cours du château.

    • Qu’est-ce qu’on fait là ?
    • Reste ici.

    Hope regarda le garde du corps se diriger vers un homme corpulent d’une cinquantaine d’année qui était en train de nettoyer le capot d’une voiture.

    • J’ai ouïe dire que le prince avait un jouet mais personne n’a jugé bon de dire que vous...

    Hope se retourna brusquement et se retrouva face à face avec un homme au teint pale et aux cheveux longs qui la regardait avec d’immenses yeux jaunes.

    • Diane, dit-il d’une voix brisé. C’est bien toi ?

    L’homme fit un pas vers Hope et leva la main vers la jeune femme mais un corps massif se retrouva devant elle.

    • Votre majesté, dit Christopher en inclinant légèrement sa tête. Je suis heureux de vous voir enfin.
    • Écartez-vous, fils.
    • Père, appela Valéria en haut des marches. Te voilà enfin.

    Hope regarda Valéria descendre les marches et se diriger droit vers son père pour le serrer dans ses bras.

    • Père ?
    • Diane ? Montre toi.
    • Vous vous méprenez votre majesté. Cette esclave n’est pas Diane.
    • Montre toi !

    Hope vit Christopher se décaler et le Roi Vlad s’approcher d’elle. Il posa sa main sur sa joue avant de prendre ses mains dans les siennes tout en la regardant droit dans les yeux.

    • Tu n’es pas Diane.
    • Bien sur qu’elle n’est pas cette femme ! S’emporta Valéria. Cette catin est morte depuis longtemps !

    Le Roi Vlad se retourna subitement et gifla sa fille.

    • Je t’interdis de parler de Diane ainsi !

    Christopher se plaça de nouveau devant Hope qui affichait un léger sourire sur les lèvres.

    • Si vous le permettez. Je souhaiterai me retirer pour me nourrir et me reposer un peu. Je n’ai pas entièrement récupéré de l’attaque subie sur votre territoire.
    • Une attaque ? Répéta le Roi Vlad. Sur mon territoire ?
    • Mon garde du corps vous tiendra au courant des faits.
    • Bien sur. Va, mon fils.

    Christopher inclina sa tête, attrapa la main de Hope et se dirigea à l’intérieur. Ils montèrent l’escalier puis entrèrent dans la chambre de Christopher qui referma immédiatement la porte derrière lui.

    • C’est à croire que tu as le don d’attirer les ennuies où que tu ailles.
    • La vie serait trop ennuyeux si…

    Christopher attrapa Hope et l’attira vers lui, la serrant dans ses bras.

    • J’ai cru devenir fou.
    • Tu…

    Hope essaya de rattraper le jeune homme qui s’écroula au sol mais fut emporté avec lui au sol.

    • Chris !
    • Qu’est-ce qui se passe ? Demanda Dan qui apparu à l’encadrement de la porte.
    • Je ne sais pas ! Il s’est effondré au sol !

    Dan tourna la tête et lâcha une injure avant d’attraper Christopher par le bras pour l’amener dans son lit.

    • Qu’est-ce qu’il a ?
    • Il est encore trop faible.
    • Je croyais que le sang suffirait à le guérir ?
    • Ça aurait suffit s’il l’avait pris.
    • Comment ça ?
    • Le sang qu’il était censé boire est toujours sur la table.

    Hope se dirigea dans le salon, attrapa la carafe rempli de sang et un verre puis retourna dans la chambre. Christopher était en train de reprendre conscience petit à petit. Dan essaya de le redresser tandis que Hope lui tendait un verre rempli de sang. Dès que le sang franchit les lèvres du jeune homme celui-ci fut pris d’un haut les cœurs. Dan lâcha une injure avant d’enlever le verre des mains de Christopher

    • Depuis quand ?
    • L’attaque.
    • Qu’est-ce qu’il y a ?
    • Tu aurais dû me le dire ! Elle…
    • Il en est hors de question.
    • Qu’est-ce qu’il y a ?
    • Christopher ne peut plus boire n’importe quel sang.
    • Dan, tais toi.
    • J’ignorai que les vampires ne pouvaient pas boire n’importe quel sang…
    • En buvant ton sang, il a scellé son destin au sien.
    • Comment ça scellé ?
    • Dan, ferme la !
    • Il ne pourra boire que ton sang… Dû moins jusqu’à ta mort.
    • Ne l’écoute pas. Il dit…
    • Bois, dit-elle en tendant son poignet bander devant son nez.

    Christopher contracta ses mâchoires avant d’écarter la main de la jeune femme.

    • Je ne boirai pas ton sang.
    • On va avoir un problème alors. Parce que c’est le seul que tu peux boire, répondit-elle en mettant de nouveau son poignet devant son nez.
    • Es-tu devenu sourde ? Je t’ai dit non.
    • Et moi, je t’ai dit oui.
    • Pour l’amour de dieu, soupira Dan avant d’arracher le bandage du poignet d’Hope. Bois son sang !
    • Il en est hors de question.

    Christopher poussa les couvertures et sortit du lit en titubant. Il essaya de sortir de la chambre mais la jeune femme se posta devant lui le fusillant du regard.

    • Tu ne sortiras pas d’ici avant de boire.
    • Sors-là d’ici.

    Hope regarda Dan qui ne bougea pas d’un cil. Christopher se tourna vers son garde du corps et le menaça d’une voix sèche.

    • C’est un ordre de ton souverain.
    • Désolé, votre altesse sérénissime. Mais je préfère vous défier vous plutôt que votre petite lionne, ricana Dan avant de sortir.
    • Éloigne-toi.
    • Je t’ai dit non.
    • J’ai un frère et une sœur. On peut continuer longtemps sur cette voie.
    • Je ne vais pas boire ton sang.
    • Pourquoi ? Tu l’as déjà fait ! C’est quoi ton problème ? C’est pas comme si je refusai de te le…
    • Parce que je pourrai ne pas m’arrêter !

    Christopher ferma les yeux puis les ouvrit de nouveau. Son regard bleu azur avait viré au gris métallique.

    • Je tiens beaucoup trop à toi pour mettre ta vie en danger.
    • Tu ne me feras pas de mal.
    • Qu’est-ce que tu en sais ? Je suis un monstre sanguinaire, l’aurais-tu oublié ?

    Hope s’avança vers lui et lui posa sa main sur sa joue.

    • J’ai confiance en toi.
    • Tu ne devrais pas.
    • Je ne devrais pas aussi t’aimer mais je le fais quand même.

    Christopher se pencha et déposa ses lèvres sur les siennes avant de murmurer.

    • Je t’aime aussi.

     

    Hope se réveilla 6h plus tard, courbaturé. Elle sortit de la chambre sur la pointe des pieds et stoppa net en voyant Dan assis sur le canapé en train de regarder la télévision.

    • Quel mot ne comprends-tu pas quand je te dis : les gens ne doivent pas savoir que tu es bien plus qu’un jouet ?
    • Jouet ?
    • Une chance que les murs sont insonorisés, dit-il en éteignant la télévision. Pourquoi me regardes-tu ainsi ?
    • J’ignorai que vous étiez un pervers qui écoute aux portes.
    • Crois-moi. J’aurais préféré me trouver dans un autre endroit.

    Hope s’apprêta à répliquer mais la porte d’entrée s’ouvrit brutalement laissant apparaître le Roi Vlad.

    • Pardonnez mon intrusion mais j’ai pensé que vous voudriez sûrement vous promenez au lieu d’attendre que votre maître ne se réveille.

    Hope tourna la tête vers la porte de la chambre puis reporta son attention sur Dan qui était certainement en train de réfléchir pour trouver un motif de refus sans offusquer le Roi de Transylvanie.

    • Je vous promets sur mon honneur qu’il ne vous arrivera rien.
    • Si vous le jurez sur votre honneur, je ne puis refuser alors, répondit Hope en inclinant sa tête.
    • Si vous le permettez.

    Hope se raidit en sentant le bras du Roi s’enrouler autour de son bras avant de la tirer hors des appartements de Christopher. Ils sortirent du château et se dirigèrent dans le jardin fleuri.

    • Comment vous appelez-vous ?
    • Hope, votre seigneurie.
    • Un délicieux nom pour une délicieuse personne.
    • Vous m’en voyez flatter.
    • Je n’ai jamais vu une esclave aussi bien élevé. Est-ce vos parents qui vous ont appris les bonnes manières où est-ce le Prince Christopher ?
    • Ni l’un ni l’autre, votre seigneurie. Je l’ai appris dans des livres.
    • Ma Diane adorait lire également, dit le Roi d’une voix triste.
    • C’était votre épouse ?
    • Diane était l’amour de ma vie. Je l’ai trouvé lors d’une moisson. Lorsque j’ai posé mes yeux sur elle, j’ai immédiatement eu le coup de foudre.
    • C’était une esclave ?
    • Mon jouet personnel. Elle est restée à mes côtés pendant plus de 10 ans avant de disparaître à tout jamais. Vous lui ressemblez énormément, d’ailleurs.
    • Je suis navrée.
    • De quoi ?
    • De raviver votre douleur de l’avoir perdu.
    • Vous êtes amoureuse de lui, n’est-ce pas ?
    • Pardon ?
    • Le prince Christopher… Savez-vous comment nous pouvons différencier un esclave quelconque à un humain dont un vampire est épris ?
    • Quand un vampire boit le sang d’un esclave, il le mord au poignet. Quand il boit le sang de la personne qu’il aime, il le boit à son cou.

    Le roi Vlad III se pencha vers une rose rouge, puis la tendit à Hope. La jeune femme afficha une légère grimace lorsqu’une épine se planta dans son doigt la faisant saigner.

    • Faites-moi voir.

    Le Roi Vlad attrapa sa main, la porta à ses yeux avant de poser ses lèvres à son doigt. Hope voulu protester mais sa tête se mit à tourner dangereusement. Ses yeux devinrent plus lourds et un brouillard commença à apparaître suivit d’image.

    Une jeune femme se tenait debout prêt des rosiers rouge. Celle-ci était en train de couper les boutures. Elle se tourna subitement et afficha un large sourire avant de tendre la main vers une main qui semblait appartenir à un homme. L’image suivante fut celle de la jeune femme en train de courir à travers les bois, apeuré. Elle semblait être pourchassé par des vampires de 3ième rang. Elle courrait à en perdre alène sans regarder derrière elle. C’est au moment où ses pieds rencontrèrent une racine que sa course s’arrêta. Elle se retourna, porta sa main à son ventre et fusilla du regard le premier vampire aux yeux rouges qui s’approchait d’elle tel un prédateur. Le vampire s’apprêta à sauter sur elle mais celui-ci se mit à brûler instantanément avant de finir en cendre.  Dans l’image suivante, la jeune femme se trouvait allongé sur un canapé, les yeux larmoyant avec un bébé posé sur elle. À côté de la jeune femme se trouvait sa mère. Elle se pencha et embrassa le corps endormi de la jeune femme avant de prendre le bébé dans ses bras.

    Hope revient peu à peu à elle. L’esprit encore embrouillé par ce qu’elle venait de voir. Elle vit le Roi Vlad s’approcher d’elle le visage larmoyant de larme. Lorsqu’il posa sa main sur sa joue un courant électrique la parcouru de la tête au pied s’arrêtant droit dans son cœur. Elle porta sa main à son thorax puis s’évanouit.

     

    Christopher se réveilla en sueur dans un lit vide. Il chercha Hope des yeux mais ne l’y trouva pas. Il enfila un bas de jogging puis sortit de la chambre.

    - Où est Hope ? Demanda Christopher à Dan.

    - Avec le Roi Vlad. Ils se promènent dans le jardin.

    - Tu n’aurais pas dû la laisser seule avec lui, dit-il en se dirigeant vers la fenêtre.

    - Relax. Il ne lui arrivera rien. Un de mes gars qui est arrivé ce matin est en train de la surveiller.

    - Tu…

    - Qu’est-ce que tu as ?

    - Hope, murmura-t-il en fonçant dehors.

    Christopher se dirigea vers le jardin. Son cœur loupa un battement lorsqu’il sentit toute la détresse et la peur de Hope l’envahir. Il lui fallut quelques secondes pour les voir apparaître devant ses yeux. Le Roi Vlad tendit la main sur la joue de Hope qui se raidit à son contact. Il accéléra la cadence et réussi à retenir Hope avant qu’elle ne s’écroule au sol.

    • Mon dieu. Qu’est-ce que j’ai fait, balbutia le Roi.
    • Qu’est-ce que vous lui avez fait ? cria Christopher en entendant le pouls de Hope ralentir dans ses bras.
    • Je n’aurais pas du… Son destin… Pardonne moi, mon enfant.
    • De quoi parlez-vous, votre seigneurie ? Demanda Dan en se postant devant Christopher de crainte que le Roi ne s’en prenne au prince.
    • Son destin funeste est terminé. Tout ça part ma faute.

    Dan fit un pas vers le Roi le dépassant de toute sa hauteur.

    • Que lui avez-vous fait ?
    • J’ai démarré le processus, répondit le Roi en plongeant son regard dans celui du garde du corps.
    • Quel processus.
    • De sa métamorphose.
    • Comment peut-on arrêter ce processus ? Demanda Christopher.
    • On ne peut pas. Tout comme on ne peut pas empêcher le soleil de se lever. Ce serait allez contre sa nature.
    • Que voulez-vous dire ?
    • Cette jeune femme est ma fille.

     

    Christopher regardait Hope endormie dans le lit tout en écoutant l’histoire du Roi Vlad. Sa rencontre avec la sorcière dont il était tombé amoureux. Leurs histoires d’amours. Sa disparition et la prophétie qui se trouvait sur sa fille.

    • Il doit bien y avoir un moyen d’annuler cette prophétie, dit Dan qui se tenait à côté du Prince.
    • On ne peut contrer la mort. Le fruit de mon amour avec Diane qui était une sorcière a engendré un destin funeste pour notre fille.
    • Son destin funeste est en train de se mêler au tient, murmura Christopher qui avait gardé le silence depuis qu’il avait amené Hope dans sa chambre.
    • Enlève cette idée de ta tête.
    • Si c’est le seul moyen de la sauver, je…
    • Elle deviendrait un vampire de 3ième rang ! Elle préfèrerait mourir. Tu le sais tout autant que moi.
    • Le Prince Christopher a raison.
    • Vous acceptez que votre fille devienne un monstre sanguinaire hors de contrôle ? D’après vos dires, sa mère était une sorcière ce qui fait que le sang de sorcier coule dans ses veines. Si elle devenait hors de contrôle…
    • Elle ne le deviendra pas.

    Le Roi Vlad regarda la jeune femme avant de sortir de la chambre accompagnée de Dan. Une fois la porte fermée, Christopher s’installa au bord du lit, pris Hope dans ses bras et planta ses crocs dans son cou. Il bu son sang et laissé la dernière goutte comme l’exigeait la transformation. Il porta ensuite ses crocs à son poignet puis le porta aux lèvres de la jeune femme tout en priant pour que son instinct ne se trompe pas. Une fois terminé, il s’allongea dans le lit et serra contre lui le corps livide de Hope.


    votre commentaire
  • Chapitre 8

     

    Christopher se réveilla subitement et tendit la main à la recherche du corps chaud de Hope mais ne la trouva pas. Il plongea son regard dans la pièce plongée dans le noir et vit de la lumière filtrer sous la porte de la salle de bain. Il poussa le drap et se dirigea vers la lumière. Lorsqu’il ouvrit la porte, il vit la jeune femme endormie dans le bain. Christopher se glissa à l’intérieur de la baignoire en face de Hope et la regarda dormir.

    • Dois-je te sauter dessus pour que tu ouvres les yeux ?
    • Comment tu sais que je ne dors pas ? dit-elle en redressant sa tête.
    • Ton pouls s’est accéléré quand je suis rentrée dans la baignoire.
    • Tu peux entendre mon pouls ?
    • Aurais-tu oublié qui je suis ?
    • Un gamin capricieux, narcissique et violent, répondit-elle un sourire provocateur sur les lèvres.
    • Tu l’auras cherché, viens par ici, dit-il en lui tirant le bras l’entraînant dans ses bras.

    Christopher sentit son coeur se réchauffer en entendant la jeune femme rire aux éclats. Il l’embrassa dans sa nuque puis l’attira un peu plus contre lui.

    • Ta mère se trompe jamais, n’est-ce pas ?
    • Il ne t’arrivera rien.
    • Je m’y suis fait à l’idée tu sais…

    Christopher desserra son étreinte surpris par ce qu’elle venait de dire. 

    • Tu avais déjà entendu ce que ma mère a dit, n’est-ce pas ?
    • Il y avait un médium dans le village. À chaque fois qu’il me voyait, il criait haut et fort que mon destin était de mourir jeune. Les gens le traitaient de fou. Mais je voyais à ses yeux qu’il ne l’était pas.
    • Qu’est-il arrivé à ta sœur ?
    • Elle a perdu la tête en voyant son fiancé se faire tuer devant ses yeux.
    • Des vampires ?
    • Il n’y a rien de pire que la cupidité humaine.
    • Qu’est-il arrivé à ses humains ?
    • On les a retrouvé mort, éviscéré.
    • Christopher, appela la voix de Dan derrière la porte.
    • Quoi ?
    • Bordel de merde, je peux savoir ce qui s’est passé dans cette chambre ? Dit-il en apparaissant avec une lampe brisée dans sa main.
    • Sors d’ici.
    • Depuis quand es-tu devenu aussi pudique ? Ne me dis pas que c’est parce que tu ne veux pas que je voie ton esclave à poil.
    • Dégage.
    • Nous décollons dans 30 minutes. Dépêchez-vous de terminer ce que vous êtes en train de faire et dégageons. Je m’occupe du directeur au sujet de votre foutoir en attendant.

     

     

     

     

    • Tu as l’air bien pensive, dit Christopher en ouvrant légèrement la fenêtre.
    • Qu’est-ce qu’il y a en Transylvanie ?
    • Le roi Vlad III… Mon père a décidé d’abdiquer, poursuivit-il en la voyant toujours silencieuse. Et avant qu’il ne passe sa place à mon frère, il a préféré établir une relation de confiance avant avec la royauté de Transylvanie.
    • Et il t’envoie toi ?
    • Disons que le Roi m’aime bien, dit-il en se passant sa main dans ses cheveux.
    • Mon père a eu besoin d’un tracteur un jour et n’avait pas l’argent nécessaire pour en acheter un…
    • Tu es en train de me demander de lui en acheter un ?
    • Un villageois en a eu vent. Il est allé voir mon père et il lui a dit que s’il en voulait un il lui en achèterait un...
    • Et il ne voulait rien en échange ? Demanda-t-il septique.

    Christopher sentit la rage l’envahir. Il serra le volant au point d’avoir les jointures de ses mains blanches.

    • Si tu comptes m’énerver ça marche à merveille.
    • Tu sais ce que mon père a fait ?
    • Il vaut mieux pour lui qu’il l’ai tué sur le champ.
    • Il lui a mis son poing dans la figure.
    • Donne moi son nom, demanda-t-il froidement. Je m’en chargerai moi-même.
    • Ce que je veux dire par là. C’est qu’avoir de l’argent ne signifie pas pouvoir tout se permettre.
    • Tu suggères que je frappe mon père ? demanda-t-il amusé.
    • Seulement celui qui te saute dessus.
    • Le Roi Vlad III n’est pas gay, dit-il en rigolant.
    • C’est ce que tu crois.
    • Tu lis beaucoup trop de roman.
    • Il faut bien trouver quelque chose d’amusant à faire dans ce monde ennuyeux.
    • Pour ma part, je préfère m’amuser…

    Un tronc d’arbre surgit de nulle part percutant leur véhicule de plein fouet. La Ferrari fit trois tonneaux sur quelques mètres avant d’atterrir dans le champ à leur droite. Christopher évalua rapidement les dégâts physiques sur lui mais aussi sur Hope qui avait perdu connaissance. Il donna un coup de pied dans la portière l’envoyant voler sur la route. Il sortit de la voiture et fit le tour pour aller libérer Hope. Il la porta vers un arbre hors du périmètre de danger et respira de nouveau lorsqu’elle ouvrit les yeux.

    • Ne bouge pas. Je reviens, dit-il en l’embrassant sur les lèvres.

    Christopher se dirigea vers la route et tourna la tête. La deuxième Range Rover noire était en train de flamber avec les 4 gardes du corps à l’intérieur. La première quant à elle était encore entière et se trouvait à quelques pas de là. Il chercha Dan des yeux et l’aperçut allongé dans le ravin. Christopher s’approcha de lui et libéra un champ électrostatique qui eut pour effet de le sortir de son sommeil.

    • Tu sais qu’il y a d’autres moyens de réveiller quelqu’un dans les vapes, maugréa-t-il en se massant son thorax.
    • Désolé, mon chou mais j’ai fait au plus urgent.

    Dan tourna la tête et vit la voiture calcinée ainsi que les corps de ses subordonnés.

    • Et merde ! J’avais mis des années à trouver des types compétents !
    • Ravis de voir que la mort de tes camarades ne…

    Une boule de feu bleu fonça droit sur eux coupant court à leur discussion.

    • Bordel de merde. C’est qui ses enfoirés !
    • Des sorciers.

    À ses mots, cinq personnes portant l’emblème des sorciers de Salem sur leur poitrail sortirent de nulle part.

    • L’heure de votre mort est arrivée.
    • Le dernier qui m’a sorti ça a vu sa tête séparer de son corps, souhaitez vous faire la même expérience ? Demanda-t-il un sourire diabolique sur les lèvres.
    • Prépare toi à rejoindre des ancêtres, vampire.

    Christopher fonça sur le premier sorcier, plongea sa main dans sa poitrine et lui arracha le cœur. Il s’apprêta à foncer sur le sorcier qui l’avait menacé mais fut stoppé net. Il baissa les yeux et vit ses pieds collés au sol. Il tendit la main vers la route et utilisa l’élément de feu pour faire fondre le béton. Un sorcier choisit ce moment là pour lui foncer dessus avec un poignard magnifique à la main. Il s’apprêta à parer le cou mais Dan surgit derrière lui, lui brisant la nuque. Une fois les 4 sorciers terrassés, ils se tournèrent vers le porte parole. Celui-ci le dévisageait avec un regard plein de haine.

    • C’est terminé. Dit Dan d’une voix distincte. Rendez vous où mourrez.
    • Nul ne peut échapper à son destin funeste.

    Le magicien tendit le bras et un immense arc apparut. Il tendit la corde puis la lâcha libérant ainsi une flèche en argent. Dan sauta sur le magicien et lui brisa la nuque d’un geste sec. Christopher fronça les sourcils se demandant à quoi rimait cette mascarade. Ils étaient à quelques pas devant eux et pourtant il avait tiré dans le sens opposé. Il tourna la tête et lâcha une injure en voyant la flèche argentée changer de direction pour se diriger droit vers Hope qui se tenait à côté de la voiture calcinée.

    • Hope ! Hurla le jeune homme.

    Il courut vers elle libérant toute sa puissance tout en priant pour qu’il arrive avant la flèche. Lorsqu’il fut à quelques mètres d’elle il sauta vers elle la plaquant au sol.

    • Tu n’as rien ?
    • Je vais bien.

    Christopher se redressa et tendit la main vers Hope pour l’aider à se relever. C’est au moment où il fit un pas en avant qu’une douleur fulgurante le traversa de part en part. Il posa un genou à terre et porta une main sur son ventre.

    • Chris ! Cria Hope. Tu es blessé ?
    • Je n’ai rien, dit-il en grimaçant avant de s’écrouler au sol.

    Dan qui les avait rejoint, s’agenouilla et tendit la main vers son cou.

    • Qu’est-ce qu’il a ?
    • Où est là flèche ?
    • La flèche ?

    Hope tourna la tête à la recherche de la flèche mais ne la trouva pas. Dan leva le t-shirt de Christopher et lâcha une injure en voyant un énorme hématome se former sous la peau de son meilleur ami.

    • Il faut extraire l’argent de son organisme et vite.
    • Qu’est-ce que vous faites ? Demanda Hope en voyant Dan sortir son couteau.
    • Les flèches magiques ont la particularité de fondre lorsqu’elle touche sa cible. Le liquide argenté se déplace dans les vaisseaux sanguins et finit par tuer le vampire. Si on ne retire pas le poison immédiatement de ses veines, il va mourir.

    Hope posa la tête de Christopher sur ses cuisses et lui murmura quelques mots à l’oreille. Dan quand a lui tendit son couteau et fit une profonde entaille dans l’abdomen de son meilleur ami. Une fois terminé, il posa son poignard au sol avant de tendre la main au dessus du corps du jeune homme. Une lumière blanche sortit des doigts du garde du corps et quelques minutes plus tard un liquide gris sortit du corps de Christopher. Une fois certain d’avoir réussi à extraire tout le liquide argenté, il le balança au loin.

    • Son pouls ralentit, dit Hope paniqué.
    • Il lui faut du sang de toute urgence.
    • Dans la voiture ?
    • Elle a calciné. On ne peut pas non plus risqué le fait de prendre le sang de ses magiciens. Notre dernière chance est d’atteindre le château du Roi de Transylvanie.
    • Il ne tiendra pas jusque là.
    • Tu as peut être une meilleure option ?
    • Oui, moi.
    • Il en est hors de question.
    • Je suis une humaine et il a besoin de…
    • J’ai dit non.
    • Pourquoi !
    • Le fait qu’il risque sa vie ne te met pas la puce à l’oreille ? Il tient beaucoup trop à toi pour boire une seule goûte de ton sang.
    • Grand bien lui fasse. S’il refuse de le faire alors je le ferai à sa place !

    Hope attrapa le couteau de Dan et enfonça la lame sur la coupure que le Roi Kilian lui avait fait deux jours plus tôt. Elle plaça son poignet dessus les lèvres de Christopher et laissa son sang couler librement.

    • Ça marche, dit Dan en reprenant son pouls.

    Hope vit la main de Christopher bouger puis se lever vers elle et chasser son poignet.

    • Il faut que tu boives, insista Hope en remettant son poignet devant sa bouche.

    Christopher tourna la tête vers Hope et plongea son regard dans ses yeux larmoyants. Il leva la main vers son poignet et l’approcha de ses lèvres.

     

    • Je maintiens que nous devrions faire demi tour, dit Dan en serrant le frein à main. Tu es beaucoup trop faible pour parler politique.
    • Il en est hors de question.

    Dan poussa un long soupir désespéré avant de descendre de la voiture et ouvrit la portière arrière. Christopher descendit suivit de près par Hope qui chancela.

    • Est-ce que ça va ? demanda-t-il inquiet.
    • Ce n’est pas plutôt à moi de te poser cette question ?
    • Je suis ravi de vous voir sain et sauf, Prince Christopher.

    Hope tourna la tête et vit une jeune femme avec la peau porcelaine et les cheveux noirs.

    • Les nouvelles vont vite à ce que je vois. Où se trouve le Roi Vlad III ?
    • Père est en voyage et devrait revenir demain. J’ai demandé à ce que votre chambre soit préparée.
    • Merci, pour votre hospitalité,

    Hope dévisagea Christopher surprise de le voir parler aussi froidement envers leur hôte.

    • Tu es ici chez toi.

    Il tourna la tête vers Dan qui hocha la tête avant de prendre Hope par le bras et la tirer à l’intérieur.

    • On ne devrait pas attendre Chris… le prince ? Rectifia Hope en voyant le valet la regarder du coin de l’œil.
    • Il va arriver.

    Le valet s’arrêta devant une porte et l’ouvrit avant de se mettre sur le côté.

    • Voici vos appartements privés ainsi que celle de l’esclave.
    • Vous voulez que je dorme dans la même pièce que lui ? Ne pu s’empêcher de dire Hope.
    • Les esclaves ne dorment en aucun cas avec leur maître en Transylvanie.
    • Où est-ce qu’ils dorment alors ?
    • Dans des cachots, répondit-il sèchement avant de partir.
    • Comme hospitalité, j’ai vu mieux, maugréa la jeune femme.
    • Leur façon de faire est différente de la notre. En tant qu’invité, il est de notre devoir de suivre leur loi.

    Hope tourna la tête et regarda Christopher plus pâle que jamais. Celui-ci était appuyé contre le mur, une main sur son ventre.

    • T’es sérieux ?
    • Très sérieux. Va te coucher et ne fait rien de stupide.

    Hope s’apprêta à répliquer mais Christopher disparu derrière la porte à côté de la leur. Elle se dirigea vers la porte mais Dan l’attrapa par le bras la tirant dans leur quartier.

    • Arrête de faire ta tête de mule et obéit pour une fois, esclave.
    • Vous êtes d’accord avec ce que Chris a dit ?
    • Si Ilana avait été là vous aurez accepté qu’elle dorme dans une chambre avec vos subordonnés ?
    • Oui, car nul étranger ne peut enfreindre la loi.
    • Faites gober la couleuvre à quelqu’un d’autre.
    • Quoi ?
    • Vous savez que vous mentez très mal ?
    • Et toi tu es extrêmement énervante pour une esclave.
    • Je n’y peux rien. C’est un trait de caractère familial. On a tendance à vite énerver les gens.

    Dan lança un coussin vers Hope qui l’attrapa maladroitement de la main gauche.

    • Vous êtes trop fatigué pour porter vous-même votre coussin vers le canapé ?
    • Très drôle.
    • Ce n’était pas censé être drôle.
    • Tu crois que je vais te laisser le lit, peut être ?
    • Et pourquoi devrais-je faire ça ?
    • Parce que je suis une fille ?
    • Tu es une esclave.
    • Vous les vampires vous avez que ce mot à la bouche.

    Dan ferma les yeux et pris une grande inspiration pour essayer de garder son calme. Peine perdue.

    • Où est-ce que vous allez ? Cria Hope.
    • Je sors avant de perdre le contrôle et de vous égorger, cracha-t-il avant de franchir la porte.
    • Ses deux là, ne sont pas amis pour rien, soupira Hope.

    Elle posa le coussin sur le canapé puis décida d’aller se doucher. Elle enleva sa robe blanche tâchée de sang et se glissa sous le jet d’eau chaude. Elle s’entreprit à enlever le bandage improvisé de son poignet et laissa l’eau couler sur la plaie. Elle finit de se laver et enfila une serviette autour de son corps. Lorsqu’elle sortit de la salle de bain pour aller chercher son sac, elle tomba sur la fille du Roi. Celle-ci se tenait devant la fenêtre et regardait au loin.

    • Christopher a eu plusieurs jouets depuis son enfance. Et pas une seule fois il les a regardé comme il vous regarde. Il les a également jamais touché, hors je sens son odeur partout sur vous.

    Hope déglutit en voyant le regard rempli de haine de la jeune femme.

    • Qu’est-ce que vous fabriquez avec mon fiancé ?
    • Cette esclave a donné son sang au prince lorsqu’il a été blessé lors de l’attaque contre les magiciens. Vous devez sans doute savoir que lorsqu’un vampire bois le sang d’un humain son odeur se répand sur celui-ci.

    La princesse bougea vers Hope, tendit son bras puis attrapa son cou et la souleva du sol.

    • Tu crois vraiment que je vais gober cette histoire ? Me prendrais-tu pour une idiote ?

    Hope posa ses mains sur celle de la princesse et essaya de la faire lâcher prise. C’est au moment où elle commençait à manquer d’air qu’elle entendit la voix de Christopher.

    • Valéria, lâche la.
    • Ce n’est qu’une esclave, mon amour. Pourquoi t’inquiètes-tu pour son sort ?
    • Son sort m’importe peu, répliqua-t-il sèchement.
    • Si c’est le cas, tu ne vois aucun inconvénient à ce que je la tue ?
    • Mais je doute que ton père accepte ce que tu t’apprêtes à faire.
    • Et pourquoi ça ?
    • Il est interdit de tuer l’esclave d’un roi sans avoir l’autorisation du souverain sous peine de représailles. Tu n’es pas censé savoir que mon père respecte les lois des anciens à la lettre.

    Hope sentit la main de Valéria se desserrer autour de son cou avant qu’elle ne se retrouve propulsé à travers la pièce. Elle ferma les yeux se préparant à percuter le mur violemment mais deux bras robustes la rattrapèrent avant.

    • Joli réflexe, Dan, ricana la jeune femme avant de se retourner et sortir.

    Hope ouvrit les yeux et vit Christopher serrer les poings avant de sortir à son tour.

    • Est-ce que ça va ?
    • Sa fiancée ? réussit-elle à dire d’une voix roque.
    • Leurs parents les a fiancé dès leur naissance pour créer une alliance, expliqua Dan en enfilant son manteau en cuir.

    Hope commença à comprendre la discussion qu’ils avaient eut au sujet de leur voyage pour la Transylvanie. Le roi Kilian n’avait pas envoyé son fils pour créer une alliance mais pour la maintenir.

    • Je dois m’occuper d’une affaire urgente. Ferme la porte à clé et n’ouvre à personne sous aucun prétexte jusqu’à mon retour. Pas même à Christopher.
    • Pourquoi ?
    • Je connais Christopher. Même s’il sait qu’il ne doit en aucun cas venir pour éviter de confirmer les soupçons de la princesse Valéria, son envie d’être auprès de toi sera plus forte que sa raison. Il va venir et crois moi, pour sa sécurité et la tienne, il vaut mieux que tu ne le laisses pas entrer. Les gens ne doivent en aucun cas savoir que tu es bien plus qu’un jouet pour lui.

    votre commentaire
  • Chapitre 7

     

    Cela faisait plus d’1h que Dan avait amené Hope dans cette suite. Elle déambulait tel un lion en cage tout en se demandant ce qu’il était advenu de Christopher. Le roi était un vieux tyran capricieux qui refusait apparemment qu’on lui tienne tête. La lèvre fendue de Christopher confirmait ses dires.

    • Cela ne sert à rien de tourner en rond. Assis-toi, esclave, dit Dan en jouant avec son couteau.
    • Comment pouvez-vous être aussi calme ?
    • Es-tu inquiète de ce qui pourrait t’arriver s’il venait à mourir ou inquiète qu’il puisse mourir ?
    • Je serais curieux d’entendre la réponse.

    Hope retient sa respiration en voyant Christopher à l’encadrement de la porte. Hormis l’entaille sur sa lèvre, il semblait n’avoir aucune plaie. Le prince s’avança vers le mini bar et se servit un Whisky pur avant de le boire cul sec.

    • Est-ce que ça va ?
    • Allez-vous coucher. Nous repartons demain.

    Hope regarda Dan sortir de la pièce puis refermer la porte derrière lui. Christopher quand a lui se dirigea dans la salle de bain. Elle s’apprêta à se rendre dans la chambre attitré aux esclaves lorsque son regard se porta sur le verre de Whisky vide sur lequel se trouvait une emprunte de sang. Elle se dirigea vers la salle de bain et entra sans prendre la peine de frapper.

    • Est-ce que ça va ? demanda-t-elle derrière le rideau de douche.
    • Je vais bien.

    Hope ouvrit le rideau en grand et eu un hoquet de surprise en voyant les plaies sur son torse. 

    • Comment vous pouvez allez bien ! Qu’est-ce qu’il vous a fait…

    La jeune femme tendit la main vers une des plaies de Christopher mais celui-ci lui agrippa la main avant qu’elle ne puisse poser ses doigts sur lui.

    • Je vais bien, répéta-t-il froidement.
    • Vous n’aurez pas du intervenir.
    • Et laisser mon père jouer avec vous ?
    • Si ça vous aurez évité d’être blessé alors oui, vous aurez dû !
    • Je vous rassure. Si ça n’aurais pas été vous, ça aurait été quelque chose d’autres.
    • Comment ça ?
    • Mon père prend un malin plaisir à se défouler sur moi pour se changer les idées… Pourquoi prenez-vous cet air surpris ? Vous croyez peut être que mon père est un modèle parental ? ricana-t-il amèrement avant de sortir de la douche.

    Hope regarda le prince enrouler une serviette autour de la taille et sortir de la salle de bain sans jeter un regard en arrière. Lorsqu’elle sortit à son tour, elle retrouva le salon vide. Elle risqua à jeter un coup d’œil dans la chambre du jeune homme mais trouva la chambre vide. Elle se dirigea vers le fauteuil beige et s’assis. Quelques minutes plus tard quelqu’un vient frapper à la porte. Une jeune femme chétive entra et déposa un plateau en argent avec une cloche sur la table.

    • Votre repas est servi mademoiselle.
    • Savez-vous où se trouve le Prince Christopher ?
    • Il se trouve dans les appartements de son garde du corps personnel.

    L’esclave se courba avant de sortir sans quitter le sol des yeux. Elle attendit 2h  puis décida d’aller se coucher. Elle s’apprêta à se rendre dans sa chambre attribuée mais préféra se rendre dans la chambre du prince pour plus de sécurité. Elle attrapa un oreiller et s’allongea au pied du lit. C’est au alentour de 10h du matin qu’un bruit de piano la réveilla. Elle s’étira et fut surprise de ne plus être sur le sol mais dans le lit. Elle tira les draps et sortit dans le salon où se trouvait Christopher. Celui-ci était en train de jouer. Elle s’approcha de lui et le regarda jouer en silence. La journée d’hier lui revient subitement en mémoire et compris enfin pourquoi il jouait cet air si triste. L’air qu’il était en train de jouer reflétait le reflet de son âme meurtri. Elle posa ses yeux sur ses doigts fins et agiles puis sur ses lèvres pulpeuses. Elle imagina l’espace d’un instant ses mains si puissantes sur son corps et du se mordre sa lèvre inférieure pour se contrôler. Christopher s’arrêta soudainement de jouer et regarda la jeune femme qui retient son souffle en voyant la couleur de ses yeux changer instantanément.

    • Vos yeux…

    Christopher détourna son regard immédiatement et attrapa son verre de Whisky avant d’en boire une gorgée.

    • Ils changent de couleur à chaque fois que vous me regardez.
    • C’est un trait caractéristique de la famille royale de Rapsody, dit-il en buvant cul sec son verre.
    • Qu’est-ce que ça signifie ?
    • Tout doit avoir une signification chez vous ?

    Hope tendit la main vers Christopher l’obligeant à la regarder. Comme elle s’y attendait ses yeux passèrent du bleu au gris.

    • Surtout lorsque j’en suis la cause.
    • Vous croyez que tout vous concerne ?
    • En général, c’est le cas.
    • Je vous trouve très présomptueuse.
    • Il faut bien être présomptueuse pour être désirable.
    • Qui a dit que vous l’étiez ?
    • En vous interposant contre votre père.  

    Christopher attrapa la main droite d’Hope et leva son poignet où se trouvait l’entaille que son père avait fait quelques heures plus tôt.

    • Je n’aime pas qu’on touche à mes affaires.
    • Où allez-vous ?
    • Là où je vais ne vous regarde en rien esclave, répondit-il froidement. Retournez vous coucher.

    Hope regarda le jeune homme franchir la porte sans se retourner. Une fois de plus, elle se retrouvait seule dans un endroit dangereux et effrayant. Elle attrapa une couverture, l’enroula autour d’elle et alla se caller sur le fauteuil en prenant un livre au passage qui se trouvait dans la bibliothèque. Elle commença à lire en jetant par moment un coup d’œil vers la porte d’entrée. Elle lut ainsi pendant des heures en restant sur le qui-vive. C’est au moment où elle termina le livre qu’elle commença à s’inquiéter de ne pas revoir le prince revenir. Elle rangea le livre dans son étagère, et décida de partir en expédition. Elle passa en premier dans les appartements privés qu’ils avaient donné à Dan mais n’y trouva personne. Une fois devant la porte, elle longea le couloir jusqu’à se trouver devant une porte qui était gardée par deux gardes vampires. Elle s’apprêta à faire demi tour mais stoppa net en entendant des bruits de métal provenir de derrière la porte. Elle prit une grande inspiration et s’approcha des gardes qui tendirent leur bras pour l’empêcher d’entrée.

    • Pourquoi…

    Hope sursauta en voyant la porte s’ouvrir brusquement laissant apparaître le garde du corps du prince.

    • Que fais-tu ici ?
    • J’énumère les issues de secours.
    • Ton issue de secours se défoule dedans, dit Dan un sourire amusé sur les lèvres.

    Dan ordonna au garde de la laisser passer puis disparu dans l’obscurité du couloir. Hope fit un pas en avant vers la porte et attendit. Lorsqu’elle comprit que les gardes ne bougeraient pas elle ouvrit la porte et la franchir. Elle se retrouva dans une pièce constituée de tatami et d’accessoire de combat mais aussi de boxe. Elle tourna la tête et vit Christopher. Celui-ci était en train de taper dans un sac de boxe. Hope se mordit la lèvre en voyant des gouttes de sueurs tomber dans son dos musclé. Elle ouvrit la bouche mais la referma immédiatement. Pour la première fois de sa vie, elle ignorait quoi dire. Elle reporta son attention sur le visage tendu du jeune homme et y vit de la souffrance. Elle baissa ses yeux sur les mains et vit les jointures de ses mains à vif.

    • Christopher, murmura-t-elle.

    Christopher suspendit son geste quelques secondes et continua à frapper dans le sac. Hope tendit la main et la posa sur son biceps qui eut pour effet de le faire reculer. Il regarda la jeune femme froidement, la respiration saccadée, les bras ballant le long de son corps. Hope fit un pas vers lui mais celui-ci recula d’un pas. Elle n’eut pas besoin de l’entendre parler pour comprendre que si elle continuait, il lui infligerait la pire des tortures voir pire. Elle avait deux choix devant elle. Soit elle sortait immédiatement et le laissait dans sa souffrance à se défouler contre ce sac. Soit elle continuait à le défier et les choses risquaient fortement de mal tourner pour elle. Ses yeux se posèrent sur les plaies qui étaient en train de cicatriser et ne pu se résigner à quitter la pièce. Elle regarda le jeune homme se diriger vers un banc sur lequel était posé une bouteille d’eau et une serviette. 

    • Christopher…

    Hope vit le jeune homme fermer les yeux et contracter sa mâchoire.

    • Retournez vous coucher, dit-il froidement en attrapant la serviette pour s’essuyer.

    Hope tendit la main pour attraper la sienne et sentit le jeune homme se raidir à son contact.

    Elle s’attendait à ce qu’il dégage sa main de la sienne mais celui-ci ne bougea pas d’un pouce. Elle attrapa une serviette sur le banc puis versa un peu d’eau de la bouteille avant de tamponner ses jointures meurtries. Elle délaissa ses mains pour se reporter sur les plaies de son buste. Lorsqu’elle posa la serviette humide sur ses abdominaux, elle remarqua des frissons apparaître sur tout son corps. Elle cligna des yeux surpris qu’un vampire puisse être sensible à un changement de température. Elle s’apprêta à tamponner une plaie sur sa clavicule gauche mais la main puissante du jeune homme la saisit fermement.

    • Votre mère ne vous a pas appris à jouer avec le feu ? Dit-il d’une voix posée.
    • J’ai toujours adoré le feu, murmura-t-elle en touchant la lèvre inférieur fendu du vampire.
    • Ne vous plaignez pas une fois que vous serez brûlé.
    • Je ne suis pas du genre à me…

    Avant même qu’elle n’eut le temps de terminer sa phrase, Christopher fondit sur elle. Il posa sa main droite derrière sa nuque et attira sa bouche vers elle, l’embrassant avec fougue. Hope se mit sur la pointe des pieds et posa ses bras autour de son cou pour l’attirer un peu plus vers elle. Elle sentit les mains du prince se poser sous ses fesses avant d’être soulevé du sol et d’être plaqué contre le mur violemment. Elle planta ses ongles dans le dos du jeune homme en guise de représailles qui émit un grognement sauvage. Il se décala légèrement et déposa Hope sur des tatamis empilés les uns sur les autres lui arrivant ainsi jusqu’à la taille. Il posa ses mains de part et d’autres de la robe blanche de la jeune femme et la déchira sans le moindre effort. Hope quand à elle essayait d’atteindre le bas de son jogging mais Christopher ne le vit pas sous cet angle. Il posa sa main sur le buste de la jeune femme l’obligeant à s’allonger contre les tatamis. Il se pencha à son tour et embrassa Hope dans le cou.

    • Dis le, murmura Christopher en lui mordant l’oreille.
    • Dire quoi ? Gémit Hope excité.
    • Que tu as envie de moi.
    • Je croyais que tu prenais les choses sans demander.
    • Tu n’es pas une chose, mais mon jouet, dit-il en introduisant sa main dans sa culotte.

     

    Hope se réveilla en étouffant un léger cri de douleur. Elle avait des courbatures et des griffures un peu partout sur le corps mais la jeune femme se sentait vivante. Un vent glacial vient lui rappeler qu’elle n’avait aucun tissu sur le dos. Elle tourna la tête à la recherche de ses vêtements mais n’y trouva rien. Elle se mis au bord des tatamis et aperçut ses vêtements déchirés sur le sol. Elle s’apprêta à descendre des tatamis lorsque sa main gauche rencontra le t-shirt de Christopher. Elle l’enfila à toute hâte et entreprit de descendre les tatamis mais son pied dérapa. Elle ferma les yeux s’attendant à rencontrer le sol brutalement mais deux bras puissant arrêtèrent sa chute.

    • Les filles qui sortent de mes appartements sont capables de marcher en général. Est-ce que j’y suis allé un peu trop fort ?

    Hope se mordit la lèvre inférieure en repensant à leur ébat. Elle reconnaissait ne pas avoir beaucoup d’expérience dans ce domaine mais jamais elle n’avait éprouvé une telle chose. Il l’avait fait hurler de plaisir tant de fois qu’elle avait arrêté de compter. Hope retient sa respiration en voyant ses yeux briller de mille feux.

    • Tu ferais mieux d’arrêter tout de suite si tu veux sortir de cette pièce en marchant sur tes pieds.

    Hope s’apprêta à répliquer mais fut coupé dans son élan en voyant Dan surgir de nul part.

    • Nous décollons dans 30 minutes, dit le garde du corps dans le dos Christopher.
    • On arrive, répondit le prince sans quitter des yeux la jeune femme.
    • J’ai dit 30 minutes, mec. Alors arrête de regarder ton jouet comme si tu allais de nouveau la sauter.
    • Je me disais bien avoir entendu ta voix.
    • Mère.

    Hope étouffa une injure tout en tirant sur son t-shirt mais la tenue vestimentaire n’eut pas l’air de déranger la Reine qui continuait à s’avancer vers eux d’une démarche gracieuse. Lorsqu’elle arriva à leur niveau, elle toisa Hope de la tête au pied avant de reporter son attention sur son fils.

    • Je n’aime toujours pas son regard, dit-elle avec une moue boudeuse.
    • Mère…
    • Je n’aime pas non plus la façon dont tu la regardes.

    Hope déglutit en voyant la reine s’avancer vers elle et lui pincer le menton pour la forcer à la regarder droit dans les yeux.

    • Son destin funeste est en train de se mêler au tient.

    Christopher posa sa main sur celle de sa mère attirant ainsi son attention.

    • Qu’est-ce que vous avez vu ?
    • La mort.
    • Comment la stopper ?
    • Il est trop tard fils, dit la Reine doucement en posant sa main sur sa joue. Le processus a déjà commencé.
    • Ta mère est toujours aussi folle à ce que je vois, ricana Dan une fois la Reine sortie.
    • Ne fais pas attention à ce qu’elle dit. Mon père a rendu ma mère malade.
    • Tu me dis de ne pas y faire attention mais tu lui as demandé des précisions. Tu crois ce qu’elle raconte tout autant que je la crois, rajouta-t-elle doucement avant de sortir de la pièce.
    • Je suis le premier à déclarer que ta mère est dingue, mec. Mais il n’est pas arrivé une seule fois où elle ait eu tort…

     

    Hope attendait patiemment dans une voiture du Range Rover l’heure du départ. Depuis qu’elle était sortie de cette pièce elle ne cessait de penser aux paroles de la Reine. Depuis sa naissance, on n’avait jamais cessé de lui répéter ce genre de chose. Mais l’entendre de la bouche d’une vampire la perturbait au plus haut point. Hope retient sa respiration en entendant la voix de Christopher dehors.

    • Où est-elle ?
    • Dans ma voiture.

    Hope se tassa sur son siège en entendant des pas se diriger dans sa direction.

    • Laisse-lui le temps pour digérer la chose.
    • Elle digèrera les choses dans ma voiture.
    • C’est une humaine, mec ! Une humaine pas comme les autres certes mais une humaine. Tu sais très bien comment ils se comportent quand ils savent qu’ils vont mourir.
    • Elle ne va pas mourir, répliqua-t-il froidement.
    • Qui essayes-tu de convaincre en disant ça ?

    Hope sursauta en entendant la portière côté conducteur s’ouvrir. Dan s’installa derrière le volant et démarra.

    • C’est plus compliqué d’affronter son destin maintenant, n’est-ce pas ? Demanda Dan en la regardant à travers le rétroviseur. Surtout quand il est question d’amener avec toi le type pour qui tu craques.

    Hope détourna son regard et regarda le paysage défiler en espérant que le garde du corps comprenne son message silencieux de la laisser tranquille. Chose qu’il ne fit pas.

    • Tu n’avais pas l’air surprise en entendant la prophétie de la Reine, je me trompe ?
    • Comment va Ilana ? Suscite-t-elle toujours autant votre désir de lui sauter dessus ?

    Comme elle s’y attendait Dan maugréa des paroles inintelligible avant de reporter son attention sur la route.

    Ils roulèrent ainsi en silence jusqu’au lever du soleil où ils décidèrent de s’arrêter dans un hôtel haut de gamme. Hope sortit de la voiture suivit de près par les armoires à glace qui se trouvait dans la voiture.

    • Prince Christopher, dit un homme corpulent en s’inclinant. C’est un plaisir de vous accueillir parmi nous. J’ai fait préparer la suite VVIP ainsi qu’une suite pour vos employés.

    Le vieil homme se tourna vers les gardes de la sécurité de l’hôtel à l’entrée puis leur aboya un ordre dans une langue qu’elle ne connaissait pas. Les vigiles hochèrent la tête et se dirigèrent vers la jeune femme mais ils furent immédiatement projetés au sol par Dan.

    • Cette humaine m’appartient, dit froidement Christopher en serrant le cou du directeur de l’hôtel. Est-ce que c’est clair ?
    • Chris… murmura Hope du bout des lèvres.

    Le jeune homme se raidit instantanément avant de tourner la tête vers Hope. Celle-ci se mordit la lèvre inférieure ne sachant pas quoi dire ou même si elle pouvait lui parler librement devant des inconnus. Christopher lâcha le cou du directeur et fondit sur elle. Il lui attrapa la main et la tira à l’intérieur sans ménagement. Ils traversèrent un immense hall rempli de cristal avec un parquet en or massif puis se dirigèrent vers l’ascenseur. Les portes s’ouvrirent sur un liftier d’une vingtaine d’année.

    • Bonjour, Prince Chr…

    Christopher attrapa le liftier par le col de sa veste et le tira hors de l’ascenseur avant de rentrer à l’intérieur. Il appuya sur le dernier bouton puis sur le bouton de fermeture des portes.

    • ..

    Avant même que la jeune femme puisse terminer sa phrase Christopher la plaqua contre la cloison du fond et l’embrassa avec fougue. Il posa ses deux mains sous les fesses de la jeune femme et la souleva du sol. Hope entoura le corps musclé du jeune homme de ses jambes et s’accrocha à sa nuque tout en continuant à l’embrasser. Elle poussa un léger gémissement lorsque celui-ci lui mordilla son oreille.

    • Je devrai te punir de m’avoir laissé seul avec mon ennui toute la journée, dit-il d’une voix suave en reportant de nouveau son attention sur ses lèvres.

    Hope émit un autre gémissement lorsque ses mains remontèrent le long de ses cuisses.

    • Et c’est d’ailleurs ce que je vais faire, maintenant.

    Hope cligna des yeux, essayant d’assimiler les informations qu’il était en train de dire.

    • Quoi ?
    • Vilaine fille, dit-il un sourire diabolique sur les lèvres avant de l’éloigner de lui afin de la reposer au sol.
    • T’es sérieux ? Demanda Hope frustrée.

    Christopher passa sa langue sur ses lèvres avant de se pencher à son oreille et de lui susurrer :

    • Très sérieux.

    Hope s’apprêta à répliquer mais referma immédiatement la bouche en voyant trois vampires d’un certain âge monter dans l’ascenseur. Comme de coutume, ils s’inclinèrent à la vue de Christopher et regardèrent leur pied en silence. La jeune femme croisa les bras avant de s’appuyer contre la parois du fond où il y a quelques secondes plus tôt elle avait faillit prendre son pied avec le bel étalon aux yeux gris métallique. Hope cligna des yeux, puis afficha un large sourire avant de se mordre la lèvre inférieure. Christopher la foudroya du regard avant de secouer négativement la tête. La porte de l’ascenseur s’ouvrit de nouveau et laissa entrer cette fois-ci un couple de vampire avec leur rejeton. Hope se raidit en se rendant compte du nombre de vampire dans l’ascenseur. Elle était tellement obnubilée par son désir inassouvi qu’elle avait oublié qu’elle se trouvait en territoire ennemi. Elle sentit une main chaude se poser sur son bras gauche et la tirer sur le côté. La jeune femme tourna la tête vers le miroir sur sa gauche et vit un léger sourire se dessiner sur les lèvres de Christopher. Hope plissa des yeux et se demanda à quoi il pouvait bien penser à cet instant précis. Elle sentit les mains du jeune homme se poser sur elle et l’attirer contre lui. Un désir l’envahit lorsqu’elle sentit quelque chose de dur se frotter contre elle. Elle tordit son bras en arrière pour essayer de toucher le renflement en cause de son excitation mais Christopher l’en empêcha. La respiration d’Hope s’intensifia lorsqu’elle sentit le souffle chaud du jeune homme caresser son cou.

    • Non seulement tu es une vilaine fille mais en plus tu es indisciplinée.

    Hope se mordit la lèvre pour étouffer un gémissement en sentant la main de Christopher passer sous sa robe et déchirer sa culotte.

    • Il va vraiment falloir que je revoie ton éducation.
    • J’ai toujours eu du mal avec la discipline, murmura-t-elle d’une voix saccadée.
    • C’est parce que tu n’as pas eu de bon prof, susurra-t-il à son oreille avant de glisser de nouveau sa main sous sa robe.

    Hope s’appuya contre le corps solide de Christopher pour éviter que ses jambes ne flanchent mais ça ne suffit pas lorsqu’il se mit à la caresser. Elle sentit le bras gauche du prince l’encercler autour de la taille pour la tenir fermement debout afin de continuer son supplice. La jeune femme ne pu s’empêcher de lâcher un léger gémissement lorsqu’une main experte vient s’amuser avec son clitoris. Le vampire qui se trouvait devant eux risqua un coup d’œil pervers qui n’échappa à Christopher. Une tension électrique envahit l’ascenseur  faisant ainsi clignoter les lumières.

    • Dehors, ordonna-t-il avant que les portes ne s’ouvrent subitement.

    Les occupants de l’ascenseur s’inclinèrent et sortirent en quatrième vitesse sous le regard ébahit de Hope.

    • C’est toi qui as fait ça ?
    • Pourquoi as-tu l’air aussi surpris ? Demanda-t-il en se dirigeant vers les boutons de l’ascenseur.
    • Qu’est-ce que tu fais ?
    • J’accélère cette foutu ascension avant que je ne perde le contrôle définitivement, dit-il en serrant les dents.

    Hope se plaça derrière le jeune homme et plongea ses mains sous son t-shirt afin de poser ses doigts sur ses abdominaux.

    • Je croyais que j’étais puni de t’avoir laissé seul toute la journée, dit-elle en glissant sa main droite sous son pantalon.
    • Je t’assure tu vas l’être. Tu vas même me supplier d’arrêter.

    Hope lâcha un cri de surprise en se sentant décoller du sol.

    • Je crois que j’ai laissé un de mes organes dans l’ascenseur dit Hope en se tenant au bord d’une immense table en verre.

    Hope regarda la porte d’entrée qui devait certainement être la porte de la suite VVIP et rechercha le prince du regard mais ne le trouva pas.

    • Chris ?
    • Prépare toi à souffrir pour le supplice que tu m’as fait endurer dans ce foutu ascenseur.

    Avant même qu’elle ne puisse réagir Christopher fondit sur Hope la transportant sur le lit King Size. Il déchira la robe sans le moindre scrupule, retira ses vêtements puis releva légèrement les cuisses de Hope avant de la pénétrer. Hope enfonça ses ongles dans le dos du jeune homme qui eut pour effet de lui faire accélérer la cadence. Hope encercla sa taille de ses jambes puis posa ses mains sur le torse du jeune homme le renversant sur le dos. Elle ne pu s’empêcher d’afficher un sourire triomphant sur les lèvres. Christopher essaya de se redresser mais la jeune femme posa ses mains sur ses pectoraux le forçant à rester allongé. Elle se redressa et commença à bouger sensuellement. Christopher se mis assis afin de prendre dans sa bouche un sein. Il le lécha le mordilla le happa une fois satisfait de la teinte, il s’attaqua à l’autre.

    • Chris… haleta la jeune femme qui était cramponné à ses épaules.
    • Redis le, dit-il en lui mordillant le cou.
    • Chris…

    Hope poussa un cri de surprise une nouvelle fois en rencontrant quelque chose de froid contre son dos. Elle comprit qu’elle se trouvait sous la douche lorsque l’eau commença à couler du robinet cassé. Christopher posa ses mains sur ses cuisses, la souleva tout en la plaquant un peu plus contre le mur afin de s’enfoncer un peu plus en elle. Au bout de quelques minutes le corps entier de Hope se raidit annonçant qu’elle était à deux doigts de jouir mais Christopher en décida autrement.

    • Tu es sérieux !
    • Je t’avais dit que j’allais te faire souffrir, dit-il en la posant au sol un sourire sadique aux lèvres.
    • Ce n’est pas de la souffrance mais de la torture physique, ce que tu es en train de faire !
    • Torture qui m’a habité toute la journée.
    • Comme tu veux, dit-elle en se dirigeant vers le salon en mettant une serviette autour de son corps.
    • Qu’est-ce que tu fais ?
    • Je vais demander à l’accueil de m’apporter un sex-toys, dit-elle en prenant le combiné.
    • Tu n’oseras jamais.
    • Si tu ne veux pas assouvir ce besoin que tu t’amuses à activer à chaque fois, je le ferai moi même.

    Christopher croisa les bras sur son torse musclé et afficha un sourire amusé sur les lèvres avant d’ajouter.

    • Tu bluffes.
    • Tu veux parier ?
    • Le numéro de l’accueil est enregistré sur la touche 1.

    Hope le foudroya du regard avant de décrocher le combiné.

    • Tu campes toujours sur ta position ?
    • Tu veux que j’appuie sur la touche ? Dit-il en lui faisant un clin d’œil.
    • Il ne faut pas chercher une humaine indiscipliné, répondit-elle en appuyant sur la touche 1.
    • Vous avez composé le numéro de l’accueil. Que puis-je faire pour vous ? Demanda une voix à l’autre bout du fil.
    • Bonsoir, je souhaiterai…

    Hope vit Christopher sauter sur elle, lui arrachant le téléphone des mains avant de la transporter dans la chambre.

    • Tu as décidé d’abandonner ta punition ?
    • Seulement si tu abandonnes le fait de vouloir jouer avec des queues autres que la mienne.
    • C’est un choix cornéliens que vous me demandez là votre altesse.
    • Vous allez devoir le prendre pourtant, ma gente demoiselle. Si vous voulez que nous continuions notre petite sauterie, dit-il en embrassant le cou de Hope.
    • Je ne peux par me permettre de refuser votre requête alors.
    • En effet, murmura-t-il en jetant la serviette au sol.

    votre commentaire
  • Chapitre 6

     

    Cela faisait plus de 7h que le bal était terminé. Sept longues et interminables heures depuis qu’il avait perdu le contrôle et embrassé cette humaine. En un sens la venue de son frère ainé lui avait sauvé la mise et empêché de commettre l’irréparable. Il porta son verre à ses lèvres et grimaça face au goût.

    • Veuillez me jeter ce sang imbuvable.
    • En souhaitez-vous un autre, plus jeune ?
    • Il souhaiterait plutôt aller directement à la source et boire le sang d’une lionne.
    • Qu’est-ce que tu fais ici, Dan ?
    • Je n’arrive pas à dormir à cause de cette humaine écervelée. Et toi ? Pourquoi ne dors-tu pas ? Je pensais que tu dormirais comme une souche après avoir fait mumuse avec cette humaine.
    • Il ne s’est rien passé.
    • Tu crois peut être qu’elle va oublier comme si de rien était ? Attends un peu…
    • Il le fallait.
    • Pourquoi tu as fait ça ?
    • C’est une humaine et moi un vampire. Tu veux un dessin ?
    • Rien n’empêche un vampire de se taper une humaine.
    • Dans ce cas là pourquoi tu ne te fais pas cette cinglée ?
    • Parce que je ne touche pas aux filles azimutées.
    • Trouve autre chose.

    Dan s’apprêta à répliquer mais quelqu’un vient frapper à la porte. C’était Alfonse qui était revenu avec un plateau en argent dans sa main droite et Hope derrière lui. Christopher se fit violence pour ne pas lever les yeux de son jeu vidéo pour regarder la jeune femme. Alfonse s’approcha des garçons et posa deux verres de sang. Il s’attendait à ce que la jeune femme réplique son dégoût mais rien ne vient. Il se risqua à lever les yeux vers elle et son cœur manqua un battement en voyant sa tenue vestimentaire. Elle avait revêtue les vêtements qu’il avait demandés, soit un Baggy et un débardeur noir. Comment pouvait elle être aussi sexy alors que ce genre de tenue était hideuse sur les ¾ de la gente féminine.

    • C’est la première fois que je vous vois aussi silencieuse. Que vous arrive-t-il ?
    • J’ai l’impression d’avoir oublié quelques choses mais j’ignore quoi…
    • Voilà qui est intéressant, dit Dan en se redressant de son fauteuil.
    • Ça ne devrait pas être si important que ça.
    • Pas important ? Répliqua Christopher vexé.

    Il contracta sa mâchoire et se fit violence pour ne pas frapper son garde du corps qui rigolait sous cape. Elle considérait cette absence de souvenir comme pas important ? Certes, il était responsable du fait qu’elle ne se souvienne de rien mais delà à dire que ce n’était pas important… Il s’apprêta à se lever pour mettre le plus de distance entre eux, lorsque la porte s’ouvrit laissant apparaître son frère aîné. Christopher et Dan se raidirent instantanément tandis qu’Hope fixait l’intrus d’un regard noir.

    • Je me disais que tu ne dormirais pas… Tiens qu’avons-nous là ?

    D’instinct Christopher se déplaça et vient se poster devant Hope.

    • Est-ce la fameuse humaine dont père m’a parlé ?

    Christopher émit un grognement en voyant son frère s’approcher.

    • Calme-toi, petit frère. Je ne vais pas te la prendre. Dompter les humains caractériels est trop épuisant et ennuyeux.
    • Petit frère ? Répéta Hope surprise. Génial. Il ne manquait plus qu’un autre tyran.

    Christopher se raidit en entendant sa dernière pique. Il aperçut Dan se lever et se poster à côté de lui. Christopher grinça des dents en entendant Hope lâcher un cri de douleur. Il leva les yeux vers son frère qui affichait un sourire sadique.

    • Quel magnifique collier, avez-vous là ?
    • Arrête ça, menaça Christopher.

    Hope tomba à genou les mains sur son collier tout en continuant à pousser des gémissements de douleur. Christopher essaya de récupérer le contrôle du collier mais peine perdu. Son frère était plus puissant que lui… Christopher plongea sur son frère et le plaqua contre le mur violement.

    • Je t’ai dit d’arrêter ça.
    • Que t’arrive-t-il, petit frère ? Aurais tu perdu ton sens de l’humour ? Où deviendrais-tu sensibles envers les humains ? Ricana-t-il.
    • Je me contrefous des humains.
    • Sauf celle là à ce que je vois, dit-il un sourire moqueur sur les lèvres. Quoi qu’il en soit cette fille est une humaine, petit frère. N’oublie pas à quoi ils sont destinés. Jouet ou pas, lâcha-t-il en se dégageant pour sortir de sa chambre.
    • Il faut vraiment que vous appreniez à la fermer ! cria Christopher plus furieux que jamais. Vous êtes l’humaine la plus stupide que j’ai…
    • Christopher…

    Christopher lâcha une injure lorsque Dan s’écarta d’Hope. Celle-ci était allongée à même le sol et avait perdu connaissance.

     

    • Pourquoi tu lui as effacé la mémoire ? Demanda Dan.
    • Tu sais très bien pourquoi.
    • Non, je ne comprends pas pourquoi, mec. C’est ton jouet. Tu n’as pas à justifier tes faits et gestes et encore moins le fait de vouloir la sauter. Sa vie t’appartient et tu peux en faire tout ce que tu veux alors pourquoi tu…
    • Je quoi ?
    • Tu as peur qu’il lui arrive quelque chose s’ils apprennent que tu en pinces pour cette humaine.
    • Ne dis pas n’importe quoi. Cette fille est juste un jouet pour moi.
    • Un jouet, tu dis ? Tu n’auras aucun problème à t’en débarrasser lorsque tu en auras marre d’elle alors ?
    • Je la viderai de son sang sans le moindre problème.
    • Et si ton père la demande avant ?
    • Je lui apporterai moi-même.
    • Et après on dit que c’est moi le monstre sans cœur, dit Dan avant de sortir de la chambre.
    • Oui, votre altesse ?
    • Amenez là dans ma chambre ainsi que ses affaires.
    • Dois-je la mettre dans votre lit ?
    • D’après vous ? Où dorment les jouets de la royauté ?
    • Au pied du lit, votre altesse.

    Il sortit de la pièce miteuse et se dirigea dans son bureau où l’attendait le responsable du territoire nord de Rapsody. L’entrevu dura plus d’1h. À peine le duc parti qu’une autre personne pris sa place. Ce fut au alentour de 4h du matin qu’il pu enfin avoir la paix. Il s’adossa contre son fauteuil et pencha la tête en arrière. Il ferma les yeux et attendit les battements de cœur de la jeune femme derrière la porte de sa chambre. Il se leva, ouvrit la porte et regarda son jouet dormir à même le sol, ruisselante, trempée de sueur. Son teint qui d’habitude était bronzé était devenu pâle signe que la fièvre n’était pas tombée. Il fit un pas en avant mais s’arrêta net. Cette fille était son jouet et rien de plus alors pourquoi avait-il du mal à se le rappeler à chaque fois qu’il posait ses yeux sur elle ? Cet écart de conduite qu’il avait eu la veille ne devait en aucun cas se reproduire. Baiser était autorisé mais embrasser interdit. Il devait rester loin de ses lèvres sensuelles s’il voulait continuer à garder les distances. Il porta sa main à sa poitrine et se souvient la réaction de son cœur lorsqu’il s’était jeté à ses lèvres. C’était bien la première fois qu’il lui faisait ce coup là. Pour dire la vérité, c’était bien la première fois qu’il le sentait battre. C’était une de ses raisons qui l’avait poussé à lui effacer la mémoire de cette soirée en plus du fait que son frère s’était pointé chez lui. Il devait se reprendre en main et se remettre de l’ordre dans ses idées. Il se taperait la tête contre le mur s’il fallait que cette idée rentre dans sa tête. Cette fille était son esclave et rien d’autre. Un moyen de se divertir dans ce monde ennuyeux !

    • Tu es pathétique, mec, se dit-il avant de refermer la porte.

    Il était devenu en quelque sorte le serpent qui se mordait la queue. Il l’avait laissé vivre malgré l’affront qu’elle avait eu lors de la moisson. Il avait pensé qu’elle serait une distraction parfaite mais au lieu de ça, la distraction s’était changée en obsession. Il ouvrit la porte de la chambre et s’avança vers elle. Une pensée lui vient alors à l’esprit. Et s’il assouvissait ses besoin une bonne fois pour toute peut être qu’il arrêterait d’être obnubilé par elle… Peut être la verrait-il comme « le jouet du Prince » une fois souillé. Il secoua la tête en essayant de retrouver ses esprits mais lorsque ses yeux se posèrent sur le regard voilé de fièvre de la jeune femme son monologue vola en éclat. Il éloigna les couvertures d’elle, plaça ses bras atour de son corps puis la souleva avant de la poser sur le lit. Il la déshabilla lui laissant seulement sa culotte et son soutien gorge puis fit la même chose de son côté. Une fois dévêtu, il vient se plaquer contre le dos d’Hope qui frissonna.

    • Il fait froid, murmura-t-elle.
    • Il faut faire tomber la fièvre, dit-il en serrant le corps brûlant d’Hope contre lui.

     

    Quelle était cette sensation ? Était-ce de la chaleur ? Christopher tourna la tête vers la fenêtre qui laissait filtrer un soleil brûlant. Le premier réflexe fut de protéger ses yeux mais suspendit son geste. Le soleil était à sa grande surprise supportable. Il ferma les yeux et laissa les rayons caresser son visage. Lorsqu’il les ouvrit. Il vit Hope posté devant la fenêtre. Elle lui sourit et lui tendit la main. Il s’apprêta à la lui saisir lorsque son père se matérialisa à côté d’elle avant de planter ses crocs dans son cou pour lui arracher la jugulaire.

    Christopher se réveilla en sueur, la respiration saccadée. Il baissa les yeux et regarda Hope qui dormait paisiblement lové contre lui. La tête reposant sur son torse, sa main droite sur son ventre et sa jambe droite sur les siennes. Il essaya de sortir du lit mais en fut incapable. La jeune femme se blottit un peu plus sur lui.

    • Qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ? murmura-t-il en remettant une mèche de cheveux derrière son oreille.

    Le collier d’Hope vira au bleu. Il appuya sa tête contre l’oreiller, regarda le plafond avant de pousser un long soupir. Non seulement elle était en train de le torturer en se collant à lui comme une sangsue mais en plus ce foutu collier qui était censé être à son avantage était en train de lui foutre le coup de grâce. Avant de lui mettre, il ignorait totalement ses humeurs. Il avait d’ailleurs trouvé ça frustrant de ne pas savoir si elle était énervée ou pas. Mais maintenant qu’il regardait ce collier changer de couleur à chaque instant il n’était plus frustré mais perdu. Il réussi à s’extirper du lit et sortit de la chambre. Il attrapa un verre de Scotch et se dirigea vers le piano. Ses doigts se posèrent sur les notes qui commencèrent à lâcher un son mélodieux. Il ferma les yeux se laissant entraîner par la musique qu’il était en train de produire. Petit à petit son esprit se libéra de tous ses problèmes. En deux trois mouvements le problème qui lui torturait l’esprit depuis hier soir c’était envolé. Son cerveau se coupa du monde extérieur le plongeant dans sa bulle. Il n’y avait plus de prince. Il n’y avait plus de hurlement d’humain ou de vampire en train de se faire torturer au loin. Il n’y avait plus de femme à l’autre côté de la pièce qui était en train de le rendre barge. Il n’y avait plus que lui et son piano.

    • C’est comme ça que vous faites tomber les filles de votre espèce ? En jouant des morceaux déprimant aux pianos ?

    Christopher ouvrit les yeux et aperçut la jeune femme enveloppée dans un drap beaucoup trop grand pour sa morphologie.

    • Je n’ai pas besoin de jouer du piano pour les amener dans mon lit.
    • Qu’est-ce que vous faites alors ? Vous montrez votre insigne de la royauté et la fille tombe à vos pieds ? dit-elle en s’approchant du piano.
    • Je croyais que vous le saviez déjà.
    • Savoir quoi ?
    • Que lorsque j’ai envie de quelque chose, je le prends sans demander, dit-il en la regardant intensément.
    • Ne me regardez pas comme ça.
    • Et comment devrais-je vous regarder ?
    • Je n’en sais rien mais pas comme ça. Pas comme si j’étais désirable à vos…
    • Qui y a-t-il ?
    • J’ai l’impression d’avoir déjà vécu cette scène.
    • Vraiment ? Et que faisions-nous ?
    • Je…
    • Vous rêvez tellement de moi la nuit que toutes nos discussions vous semblent familière ?
    • Ça doit être ça.

    Christopher plissa des yeux essayant de savoir où elle voulait en venir. Il commençait à se demander s’il avait bien fait d’enlever le collier ou pas en fin de compte…

    • Allez-vous coucher. Nous prenons la route dans quelques heures.
    • Pour allez où ?
    • En Transylvanie, dit-il en sortant de ses appartements privés.

     

    Le lendemain, la voiture de Christopher l’attendait devant les portes du château. Derrière sa Ferrari rouge se trouvait deux immenses Range Rover noir.

    • Ton père demande à ce qu’on s’arrête à Landcastel avant d’aller en Transylvanie.
    • Super, maugréa-t-il.
    • L’humaine devrait rester ici. Elle…
    • Il en est hors de question.
    • Elle est plus en sécurité ici qu’avec nous.
    • Je sais.

    Il avait d’ailleurs pensée à ce qu’elle reste ici mais l’idée de rester loin d’elle quelques jours le mettait hors de lui. Il voulait l’avoir sous la main même s’il se rendait dans des endroits peu sur pour les humains et encore moins pour une humaine avec un sale caractère comme elle. Son corps entier se raidit en sentant des effluves de vanilles. Il tourna la tête et dévisagea Hope de la tête aux pieds. Celle-ci portait une longue robe blanche à bretelle avec des boots noirs. Elle avait tressé ses cheveux sur le côté et portait un maquillage léger. Il leva les yeux vers Alfonse qui affichait un air satisfait.

    • On risque de pas s’ennuyer, ricana Dan en donnant une tape dans le dos de Christopher.
    • Je vous présente nos excuses pour notre retard, votre altesse.
    • Vous êtes excusés, Alfonse, répondit-t-il sans détacher son regard de Hope.
    • Le résultat vous plaît-il ?
    • Il est horrible mais on fera avec, dit-il en ouvrant la portière passager pour que la jeune femme puisse entrer.

    Une fois installé derrière le volant, il enclencha la première et sortit en trombe.

    • Que se passe-t-il dans votre tête pour que vous gardiez ainsi le silence ? Demanda-t-il au bout de 20 minutes de silence.
    • Vous allez me donner à votre père ?
    • Qu’est-ce qui vous fait croire ça ? Demanda-t-il surpris.
    • Vous avez dit explicitement que lorsque vous en aurez marre de jouer avec moi vous m’amèneriez à votre père personnellement.
    • Vous avez donc entendu notre discussion…
    • Vous évitez ma question.
    • Je ne vous livre pas à mon père.
    • Qu’est-ce qui me dit que vous ne mentez pas.

    Christopher tourna la tête et plongea son regard dans celui de Hope qui se mordit la lèvre inférieur comme pour éviter de continuer dans sa lancé.

    • Depuis que je suis né je n’ai jamais partagé mes jouets et ça ne risque pas de commencer maintenant.
    • Vous avez effacé quelque chose de ma mémoire, n’est-ce pas ?
    • Il se pourrait effectivement.
    • Qu’est-ce que c’était ?
    • Rien d’important, je vous assure.
    • On a couché ensemble ?
    • Vous considérez ça comme quelque chose de pas important ? Cligna-t-il des yeux surpris.
    • Moi non. Mais vous oui, il semblerait…
    • Ce n’est pas ça, maugréa Christopher.
    • C’est quoi alors ?
    • Disons qu’il vaudrait mieux que vous arrêtiez de boire…

    Hope afficha une grimace avant de s’enfoncer le plus possible dans son siège.

    Ils continuèrent à rouler pendant toute une journée jusqu’à s’arrêter devant un immense château situé sur une colline en bord de mer. Lorsqu’il arrêta la voiture, un vampire d’un certain âge vient lui ouvrir la portière avant de s’incliner.

    • Bienvenue à vous, prince Christopher. Votre père vous attend dans ses quartiers.
    • Restez avec Dan.
    • Le roi a exigé que votre esclave personnelle vienne avec vous.

    Christopher lâcha une injure avant de se diriger à l’intérieur accompagné par son garde du corps et de Hope. Il monta les escaliers tortueux avant de se retrouver devant une immense porte en bois massif qui était gardée par deux gardes armés. Ils ouvrirent la porte et s’écartèrent pour les laisser passer. Une fois à l’intérieur, il y retrouva son père ainsi que trois de ses esclaves à moitié dénudé avec des traces de morsures sur chaque partie de leur corps.

    • Te voilà enfin !
    • Père.
    • Je suis heureux de voir que tu as amené ton esclave.

    Le patriarche se leva et se retrouva en deux trois mouvements devant la jeune femme qui se raidit à son contact. Il lui attrapa son bras droit, le leva vers lui et lui fit une entaille avec son ongle. Il s’apprêta à lécher le sang qui coulait mais Christopher posa sa main sur la plaie.

    • Éloigne ta main.
    • Cette humaine m’appartient.

    Le roi leva la main et gifla son fils violement. Christopher porta ses doigts sur ses lèvres et vit du sang. Il se tourna vers Dan qui comprit immédiatement son message silencieux. Il attrapa la main d’Hope et la tira hors de la chambre.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique