• Chapitre 4

     Ashley

     

    Ashley n’avait pas fermé l’œil de la nuit. Elle était rentrée de chez Froy frustrée mais aussi en colère contre elle-même. Elle qui s’était promis de ne plus céder à la tentation, elle avait faillit par coucher avec lui. Trevor avait raison. Se retrouver seul avec Froy était beaucoup trop risqué. Elle devra trouver une autre solution pour essayer de sortir Froy de ce destin macabre sans que ce soit trop dangereux pour elle. Car si elle retombait encore dans ses bras, elle risquait de ne pas pouvoir sortir la tête de l’eau.

    - Qu’est-ce que tu fous à poiroter devant la porte ? Demanda Trevor derrière elle les bras chargé de course.

    - C’est quoi tout ça ?

    - De la nourriture pour la fête d’Elena. Elle faite sa quinces demain. Et avant que tu puisses te défiler. T’as intérêt à venir. Si je dois me fader tout ça, vous allez devoir le faire vous aussi.

    - Désolée. Mais je n’ai rien à me mettre pour une quinces.

    - T’as cas mettre un jean.

    - Il est hors de question que vous vous pointez en jean ou en jogging, je vous préviens ! menaça la mère de Trevor depuis la cuisine.

    - Mais maman ! Pourquoi on devrait s’habiller ? C’est pas nous qui fêtons notre quinces !

    - Le sujet est clos, Trevor !

    - Ils ont cas venir avec moi au magasin cette après midi, Tía. Comme ça, ils pourront choisir une tenue.

    - Je dois avouer que ça me soulagerait. J’ai beaucoup trop de chose à préparer.

    - Au cas où ça vous intéresserez, on avait planifié autre chose cette après midi.

    - Vous allez devoir alors changer vos plans. Vous amènerez Elena au magasin pour aller chercher sa robe et vous prendrez par la même occasion une tenue.

    Ashley se dirigea dans le petit jardin situé à l’arrière de la maison et laissa Trevor en pourparler avec sa mère. Elle y retrouva Jensen en train d’accrocher des décorations un peu partout.

    - Salut.

    - Salut. Où est Trevor ?

    - Il supplie sa mère pour échapper à l’après midi shopping avec sa cousine.

    - Comme s’il allait réussir à la faire changer d’avis, ricana Jensen en accrochant une petite lanterne chinoise sur une branche d’arbre.

    Ashley attrapa une décoration dans une boite et l’accrocha à l’aide d’un scotch.

    - Alors ? Comment ça s’est passé chez Froy hier ?

    - Disons, que je ne réitèrerai pas l’expérience.

    - Qu’est-ce qu’il s’est passé ?

    Devait-elle évoquer le passage avec la fille nymphomane qui lui avait fait du rentre dedans pour faire une partie à trois ou parler du moment où ils s’étaient sautés dessus avant que le jeune homme ne la repousse avec dégoût…

    - Rien, répondit-elle en prenant une autre décoration.

    - Ash, vous avez…

    - Bordel de merde ! Rouspéta Trevor en entrant dans le jardin.

    - Surveille ton langage, Trevor ! Cria sa mère depuis dedans.

    - Je ne vois pas pourquoi tu te mets dans tous tes états juste pour du shopping, soupira Elena.

    - Je n’ai pas envie de passer toute mon après midi dans un magasin !

    - Tu as cas rester ici. On te choisira un costume nous, dit Ashley en se battant avec le scotch.

    - Oh ! Je suis pour ! Je n’ai franchement pas envie de te voir rouspéter toute l’après midi.

    - Jensen. Tu viens avec nous ou tu restes avec Trevor ? Demanda Ashley.

    - Je viens avec vous. Je suis le seul qui a du style ici.

    - Je vais prévenir tia.

    Ils passèrent le reste de la matinée à préparer la fête de demain. C’est au alentour de 14h qui sortirent de la maison pour se rendre au magasin évènementiel qui se trouvait à 20 minutes à pied. Lorsqu’ils entrèrent dans le magasin, une femme d’âge mur les accueillirent avec un large sourire.

    - Bonjour, Mademoiselle Elena. Je vous attendais.

    - Bonjour.

    La vendeuse sortie derrière une porte et revient avec une robe blanche avec des paillettes et des strass.

    - Elle est magnifique, murmura Ashley.

    - La tienne devait être plus belle que ça.

    - Je n’ai pas fait ma quinces.

    - Pourquoi ?

    - Ash a du partir pour son école de danse avant, répondit Jensen en regardant un costume bleu nuit. Vous n’avez pas le même en blanc ?

    - Tous les costumes se trouvent dans les rayons.

    - Tu as du être triste.

    - C’est qu’une fête, répondit Ashley en levant les épaules.

    - Une fête qui montre notre passage à l’âge adulte.

    Ashley leva les yeux et repensa à ce qui avait remplacé sa quinces. C’était le lendemain avant qu’elle ne parte. Froy et Ashley se voyaient en secret depuis plus de 4 mois. Ils s’étaient retrouvés chez le jeune homme et avait fait l’amour pour la première fois. Le lendemain, elle avait du s’envoler pour New York sans prendre la peine de réveiller Froy qui dormait paisiblement. Lui dire au revoir aurait été insupportable pour elle. Sur le coup, elle avait trouvé que la solution était la meilleure mais maintenant elle ne savait plus trop. Elle repensa aux paroles que Froy avait eues lorsqu’ils s’étaient disputés dans la salle d’histoire et dans ce couloir. À ce qu’il lui reprochait. Aurait-il était différent si elle l’avait réveillé. Si elle lui avait dit la date de son départ ?

    - Tu m’en as voulu ? demanda-t-elle en s’approchant de Jensen.

    - À quel sujet ?

    - De ne pas vous avoir dit quand j’allais partir.

    - Non. Mais je dois avouer que j’ai été un peu triste de ne pas avoir pu te dire au revoir. Même si je savais que tu reviendrais, un jour.

    - Ashley. J’ai trouvé la robe parfaite pour toi ! Cria Elena en apparaissant avec une robe bleu nuit à dentelle évasé en bas.

    Elena donna la robe à la jeune femme et la poussa vers la cabine d’essayage.

    - Jolie, siffla Jensen lorsqu’elle apparu vêtu de sa robe.

    - Cette robe est faite pour toi.

    - Il faudra relever ses cheveux en chignon et faire tomber quelque mèche par ci par là, dit Jensen en approuvant de la tête.

    - Tu vas faire un malheur, dit Elena en applaudissant tout excité.

    Eleva s’apprêta à donner une réplique cinglante mais se retient en voyant Froy devant la vitrine. Celui-ci était accompagné par des membres de son gang qui se chamaillait bruyamment tout en se pavanant comme des coqs.

    - Oh ! Froy ! Dit Elena en se dirigeant hors du magasin.

    - Il ne s’est rien passé tu dis ?

    Ashley déglutit en voyant le regard pénétrant que lui lançait le jeune homme. La connexion se brisa lorsque Froy détourna enfin les yeux pour les reporter sur les mains d’Elena qui le tenait par le bras.

    - On devrait peut être allez dehors au cas où qu’elle se fasse agresser…

    Ashley étouffa une injure lorsqu’elle vit Froy sourire à Elena.

    - Vas-y toi. Je passe mon tour, dit Ashley avant de se rendre dans la cabine d’essayage pour enlever la robe.

    Elena revient immédiatement de suite après. Elle entendit la jeune femme et son meilleur ami chuchoter derrière son rideau.

    - C’est quoi ses messes basses ?

    - Des messes basses ? Quelle messe basse ? On dit rien.

    Ashley plissa des yeux et regarda tour à tour Jensen puis Elena.

    - On ferait mieux d’y aller. Tia risque de s’arracher les cheveux toute seule avec Trevor.

    Ils payèrent leurs vêtements à la caissière qui leur fit un prix de groupe puis sortirent du magasin.

    - Au fait. C’est qui ton partenaire pour ouvrir le bal ? Demanda Jensen en arrachant la robe d’Ashley des mains de peur qu’elle ne l’abîme.

    - Mario, soupira la jeune femme.

    - Ton voisin ? Celui qui a des bretelles à son pantalon et qui porte des lunettes doubles foyers ?

    - Oui. C’est le seul garçon de mon âge que je connais. Et Tia tient, à ce que je n’ai pas de cavalier plus vieux que moi.

    Ashley tourna légèrement la tête et vit une voiture rouler au pas derrière eux.

    - Jensen…

    - Je sais.

    - Qu’est-ce qu’il y a ? Questionna Elena.

    Avant même qu’ils puissent répondre leur route fut barrée par une énorme voiture noire avec à l’intérieure 4 afro-américain portant un bandanas violet. Ashley vit Jensen se raidir de la tête au pied. Même s’il faisait tout pour cacher la terreur qui émanait de lui, il ne pouvait empêcher ses dents de jouer aux claquettes. Et pour cause, ils avaient devant eux le gang rival des Familia Serpiente : les Southblood.

    - Salut mec. Elles sont à toi ses beautés ? Demanda le type posté à l’arrière. Ça te dirait de partager ?

    - Qu’ils soient hispaniques, blanc ou noir. Les gars sont tous pareils… maugréa Ashley.

    - On dirait que cette chienne est passée sous beaucoup de queue, dit le type passager avec les rastas en sortant de la voiture. Ça te dirait de venir tester la mienne ?

    - Et toi ça dirait de finir dans une boite ?

    Ashley sursauta en voyant Froy pointer une arme vers la tête du rasta qui cracha au sol en rajoutant :

    - Tu comptes faire quoi avec ton flingue, mauviette ? Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué tu es en sous nombre.

    - On dirait que tu as un problème de vue, Mec.

    À ses mots trois voitures rouges se garèrent autour d’eux.

    - Et sache que je n’ai besoin de personne pour te démolir.

    - Serait-ce une invitation ?

    Froy afficha un sourire machiavélique sur les lèvres avant de tendre son arme à Mikey qui l’avait rejoint sans bruit.

    - Éloigne là d’eux, dit-il en espagnol.

    Mikey fit signe à deux de ses hommes de se diriger vers Ashley, Elena et Jensen. En deux trois mouvement, ils se retrouvèrent derrière une foule d’hispanique assemblé autour de Froy et de celui qui lui avait lancé le défit.

    - Vas-y détruit le ! Cria le type à côté de Jensen.

    - Fais lui ravaler son foutu sourire, beugla un des membres des Southblood.

    Ashley regarda les coups s’enchaîner des deux côtés. Sans grande surprise, Froy avait l’avantage sur son adversaire. Ce n’était pas ses années d’entraînement de boxe et de karaté qui lui avait donné la puce au l’oreille sur le vainqueur de cette bagarre mais plutôt la lueur meurtrière qui trônait dans ses yeux. Lueur qui était apparue à chaque fois qu’il passait à tabac ses collègues. Elena poussa un cri de stupeur en voyant, le type au rasta sortir un couteau et taillader la peau de Froy au niveau de son abdomen.

    - Qu’est-ce que vous attendez pour réagir !

    - C’est un combat pour l’honneur. Si nous intervenons. Les paroles de F ne vaudront plus rien et sera perçu comme une tapette aux yeux des autres gangs, répondit Mikey qui ne détachait pas son regard de la bagarre.

    - Il va finir par être blessé ! cria Elena.

    Ashley attrapa le bras d’Elena l’empêchant de se mêler de la bagarre.

    - S’est terminé, lâcha Mikey.

    En effet, Froy se tenait debout à côté du type au Rasta inconscient. Il lâcha le couteau plus loin et regarda les membres des Southblood avant de dire :

    - Ramenez votre collègue et déguerpissez d’ici.

    Deux types sortirent de la voiture, prirent leur camarade dans les vapes et s’en allèrent sans jeter un regard en arrière.

    - Tu n’as rien ? Demanda Elena en se précipitant vers Froy qui fixait intensément Ashley.

    - Merci, Froy, dit Jensen en se raclant la gorge.

    Froy s’avança d’une démarche féline vers Ashley, lui agrippa le bras puis la tira vers la voiture. Il ouvrit la portière passager, poussa la jeune femme à l’intérieur avant de fermer la porte. Ashley s’apprêta à sortir mais arrêta son geste en voyant ses amis se diriger à l’intérieur de la voiture de Mikey.

    - Je ne peux décidément pas te laisser toute seule sans que tu t’attires des ennuies, dit-il une fois installé derrière le volant.

    - Où est-ce que vous les amenez ? demanda-t-elle froidement.

    - À ton avis ? répondit-il en réprimant une légère grimace.

    Ashley baissa les yeux vers son marcel blanc et vit une entaille ainsi qu’une énorme auréole rouge. La jeune femme tendit la main droite pour voir à quel point il était blessé mais Froy ne lui laissa pas le loisir. Il lui attrapa sa main droite avant de la rejeter violemment.

    - Laisse-moi voir. Tu saignes !

    - Je survivrai.

    Ashley revient une nouvelle fois à la charge et para la main que Froy tendait pour repousser la sienne.

    - La plaie est profonde ! Arrête-toi de suite !

    - Quoi ? Il est hors de question que…

    - Arrête-toi ! S’énerva Ashley.

    - Maria me soignera lorsque je serai rentré.

    Ashley attrapa le frein à main et tira dessus de toute ses forces.

    - Tu as perdu la tête !

    - Ce n’est pas plutôt à toi qu’il faudrait poser la question ? Tu préfères te vider de ton sang plutôt que je t’apporte des soins. Je n’ai pas la gale à ce que je sache !

    Froy poussa un soupir avant de se garer sur le bas côté en face d’une pharmacie. Ashley sortit en quatrième vitesse demanda une trousse de secours puis revient vers la voiture.

    - Passe derrière, ordonna-t-elle.

    - Au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. Je ne suis pas en état pour une partie de jambe en l’air.

    - Passe derrière, répéta-t-elle d’une voix menaçante.

    Froy leva les yeux au ciel avant de sortir de la voiture pour aller sur le siège à l’arrière. Une fois installé, Ashley allongea le siège avant de lui soulever son marcel et commença à nettoyer la plaie.

    - Tu ne t’es jamais posé la question sur ce qu’aurait été notre vie si on avait pas vécu ici ?

    - Tu serais le capitaine de l’équipe de football américain de l’école. Et tu sortirais avec la capitaine des pompomgirls anorexie à forte poitrine.

    - Et toi ?

    - Je serais la fille solitaire, mélancolique au fond de la salle qui regarderait les élèves les plus populaires de loin.

    Ashley découpa du tulle gras et le déposa le long de la plaie.

    - Les filles mélancoliques finissent toujours par attirer l’attention des gars populaires, dit-il en lâchant une grimace.

    - J’ignorais que tu étais devenu le genre de gars à regarder des films romantiques, ricana Ashley en posant des compresses sur le tulle gras.

    - Je ne le suis pas. J’expose juste mon opinion.

    - Ton opinion est erronée alors. Si on ne se connaissait pas depuis l’enfance tu ne m’aurais jamais adressé la parole parce que…

    - Je t’avais repéré avant qu’on soit présenté.

    Ashley retient sa respiration en sentant les doigts de Froy caresser sa joue avant de ramener une de ses mèches de cheveux derrière son oreille.

    - C’était à la fête des écoles. Ta classe avait préparé un spectacle de danse. Tu étais apparue sur scène habillée en dalmatien et tu regardais les spectateurs comme si tu étais en train de leur lancer un sort. Mais quand la musique a commencé, ton expression a changé. Les spectateurs qui étaient en train de rigoler de ton accoutrement se sont tus instantanément dès que tu t’es mise à danser. C’est à partir de ce moment là, que j’ai su…

    - Su quoi ?

    - De l’importance que tu aurais à mes yeux, murmura-t-il.

    Ashley détourna son regard et posa du sparadrap sur les compresses avant d’enlever une bande de l’emballage.

    - Avance ton dos et lève un peu les bras.

    Ashley attrapa le bout de la bande, s’approcha de Froy au point de sentir son souffle sous sa nuque puis commença à la dérouler de façon à tenir les compresses. Une fois la bande déroulée entièrement, elle attrapa le sparadrap et la scotcha.

    - Évite de mouiller la plaie. Et refait le pansement dans deux jours.

    - Où as-tu appris tout ça ?

    - J’ai eu quelques jours de vacance avant de rentrer.

    - Tu les as passées dans un hôpital ? dit-il en rigolant.

    Ashley détourna son regard avant de rassembler les compresses tâchées de sang dans la poubelle.

    - Ash ?

    - On ferait mieux d’y aller. Jensen va s’inquiéter de ne pas me voir arriver.

    Ashley s’apprêta à sortir mais Froy lui attrapa la main.

    - Pourquoi serais-tu une de ses filles solitaires, mélancoliques au fond de la salle ?

    - Parce que je ferais parti de ceux qui auraient du abandonner leur rêve en cours de route.

    - Tu ne peux plus danser ?

    - Ta vie a été compliqué ses deux dernières années, mais la mienne est devenue un véritable enfer, répondit-elle amèrement avant de sortir de la voiture pour jeter ce qu’elle avait assemblé dans la poubelle.

    Ashley entendit la portière claquer avant d’être attiré contre un corps chaud et musclé.

    - Je suis désolé, murmura Froy en la serrant dans ses bras.

    - Mi sobrina ?

    Ashley sentit les bras de Froy se desserrer avant de s’éloigner d’elle subitement.

    - Qu’est-ce que tu fais ici ? Je te croyais chez Trevor ?

    - J’ai du chercher un truc pour la mère de Trevor, répondit-elle à son tour en espagnol.

    - Et ce truc tu l’as oublié au magasin ? Demanda-t-il en plissant les yeux.

    - En quelques sortes, répondit-elle en évitant le regard de son oncle.

    Ashley se raidit en voyant son oncle tourner la tête vers Froy et le détailler de la tête au pied.

    - Je te ramène à la maison. Attends moi dans la voiture, dit-il en lui tendant les clés.

    - Tio…

    - Monte dans la voiture, répéta-t-il d’une voix autoritaire.

    Ashley attrapa les clés puis se dirigea vers la voiture de son oncle. Elle ne pouvait pas entendre ce qu’ils se disaient mais elle pouvait facilement deviner. Son oncle avait vu le sang sur le t-shirt de Froy et il avait certainement entendu parler de la bagarre entre les deux gangs, vu que ce quartier était réputé pour être le plus rapide niveau commérage. Elle vit son oncle lever son doigt vers Froy qui serra ses poings et contracta sa mâchoire signe que ce qu’il entendait ne lui plaisait pas du tout. Ashley voulu les rejoindre pour expliquer la situation à son oncle mais compris que leur conversation était terminée en voyant Froy se diriger vers sa voiture et démarrer sans un regard en arrière.

    - Qu’est-ce que tu lui as dit ? Demanda Ashley lorsque son oncle s’installa derrière le volant.

    - De ne plus t’approcher.

    - Quoi ?

    - C’est un membre de gang, Ashley.

    - Et c’est mon ami !

    - Seulement ton ami ? Répéta-t-il septique. J’ai vu comment vous vous regardez. C’est tout sauf de l’amitié ce qu’il y a entre vous.

    Ashley voulu contredire son oncle mais il lui était impossible. Car au fond d’elle, elle savait qu’il avait raison. Elle avait essayé de se convaincre qu’ils n’étaient plus rien l’un pour l’autre mais chaque confrontation était devenue un véritable supplice détruisant petit à petit les barrières qu’elle s’était érigée pour ne voir en Froy qu’un simple ami.

    - Ashley, poursuivit son oncle sans quitter la route des yeux. J’ai déjà perdu tes parents à cause de règlement de compte entre gang et je refuse de te perdre. Tant que Froy fera parti des Familia Serpiente, je t’interdis de le fréquenter.

    - Tu as un bar au plein territoire de gang et tu refuses que je fréquente un membre de gang ? Où est la logique là-dedans ?

    - Il n’y en a pas. Je refuse de voir un remake de Roméo et Juliette car c’est ce qui vous attend. Votre histoire ne peut avoir une fin heureuse. La seule issus possible sera celle de sa mort ou même la tienne et ça je refuse que ça n’arrive.

    Ashley ouvrit la bouche pour répliquer mais la referma aussi tôt. Comment pouvait-elle se défendre alors qu’elle pensait également la même chose ? Pas au sujet de sa mort mais au sujet de la sienne. Peu de membre de gang atteignait la trentaine car ils finissaient à chaque fois par se faire tuer avant. Le seul qui y était arrivé était le frère de Froy et il n’était pas au meilleur de sa forme… Rulio se gara puis ouvrit la portière d’Ashley et attendit qu’elle rentre chez eux avant de partir.

    Ashley quant à elle envoya un message à Jensen pour savoir s’ils étaient bien rentrés. Quelques secondes plus tard son téléphone portable sonna.

    - Vous étiez passés où ? Demanda Jensen d’une voix inquiète.

    - Tu crois que notre futur nous réserve un remake de Roméo et Juliette ?

    - Quoi ?

    Ashley expliqua le déroulement de ce qui s’était passé lorsqu’ils s’étaient quittés ainsi que l’apparition surprise de son oncle.

    - Vous n’allez pas mourir.

    - Rien ne nous le garantie.

    - Froy ne ressemble pas du tout à Roméo et toi je n’en parle même pas. Je n’ai pas vu une seule fois Juliette s’exciter envers quelqu’un juste parce qu’on l’avait regardé de travers. Sans parler que ses deux n’étaient que des mauviettes qui ont préféré mourir plutôt que d’essayer d’affronter les choses en face. Vous ne leur ressemblez pas, Ash. Mais alors pas du tout.

    - Alors pourquoi j’ai l’impression qu’il a raison ? Que s’il devait se passer quelque chose entre nous ça ne serait au final que souffrance et mort ?

    - La seule façon de savoir s’il a raison ou pas c’est de se lancer, Ash. Si tu es amoureuse de lui autant que je ne le crois. Ne baisse pas les bras.

    Dire qu’elle était amoureuse de lui était un euphémisme. Il s’était emparé de son cœur des années auparavant et ne lui avait jamais rendu. Elle ne respirait que lorsqu’il posait ses yeux sur elle. Ne vivait que pour un de ses sourires. Une angoisse l’envahit soudainement en pensant comment elle pourrait survivre s’il lui arrivait quelque chose. Tout ceci devait s’arrêter, son oncle avait raison. Elle avait déjà eu du mal à remonter la pente lorsqu’on lui avait dit qu’elle ne pourrait plus jamais danser alors si elle venait d’apprendre que son premier amour venait à disparaître…

    - Ash. Promet moi de réfléchir à ce que je t’ai dit.

    Ashley lui promis de réfléchir avant de raccrocher. Elle ne voulait pas lui dire qu’elle avait déjà pris sa décision. Qu’elle préférait prendre la tangente plutôt que de devoir faire un remake de Roméo et Juliette comme son oncle l’avait si bien dit. Elle n’était pas aussi forte que le prétendait Jensen. Elle alla se coucher le cœur serrer en essayant de ne pas penser aux propriétaire de ce regard bleu azur qui avait le don de lui faire changer ses esprits en un claquement de doigt.

     

     

     


    votre commentaire
  • Chapitre 3

     Ashley

     

    - J'ai entendu dire qu'un membre des Familia Serpiente s'est fait tirer dessus, dit Jensen en rangeant son livre d'Anglais dans son casier.

    - J'espère que c'est cet enfoiré de Sanchez, maugréa Trevor en refermant violemment son casier.

    - Ça ne va pas de dire ça !

    - Quoi ? Tu penses la même chose que moi sauf qu'à la différence de toi, j'ai le cran de le dire tout haut.

    - N'importe quoi ! Ash, tu peux dire quelque chose !

    Ashley leva les yeux de son casier puis dévisagea ses deux amis tour à tour. Elle était tellement plongée dans ce qui s'était passé hier soir qu'elle n'avait écouté aucune de leur conversation depuis qu'ils étaient partis de chez elle.

    - Trevor a raison, dit-elle au hasard.

    - Merci !

    - Quoi ? Ne me dis pas que toi aussi tu désires que Froy y passe après tout ce qu'on a vécu ensemble !

    - Je lui sortirai cette phrase lorsqu'il me jettera dans la benne à ordure tout à l'heure avec ses potes, répliqua sèchement Trevor.

    - Je n'arrive pas à croire que son amitié a très peu compté pour v...

    Jensen se retrouva projeté au sol sous des rires moqueurs.

    - Qu'est-ce qui t'arrive la lopette. Tu as du mal à tenir debout ? Ricana un type au crâne rasé.

    - Ça va ? Demanda Trevor en aidant Jensen à se relever.

    - C'est quoi ton problème, boule de billard ! S'énerva Ashley.

    - Comment tu m'as appelé ?

    - T'as un problème d'audition en plus d'être con ?

    - Fais gaffe à ce que tu dis espèce de...

    - Laisse tomber, Alfonso.

    Froy se tenait derrière le groupe et tenait dans ses bras la latino d'il y a trois jours.

    - Cette puta m'a insulté et tu veux que je laisse tomber ? Dit la boule de billard en crachant au sol.

    - Cette pute n'en vaut pas la peine, répondit-il en espagnol avant de s'éloigner.

    - Tu as de la chance pour cette fois, perra.

    - Ça aurait pu se passer plus mal, soupira Trevor. Je te félicite Ash de... Ash !

    Ashley fonça vers Froy, attrapa une petite bouteille en plastique sur la table avant de le lancer dans le dos de Froy tout en hurlant en espagnol :

    - Espèce d'enfoiré ! C'est quoi ton problème !

    Les élèves de l'école se poussèrent immédiatement du tour, tout en retenant leur respiration.

    - Je rêve où tu viens de me lancer quelque chose dessus ?

    - Oh pardon. Tu n'étais pas assez réveillé pour le remarquer ? C'est mieux la ?

    Ashley attrapa une boite en verre et lui lança dessus. La jeune femme étouffa une injure lorsque le jeune homme attrapa la boite sans la moindre difficulté.

    - Recommence encore ça et tu risques de le regretter, menaça Froy en espagnol.

    - Ne t'en fais pas pour moi. Je le rajouterai à ma liste, connard !

    Ashley s'apprêta à lui lancer un plateau repas qui se trouvait sur la table mais Froy fondit sur elle la plaquant violemment contre la vitre de la cafétéria.

    - Rajoute ça aussi.

    Froy fonça sur ses lèvres, l'embrassant avidement. Ashley leva ses bras pour le repousser mais le jeune homme agrippa ses poignets les tenant fermement vers le bas de chaque côté de son corps et se rapprocha, la plaquant un peu plus contre la vitre. Des sifflements et des cris d'indignations montèrent en crescendo lorsqu'il leva les bras d'Ashley au dessus de sa tête les emprisonnant d'une seule main afin de libérer son autre main. Lorsque les doigts froids de Froy se glissèrent sous son t-shirt, le cœur d'Ashley s'arrêta un instant avant de prendre un rythme affolé. Elle rassembla le peu de courage qui lui restait pour le repousser et lui donna un coup de pied dans le tibia le faisant lâcher prise.

    - Bordel de merde !

    - Ne t'approche plus jamais de moi, dit-elle avant d'attraper son sac et de s'éloigner furieusement.

    - Cette chienne mériterait qu'on lui donne une bonne leçon, lâcha Alfonso en se postant à côté de Froy.

    - Cette fille est interdite, dit Mikey en se postant de l'autre côté de Froy.

    - Qui l'a revendiqué ?

    - Moi, dit Froy avant de s'éloigner.

     

    - Espèce de pervers détraqué ! J'aurais du l'émasculer pour qu'il ne puisse plus se servir de sa queue, enfoiré ! vociféra Ashley en espagnol.

    - Désolé. Tout a été tellement vite que lorsqu'on a réagit pour venir à ton secours, tu l'avais déjà frappé, dit Jensen en lui mettant sa veste sur ses épaules.

    - Si jamais, je revois cet enfoiré, je te jure que je...

    La sonnerie retentit étouffant les insultes virulentes de Trevor à l'encontre de Froy.

    - Je dois aller en cours de rattrapage de maths. Jensen reste avec Ash et ne la quitte pas d'une semelle.

    - Ok.

    Jensen et Ashley attrapèrent leur déjeuner et se dirigèrent dans un endroit sûr, loin des regards curieux. Soit à la piscine. Ils montèrent les escaliers pour se rendre dans la dernière rangée de siège. Une fois assis, ils échangèrent leur déjeuner plongés tous les deux dans leur réflexion.

    - Pourquoi tu es aussi calme ? Je veux dire... Avant tu aurais détruit tout ce que tu aurais eu sous les mains et tu l'aurais insulté non stop.

    - Détruire tout, ne changerait rien, répondit Ashley sans détacher son regard de l'eau.

    - Tu es amoureuse de lui, n'est-ce pas ?

    Ashley tourna la tête et dévisagea son meilleur amie, surprise.

    - Comment tu...

    - Je le sais ? De la même façon que tu sais que je suis gay. J'ai constaté. J'ai toujours vu comment tu le regardais. Je sais. Tu vas me dire que Froy est un beau gosse et que c'est normal qu'on le regarde mais toi tu le regardes différemment de toutes ses filles en chaleurs.

    - C'est du passé, finit par répondre Ashley après quelques secondes de silence.

    - Je ne pense pas que ça l'est. Parce que si ça l'était, Froy n'aurait pas fait ce qu'il a fait tout l'heure et il n'aurait pas tabassé le gars de la dernière fois pour t'avoir manqué de respect.

    - Si ça ne l'était pas, il m'aurait pas ordonné de rentrer dans mon école de bourge...

    - Il a souffert, tu sais... Lorsque tu es partie à New York. Il était triste jour et nuit.

    - Et j'ai pu voir qu'il a vite surmonté tout ça dans les bras de sublimes filles, répliqua Ashley avec une pointe d'amertume.

    - Je pense que s'est le seul moyen qu'il a trouvé pour avancer.

    - À croire qu'on a trouvé des choses littéralement opposées...

    - C'est un mec. Les mecs réagissent différemment lorsque leur cœur est brisé.

    - En parlant de mec. Tu n'as personne en vue ?

    - Moi ? Non.

    - C'est suspect ta façon de répondre aussi précipitamment.

    - Au cas où tu l'aurais remarqué, on est dans un quartier où on se fait tirer dessus juste pour avoir regarder une personne dans les yeux. Alors imagine si tous ses gars apprenaient que j'étais gay...

    - Un jour, on sortira de cet enfer. Et je te promets que tu trouveras un mec qui osera te regarder dans les yeux.

    - Si seulement tu avais raison.

    - Je t'en fais la promesse.

    - Je préférai que tu m'en fasses une autre.

    - Laquelle ?

    - Celle de sortir Froy de toute cette merde. Je sais que vous ne lui pardonnez pas d'être rentré dans ce gang. Mais Froy reste Froy. C'est notre meilleur ami et l'amour de ta vie...

    - Froy n'est pas l'amour de ma vie, maugréa Ashley.

    - Si jamais il lui arrivait malheur. Je ne me le pardonnerai pas. Je n'ai pas assez de cran d'affronter tous ses gars comme toi. Tu viens de frapper Froy alors qu'il était avec tous ses gars. Et à chaque fois que l'un deux te manquent de respect tu t'apprêtes à lui sauter dessus...

    - On ne peut pas sauver quelqu'un qui refuse d'être sauvé, Jensen.

    - Promets moi d'essayer.

    - Okay, capitula Ashley.

    - Merci, dit Jensen en la serrant dans ses bras. On ferait mieux d'y aller. La pause déjeuner est terminée.

    Ashley réfléchit toute l'après midi à un moyen de sortir Froy loin de ces gangs. C'est au cours d'histoire qu'elle eut la réponse lorsque le professeur leur donna une date de clôture pour leur devoir en binôme. Froy était doué dans ses études, s'il se concentrait un peu plus, il pourrait alors décrocher une bourse et partir loin d'ici... Elle chercha le jeune homme partout dans l'école mais ne le trouva nul part. Elle voulait demander à ses amis où il se trouvait mais l'idée d'être proche de sa petite amie du jour qui lui lançait un regard assassin ne l'enchantait guère. Ils finirent par sortirent de l'école et tombèrent face à face avec Mikey.

    - Tiens, tiens, tiens. Ne serais-ce pas ma footballeuse préférée ? dit-il avec un large sourire.

    - Où est Froy ?

    - Il est rentré après votre dispute de couple.

    - Froy et Ashley ne sont pas en ensemble. C'est cet enfoiré qui l'a agressé ! répliqua Trevor sèchement.

    Mikey dévisagea Trevor de la tête au pied avant de lâcher.

    - Si tu le dis, minus.

    - Pourquoi tu cherches Froy ? demanda Trevor une fois Mikey assez loin. Si c'est pour l'éviscérer je suis ton homme.

    - Du calme, Hannibal Lecter. On est juste en binôme pour un projet d'histoire.

    - Je suis contre !

    - C'est marrant. C'est exactement ce que Froy a dit lorsque le professeur d'histoire a donné nos noms. Enfin à deux mots près...

    - Choisis quelqu'un d'autre.

    - Le prof refuse.

    - Dans ce cas là, vous ferez notre exposé en notre présence.

    - Ashley n'a pas besoin de chaperon.

    - Tu délires où quoi ! Tu as vu ce qu'il s'est passé ? Il l'a embrassé et tripoté contre son grès. Imagine ce qu'il ferait s'il se retrouvait seul à seul.

    Ashley se remémora ce qui s'était passé au bar et se gifla intérieurement. Ce qui s'était passé hier soir et aujourd'hui ne devait en aucun cas se reproduire. Elle devait immédiatement se créer une barrière infranchissable qui serait insensible à ses charmes, sa testostérone débordante, ses adorables fossettes et ses yeux magnifiques. Ashley secoua la tête pour chasser ses pensées.

    - Elle l'émasculerait !

    - C'est une fille, comment...

    - À plus les gars, dit Ashley en traversant la route pour se diriger droit vers la maison de Froy.

    - Ash ! appela Trevor doucement en voyant des membres du gang dans la cour.

    Ashley n'accorda aucune attention à leur sifflement, elle passa devant eux, monta les marches du perron avant d'entrée sans frapper. Une odeur de nourriture cubaine arriva à ses narines lui rappelant les repas qu'ils avaient tous les 4 chez Trevor.

    - Mais que vois-je. Ne serais-ce pas notre petite fouteuse de trouble ?

    Ashley se retourna en entendant la voix du frère de Froy. Celui-ci était assis derrière une table avec sur les jambes une latino à forte poitrine.

    - Laisse-nous.

    La latino se leva, baissa sa jupe et sortit de la pièce en balançant ses hanches.

    - Où est Froy ?

    - Tu n'as pas changé d'un pouce toujours aussi rebelle et caractériel.

    - C'est ce que sont en général les femmes. Et tu veux même un scoop ? On a le droit de vote et de décider librement ce qu'on veut, répliqua-t-elle sèchement.

    - C'est exactement ce genre de gonzesse que je déconseille à mon petit frère, dit Féliz en s'éloignant de la table.

    - Laisse moi deviner. Ce sont tes formidables conseils qui t'ont entraîné dans ce fauteuil ?

    - Tu ferais mieux de surveiller tes paroles, chica.

    - Aussi non quoi ? Tu vas te lever de ton fauteuil pour me botter le cul ? ne pu s'empêcher de lâcher Ashley.

    Un couteau vola dans sa direction la frôlant à quelques centimètres de son visage pour aller se loger contre l'encadrement en bois de la cuisine.

    - Désolée, j'ai cru voir un cafard, dit-il avec un sourire diabolique sur son visage.

    - Tu...

    - Froy est dans sa chambre, chica, la coupa Féliz en se dirigeant dehors.

    - Espèce de barge, maugréa Ashley en se rendant dans la chambre de Froy.

    Elle posa la main sur la poignée et s'apprêta à rentrer sans frapper mais s'abstient. Si elle voulait que ses barrières de défense tienne, il valait mieux qu'elle ne le voit pas torse nue ni même tout nue. Elle frappa et attendit.

    - Foutez le camp, dit la voix de Froy derrière la porte.

    - Ne me tente pas, maugréa Ashley en tapant de nouveau.

    - Quoi ! dit Froy sèchement en ouvrant la porte.

    Ashley étouffa une injure en voyant le jeune homme devant elle avec pour seul tenu de camouflage un oreiller.

    - Qu'est-ce que tu fais ici ? demanda-t-il froidement.

    - C'est amusant. C'est exactement la même question que je me pose depuis que j'ai franchit le seuil de cette maison...

    - Rentre chez toi.

    - J'aurais bien aimé. Mais au cas où tu l'aurais oublié, on a un exposé d'histoire à rendre, dit Ashley en passant sous le bras de Froy qui tenait la porte, pour rentrer dans la chambre.

    - Si tu avais prévu une partie de jambe en l'air à trois, chaton, on aurait pu l'attendre.

    Ashley se maudit intérieurement en voyant une jeune femme nue à moitié couverte par un drap dans le lit de Froy. Elle était tellement concentrée sur le fait de résister au corps dénudé de Froy qu'elle n'avait pas remarqué les signaux. Elle aurait du s'en douter lorsque Féliz avait donné l'emplacement de son frère aussi facilement. Elle s'imaginait très bien le jeune homme en train de se fendre la poire dehors avec une bière dans sa main droite et une fille dans sa main gauche.

    - Sors d'ici, dit Froy en lui agrippant son bras pour la tirer hors de la chambre.

    - Ne sois pas rabat-joie, chaton.

    L'inconnue se leva du lit sans prendre le soin de cacher son corps nu. Elle se dirigea vers Ashley, la contourna avant de poser ses doigts sur le visage de la jeune femme.

    - Elle s'habille comme un pied mais elle fera l'affaire. Je ne suis pas difficile tu me connais.

    - Je t'attends dehors. Si tu me cherches, je serais en train de vomir mon déjeuner dans les chiottes, dit Ashley en sortant tout en prenant soin de fermer la porte violemment.

    Ashley s'apprêta à se diriger dans le salon mais stoppa net en voyant la porte de la chambre du jeune homme s'ouvrir laissant apparaître l'inconnue vêtue d'une jupe très courte et d'un soutien gorge.

    - À la prochaine, ma belle, dit-elle en lui tapant les fesses avant de s'éloigner.

    Ashley cligna des yeux surpris avant de tourner la tête vers Froy qui la regardait comme s'il était à deux doigts de la tuer.

    - Gentille fille, dit la jeune femme avant d'entrer dans la chambre. Un peu nymphomane mais gentille...

    - Qu'est-ce que tu fous ici ?

    - Tu as des problèmes de concentration, non ? J'ai l'impression de me répéter à chaque fois que je te vois.

    - Je me souviens très bien de t'avoir entendu me dire de ne plus m'approcher de toi. Alors je te répète ma question. Qu'est-ce que tu fous ici ?

    - Si tu es frustré de ne pas avoir terminé ce que tu avais commencé alors pourquoi tu l'as fait partir ?

    - Parce que je savais que tu finirais le boulot.

    - Aurais-tu oublié les conseils que ton frère te dit au sujet des filles comme moi ?

    - Qu'il faut les mettre à genou avant qu'elles ne te filent un coup de pied dans les tibias ?

    - Qu'il vaut mieux les éviter comme la peste.

    - Si ça me permet de les baiser alors je veux bien prendre le risque d'attraper la peste, dit-il d'une voix sensuelle.

    Ashley déglutit en voyant Froy afficher son sourire en coin désinvolte. Elle tourna la tête et essaya de compter jusqu'à dix pour essayer de consolider plus solidement sa barrière protectrice anti Froy.

    - Ma menace est toujours d'actualité si ça t'est sorti de la tête, répliqua-t-elle.

    Ashley sentit un frisson la parcourir lorsque son corps musclé se pencha vers elle et qu'une odeur virile vient lui chatouiller le nez.

    - Tu serais plus convaincante si tu ne me regardais pas comme ça.

    Ashley s'apprêta à répliquer lorsqu'elle aperçut la croix qu'ils s'étaient achetés quand ils étaient gosses autour du cou. Elle tendit la main et posa ses doigts dessus.

    Froy fit un pas à reculons avant d'enfiler un t-shirt qui se trouvait sur la commode.

    - J'avais pensé que tu l'avais jeté.

    - Pourquoi je l'aurais fait ?

    - Vu ta façon de te comporter envers les garçons...

    - Je ne l'ai pas gardé pour eux, coupa Froy en plongeant son regard dans celui d'Ashley.

    Les défenses anti Froy se mirent à craqueler dangereusement. Si elle ne faisait pas quelque chose et vite elle allait finir par faire une idiotie.

    - Je ferai mieux d'y aller, dit Ashley en attrapant son sac sur le bureau.

    Ashley passa à côté de Froy et franchit de la chambre en prenant soin de la fermer derrière elle. Elle s'apprêta à sortir mais stoppa net poussé par un élan invisible qui la cloua sur place. Elle porta sa main à sa croix se demandant pourquoi son corps refusait de sortir et eut sa réponse immédiatement après. Elle entendit Froy lâcher une injure et balancer quelque chose contre le mur. En entendant ça, les barrières anti-froy explosèrent en mille morceaux plongeant ainsi Ashley dans un véritable supplice. Elle mourrait d'envie de rentrer dans sa chambre pour le serrer dans ses bras voir plus si affinité mais une partie d'elle lui criait qu'il valait mieux s'abstenir. Car si elle finissait pas succomber, elle romprait la promesse qu'elle avait fait à son père avant de mourir sous une balle perdu de guerre de gang. Elle ne devait en aucun cas sortir avec un membre de gang et encore moins éprouver des sentiments. Elle sortit de ses réflexions lorsque la porte de la chambre de Froy s'ouvrit. Laissant apparaître un jeune homme furieux à en juger par les éclairs que lançaient ses magnifiques yeux bleu.

    - Aurais-tu oublié où se trouve la sortie ? Demanda-t-il froidement.

    - Je n'ai jamais été bonne en géographie, dit-elle en se jetant sur les lèvres de Froy.

    Froy attira Ashley dans sa chambre, ferma la porte et la plaqua contre. Ashley ne pu s'empêcher de lâcher un léger bruit lorsqu'il quitta ses lèvres pour embrasser son cou puis le lobe de son oreille tout en posant ses mains sous les fesses de la jeune femme pour la faire décoller du sol avant de se diriger sur le bureau où il la déposa. Ashley tendit la main vers le revers du t-shirt de Froy et entreprit de l'enlever. Elle tendit la main vers les abdominaux parfaitement prononcés du jeune homme puis se mordit la lèvre inférieure lorsque ses doigts touchèrent sa peau bronzé et musclé. Elle leva ensuite les yeux vers Froy dont les yeux meurtriers avaient été remplacés par une lueur remplis de désirs. Il attrapa la main d'Ashley l'empêchant de continuer son exploration avant de se pencher de nouveau sur ses lèvres. Il déboutonna ou plutôt fit sauter les boutons du chemisier d'Ashley avant de lui enlever pour le jeter au loin. Il s'apprêta à enlever son soutien gorge mais s'arrêta net en entendant quelqu'un frapper derrière la porte.

    - F. On a besoin de toi, dit la voix de Mikey.

    Froy cligna des yeux et s'éloigna subitement d'Ashley comme s'il venait de réaliser ce qu'il s'apprêtait à faire.

    - Froy ?

    - Sors d'ici, dit-il en lui donnant un de ses t-shirt.

    - T'es sérieux ?

    - On ne devrait pas...

    - Tu n'es pas croyable, dit Ashley avec un sourire amère.

    - Ash...

    Ashley leva la main pour chasser celle du jeune homme avant de descendre du bureau. Elle chercha du regard son chemisier, l'enfila à tout vitesse avant de sortir de la chambre.

    - Ash ! Appela Froy dans son dos.

    - Va te faire foutre, Froy ! gueula-t-elle en franchissant la porte d'entrée.

    - Aussi belle qu'un dragon enragé, ricana Féliz sur le perron.

    Ashley fusilla du regard Féliz avant de descendre les marches sous les sifflements des types assemblés sur la pelouse.

     


    votre commentaire
  • Chapitre 2

     Ashley

     

    - Tu es en seconde ? demanda Ashley à Elena.

    - Oui. Merci de m’amener à l’arrêt de bus. D’habitude Tía me dépose mais elle a du partir plus tôt au travail.

    - Ton école est loin d’ici ?

    - Elle est dans une école privée, répondit Trevor en appuyant sur le bouton pour activer le passage piéton.

    - J’aurais plutôt dit un couvent de bonne sœur, maugréa Elena.

    - Il y a que des filles dans son école, expliqua Trevor en voyant le regard perdu de son amie.

    - Mes parents ont peur que je devienne une dévergondé nymphomane en fréquentant les écoles publiques.

    À ses mots des élèves de terminale de l’école de Trevor, Jensen et Ashley passèrent devant eux. Celles-ci portaient toutes des minis jupes et des micros t-shirt mettant leur poitrine en valeur. Elles étaient toutes les quatre maquillés avec outrances et étaient juchées sur d’immense talon à aiguille.

    - Et dieu créa l’école publique, dit Trevor en regardant les fesses de la brune.

    - Perverso, répliquèrent Ashley et Elena à l’unisson.

    - Tu te glisses dans mon lit en pleine nuit et c’est moi le pervers ?

    Les quatre jeunes gens stoppèrent net en voyant Froy accompagné de ses acolytes devant le portillon de sa maison. Ashley retient sa respiration en priant pour qu’il n’ait rien entendu. Prière qui tomba vite aux oubliettes quand elle entendit les nouveaux amis de Froy siffler. Comme s’il avait deviné ce que la jeune femme s’apprêtait à faire, Trevor attrapa le poignet d’Ashley l’empêchant ainsi de leur sauter au visage.

    - Laisse tomber, Ash, murmura-t-il.

    - Si tu veux t’amuser avec un vrai mec, chica, n’hésite pas à venir nous voir, dit le type à gauche de Froy.

    Ashley retient sa respiration, s’attendant à voir le jeune homme casser la figure de l’abruti qui venait de parler mais rien ne se produisit. Froy dévisagea Ashley froidement avant de se diriger vers la voiture rouge sans un regard en arrière suivit de près par les trois autres types.

    - Cabrón, lâcha Trevor avant de lâcher la main d’Ashley.

    - Au moins, on a pu voir qu’il était vivant, dit Jensen avant de se remettre en route.

    - Et j’espère qu’il le restera longtemps, répliqua Elena. Ce type est de plus en plus sexy à chaque fois que je le vois. Vous avez vu ses yeux ? Et ce corps ?

    - J’ai surtout vu la façon dont il s’imaginait de nous dépecer vivant, répliqua Trevor.

    - Tu es vraiment parano. Mon bus est là. À ce soir, dit Elena en courant vers son bus.

    Les trois jeunes gens franchirent le portail de l’école pile au moment de la sonnerie. Ils se dirigèrent à leur première heure de cours. 3h après, Ashley du quitter ses deux gardes du corps pour se rendre en Histoire. Elle se dirigea vers une place près de la fenêtre et plongea son regard dehors où elle pouvait voir ses deux amis faire des tours de terrain.

    - Que tout le monde s’assoit et se tait, beugla leur professeur en entrant dans la salle. Merci de nous faire l’honneur de votre présence Mr Sanchez.

    Ashley se raidit en entendant le nom de famille de Froy. Elle ramena son regard dans la salle de cours et vit le jeune homme posté devant la porte. Celui-ci regarda dans sa direction avant se rendre à sa place.

    - Quelqu’un peut me dire quand a commencé la révolution Cubaine ? Mr Sanchez ?

    Ashley ne pu résister de tourner la tête vers le jeune homme qui était assis d’une façon désinvolte sur sa chaise. Il tourna la tête vers Ashley qui se retient de respirer devant ses magnifiques yeux bleus

    - 1953, répondit-il sans détacher son regard de celui d’Ashley.

    - Correct. Mademoiselle Alvarez. Si vous avez le temps de contempler Mr Sanchez, je suppose que vous avez le temps de répondre à ma prochaine question ? dit le professeur en se tournant vers la jeune femme. Quel est le nom du président actuel de Cuba ?

    - Professeur ? Cria une élève au premier rang. C’est de la discrimination raciale.

    - Je vous demande pardon ? Mademoiselle Shefert.

    - Pourquoi leur posez-vous des questions sur leur origine ? C’est déjà difficile d’être immigrant alors pas la peine de le faire remarquer à toute la classe qu’ils ne sont pas d’ici.

    - Mademoiselle Alvarez. Où êtes-vous né ? questionna le professeur d’histoire sans prendre la peine de la regarder.

    - À Los Angeles.

    - Et vous Mr Sanchez ?

    - Pareil.

    - Je doute que vos deux camarades soient des immigrés, Mademoiselle Shefert. Mais je vois ou vous voulez en venir. Pour éviter toute discrimination vous me ferez un exposer en binôme sur les pays que je sélectionnerai… Au hasard.

    À ses mots des grognements de mécontentement se firent entendre dans toute la salle.

    - Alvarez vous serez en binôme avec Sanchez. Et le pays sélectionné est… l’argentine.

    - Je préfèrerai avoir quelqu’un d’autre, dit Froy au fond de la salle.

    - Et pourquoi ça ?

    - Vous avez très bien vu comment elle me regarde ? Si je me retrouvai seule avec elle. Elle pourrait me sauter dessus. Après tout, ce n’est qu’une nympho…

    Ashley ne laissa pas le temps au jeune homme de terminer sa phrase. Elle attrapa son livre d’histoire et le balança dans la tête de Froy.

    - Espèce d’enfoiré. Je t’en foutrai des nymphomanes, cria Ashley en espagnol tout en continuant à lancer ce qu’elle avait sous les mains. Te sauter dessus et puis quoi encore ! Plutôt sauter du haut d’une falaise !

    - Je ne t’ai pas vu sauter du haut d’une falaise avant que tu partes pourtant.

    - J’aurais peut être du si j’avais su quel enfoiré tu deviendrais !

    À ses mots certains élèves latinos se mirent à siffler comme des gamins de primaire.

    - Ça suffit ! Hurla le professeur d’histoire. Sortez de ma classe !

    Ashley rassembla le peu d’affaire qui lui restait et sortit de la salle furieuse. Elle se dirigea droit vers la sortit mais stoppa net en entendant Froy poursuivre leur dispute.

    - T’es plutôt mal placé pour me reprocher ce que je suis devenu ! cria Froy pour se faire entendre

    Ashley fit demi tour pour se diriger vers Froy qui la regardait froidement.

    - Je t’interdis de me mettre ça sur le dos, Froy. Tu ne peux t’en prendre qu’à toi-même !

    - C’est vrai ! C’est ma faute ! J’aurais du mettre un terme à tout ça. Ça m’aurait évité de vouloir tuer Trevor d’avoir coucher avec toi !

    Ashley fit un pas en arrière sonné par un uppercut en comprenant que Froy ne lui mettait pas sur le dos le fait d’avoir intégré un gang mais d’être responsable de l’avoir fait éprouver quelque chose pour elle.

    - Tu es…

    - Ash ! appela Jensen devant l’entrée. Ça va ? On t’a entendu crier depuis dehors.

    - Qu’est-ce que tu lui as fait ! S’énerva Trevor.

    Froy fusilla du regard Ashley avant de s’éloigner sans un regard en arrière.

    - Décidément on ne peut pas te laisser toute seule, soupira Trevor. Pourquoi vous vous disputez ?

    - Pour rien, dit Ashley en prenant la direction de son casier.

    Trevor s’apprêta à répliquer mais la sonnerie lui cloua le bec. Ils attrapèrent leur déjeuner et se sortirent dehors.

    - T’es pas censé avoir un rattrapage de Maths ? demanda Jensen en voyant son ami s’asseoir à table.

    - Merde ! Je vous vois tout à l’heure.

    - À tout à l’heure, répondit Jensen en lui faisant de grand signe.

    Ashley sortit la brique de jus de fruit de son sac tout en essayant de comprendre ce qui venait de se passer en histoire ainsi que dans le couloir. Neurone qui fut vite grillé lorsqu’une odeur de déodorant qu’elle connaissait bien vient lui chatouiller le nez. Elle leva les yeux et vit Froy passer devant elle pour se diriger droit vers son petit groupe où l’accueillit une jolie blonde portant une tenue de pompomgirl.

    - Je n’ai pas eu l’occasion de te dire que j’étais désolé.

    - À quel sujet ? demanda Ashley sans détacher son regard du petit groupe.

    La jeune femme étouffa une insulte en voyant la blonde se frotter contre Froy et lui rouler une pelle devant tout le monde.

    - Ton oncle m’a tout dit.

    - À quel sujet ? répéta Ashley qui sentait son sang bouillir lorsque Froy qui était toujours collé aux lèvres de la blonde regarda dans sa direction.

    - Pour la danse.

    - Je survivrai, répondit Ashley en plantant violemment la paille dans la brique de jus.

    - Si jamais tu as besoin de parler. On est là.

    Ashley sentit la main chaude et réconfortante de Jensen se poser sur la sienne et fut soudain frappé de l’envie de tout lui raconter. Ce qui s’était passé. Ce qu’elle éprouvait. Et la frustration qu’elle prenait soin d’enfouir profondément en elle.

    - Merci, dit-elle finalement.

     

    - Mi sobrina ! cria l’oncle de la jeune femme derrière son bar. Je suis content de te voir.

    - Holà, tío Rulio.

    - Que tu es jolie.

    - Qu’est-ce que tu veux ?

    - Qu’est-ce qui te fait croire que je veux quelque chose ?

    - Tu as envoyé Pietro venir me cherche à 21h du soir, tío.

    - Le musicien qui devait se produire ce soir a été tué hier soir. Il faudrait que tu le remplaces, dit Rulio en lui tendant sa guitare noire.

    - Tu ne peux pas faire comme tout le monde et m’enfermer dans la maison au lieu de vouloir me faire jouer dans un endroit remplie de membre de gang ?

    - Tu t’ennuierais trop si je faisais ça. Et ça irait contre les règles que je me suis fixée.

    - Tu t’es fixée des règles ?

    - Celle de te marier le plus vite possible et de me débarrasser de toi pour enfin vivre ma vie de célibataire.

    - Je te manquerai trop, répondit Ashley en arrachant la guitare des mains de son oncle pour se diriger vers le fond de la pièce destinée à accueillir les musiciens.

    Elle s’assit sur un tabouret, fit courir ses doigts sur les cordes puis se mit à jouer un air de musique avant de se mettre à chanter sous le regard ébahit des clients du bar.

    Je sais que cette histoire s'est finie à cause de moi

    Et ça reste entre les mains de ma mémoire

    Le fait que pendant la nuit je pouvais te voir

    Car je n'ai jamais admis être amoureuse

    Je l'ai toujours su et je n'ai rien dit

    Mon cœur a voulu se cacher

    Les gens diront que je suis folle

    Si je suis folle, c'est parce que tu es dans ma tête

    Je voulais m'obliger à oublier ta bouche

    Et maintenant ma bouche dira que oui tu reviendras

    Tu vas rester

    Parce que je te jure que cette fois je vais prendre soin de toi

    Il manque une seconde partie à notre histoire

    Même s'ils nous disent que cela ne se passe jamais bien

    Tu vas rester

    Je ferai tout pour te faire tomber amoureux de nouveau

    J'ai peur parce que je n'ai jamais pu te remplacer

    Et si tu essaies je te promets que cette fois tu vas rester

    Moi qui suis habituée à regretter

    Je continue d'espérer qu'arrive le jour

    Où tu décideras de revenir me voir

    Moi qui jamais n'ai admis être amoureuse

    Je l'ai toujours su et je n'ai rien dit

    Je voulais le crier et je n'ai rien dit

    Car bien que je sache que je t'ai perdu, je vais te chercher

    Et je sais que je ne pourrai pas dormir jusqu'à ce que je te trouve

    Et j'ai promis à mon cœur de revenir te voir

    Lorsqu’Ashley termina la musique un silence régnait dans la pièce. La jeune femme regarda dans la direction de son oncle qui avait les yeux larmoyants ainsi que son partenaire en affaire. Elle parcourut la pièce du regard mal à l’aise. Tous avaient les yeux rivés vers elle, notamment un regard bleu azur qu’elle n’aurait jamais cru rencontrer dans cet endroit. Froy se tenait assis sur une table avec sur les jambes une fille rousse bien trop occupée à lui lécher le cou. Ashley posa sa guitare puis se dirigea droit vers les toilettes. Sur tous les endroits qu’il y avait dans le quartier il fallait qu’il vienne ici ! Elle tourna la tête et plongea son regard dans le miroir. Quelle était cette façon de le regarder ? Depuis qu’elle connaissait Froy pas une seule fois il l’avait regardé ainsi. Sa façon de la fixer avait quelque chose de paralysant mais aussi d’hypnotisant. Elle secoua la tête pour chasser le désir qui l’envahissait puis ouvrit le robinet d’eau pour se rafraîchir le visage.

    - Qu’est-ce que tu fais ici ?

    Ashley fit un pas à reculons surpris de voir Froy contre la porte. Pourquoi l’avait-il suivit ici ? Elle chercha la rouquine des yeux mais constata qu’ils étaient seuls.

    - Mon oncle m’a demandé de chanter, répondit-elle froidement.

    - Je te demande pourquoi tu es revenue ?

    - Le quartier me manquait. New York est une ville beaucoup trop sure et calme.

    - Tu te trouves drôle ?

    - Assez.

    - Retourne dans ton école de bourge. Ce n’est pas un endroit pour toi ici.

    - Je n’ai pas d’ordre à recevoir de toi. Et encore moins d’un membre de gang, répondit-elle froidement.

    - C’est grâce à des personnes comme moi que tu peux te promener librement dehors sans te faire agresser.

    - C’est plutôt ironique la façon dont tu balances ça, vu comment tu considères les filles.

    - Et comment je les considère ?

    - Comme des objets sexuels.

    Ashley déglutit en voyant une lueur de prédateur apparaître dans ses magnifiques yeux bleus.

    - F ? Qu’est-ce que tu fais ?

    La rouquine qui se trouvait il y a quelques minutes sur les cuisses de Froy entra dans les WC puis alla se coller contre le jeune homme.

    - J’attendais que tu viennes me rejoindre, répondit-il sans quitter des yeux Ashley.

    - Qui est-ce ? Demanda la rouquine en regardant froidement Ashley.

    - Une féministe qui refuse d’être un de mes jouets.

    - Je ne parle pas espagnol, mon cœur, dit-elle en glissant sa main gauche sous le t-shirt du jeune homme.

    Ashley contracta sa mâchoire. Compta jusqu’à 10 dans l’espoir de pouvoir contrôler ses pulsions agressives. Voyant que son décompte s’approchait dangereusement de zéro et qu’elles continuaient même à augmenter, elle préféra de choisir l’option du repli. Elle se dirigea vers la porte et sortie des WC.

    - Ça ne va pas, gamine ? Demanda Pietro derrière son bar.

    - Les mecs ne sont que des enfoirés. En dehors de ça. Tout baigne, maugréa-t-elle.

    - Les mecs qui sont des enfoirés sont en général mal compris par la gente féminine, répondit-il en faisant un clin d’œil avant de s’éloigner pour prendre la commande d’un type chauve plus loin.

    - Salut beauté.

    Ashley leva les yeux vers le miroir qui se trouvait devant elle. Un type d’une vingtaine d’année avec un tatouage de serpent enroulé autour d’un poignards au niveau du cou se tenait derrière elle, et la regardait avec des yeux avides. Elle chercha les autres membres des Familia Serpiente et poussa un soulagement en les voyants tous agglutinés aux mêmes endroits. Avoir affaire à un membre de gang passait encore mais à plusieurs relevait du défi pour s’en sortir sans séquelle et vivant.

    Ashley étouffa une injure en entendant les rires moqueurs du côté des Familia Serpiente. Nul besoin de tourner la tête vers eux pour savoir que toutes leurs attentions étaient dirigées vers eux.

    - Qu’est-ce que tu fais, toute seule ici ?

    - Je joue les féministes, maugréa-t-elle.

    - Si tu veux jouer. J’ai un jeu divertissant à te proposer, ma belle.

    - J’aurais bien proposé, la castration, mais pour ça, il faut avoir ce qu’il faut, là où il faut. Alors que toi… répondit-elle en le détaillant de la tête au pied avec un sourire moqueur.

    - Attends, un peu, salope. Je vais te montrer si j’en ai une ou pas, dit-il en espagnol avant de lui saisir le bras.

    Ashley s’apprêta à se défendre mais fut devancé par quelqu’un. En deux trois mouvements, le latino avec le tatouage dans le cou se retrouva allongé au sol, le nez en sang. Froy se plaça au dessus de lui, et frappa à plusieurs reprises jusqu’à en avoir les mains en sang.

    - Répète un peu pour voir, enfoiré ! dit-il en espagnol.

    La rouquine se dirigea vers Froy et essaya d’attraper de ses deux mains le bras droit du jeune homme mais peine perdu. Elle se retrouva projeté au sol en même temps que le bras de Froy s’affaissait pour frapper une autre fois.

    - Mikey fait quelque chose ! dit-elle au sol affolé.

    - F ! cria le type qui avait donné le surnom de tic et tac à Jensen et Trevor. Il plaisantait ! Laisse le !

    Mikey se positionna derrière Froy, l’enserra puis se redressa, l’éloignant ainsi du type au sol.

    Ashley qui regardait la scène en silence était confrontée à deux sentiments différents. D’un côté, elle était heureuse mais de l’autre elle était furieuse de voir tant de rage et de violence. Elle regarda les mains du jeune homme dégoulinant de sang avec des entailles.

    - Calme-toi, bordel !

    Voyant que le jeune homme était loin de se calmer, Ashley attrapa le tuyau branché au fût de bière derrière le bar, et aspergea Froy au visage. Le jeune homme cligna des yeux furieux vers Ashley mais s’arrêta de se débattre comme un forcené pour échapper à la poigne de Mikey.

    - Lâche-moi, dit Froy d’une voix menaçante.

    Ashley s’apprêta à lui dire de ne surtout pas le faire mais Mikey obéit avant même qu’il n’eut fini sa phrase. Froy attrapa le bras d’Ashley et la tira dans les toilettes sous les appels de la rouquine. Une fois à l’intérieur, il commença à faire les sens pas. Ashley retient sa respiration en voyant le regard assassin que lui lançait le jeune homme. Que pouvait-il bien lui passer par la tête pour le trouver aussi sexy alors qu’il était en ce moment même un dangereux fou furieux… Ashley détacha son regard du sien et s’attarda sur la jointure de ses mains sanguinolentes. Elle se dirigea vers le robinet, attrapa du papier, le passa sous l’eau puis se dirigea vers Froy qui s’arrêta de marcher instantanément. Lorsqu’elle tendit la main, Froy recula avant de se diriger vers le robinet et de se frotter les mains rageusement sous l’eau. Ashley revient à la charge mais cette fois-ci, elle posa sa main droite sur son dos avant de faire courir sa main gauche doucement sur son bras gauche. Ashley sentit le jeune homme se raidir au contact de ses doigts sur ses jointures meurtries. Ses doigts délaissèrent la main gauche de Froy pour s’attaquer à l’autre main. Une fois ses deux mains nettoyées, elle poussa un soupir de soulagement en voyant que tout ce sang n’était pas le sien mais celui de l’autre gars. Seul quelques entailles trônaient fièrement sur ses jointures et commençaient déjà à se refermer. Ashley attrapa du papier puis tamponna ses jointures doucement pour éviter que les entailles ne s’ouvrent de nouveau. Elle s’apprêta à jeter le papier à la poubelle quand la main de Froy lui attrapa le bras l’attirant vers lui avant de l’embrasser à pleine bouche. Ashley lâcha sous la surprise le papier au sol. Elle essaya de ressembler ses esprits pour repousser le jeune homme mais celui-ci refusa de coopérer. Ses bras s’enroulèrent autour de son cou tandis que les mains de Froy se posèrent sur la taille d’Ashley pour la soulever et la mettre sur le pan du lavabo.

    - F ? appela Mikey de l’autre côté de la porte.

    Froy s’éloigna d’Ashley lentement puis plongea son regard rempli de désir dans le sien. Il ferma les yeux deux secondes et lorsqu’il les ouvrit de nouveau toute lueur avait disparu.

    - Quoi ? Demanda-t-il sans quitter des yeux Ashley.

    - On doit filer.

    Froy fit un pas à reculons puis deux sans quitter des yeux Ashley. À croire qu’il prenait la jeune femme pour un prédateur prêt à lui sauter dessus à tout moment. Une fois devant la porte des toilettes, il marqua un cran d’arrêt avant de lâcher :

    - Retourne dans ton école de bourge.

    Ashley regarda le jeune homme disparaître derrière la porte sans un regard en arrière. Que venait-il de se passer ? Elle descendit maladroitement puis contempla son reflet avant de porter ses doigts à ses lèvres enflées.

    - Mi sobrina ? Est-ce que ça va ? Demanda Rulio en passant sa tête à l’encadrement de la porte. Pietro m’a raconté ce qui s’est passé.

    - Je vais bien.

    - Heureusement que ce message circule depuis quelques mois. Je n’ose même pas imaginer ce qui pourrait se passer si ça n’avait pas été le cas, soupira son oncle avant de disparaître derrière la porte.

    Ashley fronça les sourcils essayant de comprendre ce qu’il voulait dire par là. De quel message voulait parler son oncle ? Ashley repensa aux membres de gang qui l’avait qualifié d’interdit ainsi qu’au agissement plus que préhistorique de Froy dès qu’un gars lui proposait d’aller jouer avec leur queue… Serait-il possible que le jeune homme ait fait passer un message de ne pas s’approcher d’elle ? Ashley secoua la tête négativement. Son message était clair. Il ne voulait pas d’elle. Il l’avait bien fait comprendre avec sa façon de la regarder mais aussi avec ses paroles. Ashley posa une nouvelle fois ses doigts sur ses lèvres et repensa au baiser endiablé. S’il ne voulait pas d’elle alors pourquoi avoir fait ça ? Ashley poussa un long soupir avant de franchir la porte à son tour.

     


    votre commentaire
  • Libertad

     

     

    Chapitre 1

     Ashley

     

    Un bruit strident arracha Ashley de sa méditation. Elle tendit la main et tapa sur le réveil pour l’éteindre. Elle compta jusqu’à dix avant de se redresser tout en étouffant un grognement de douleur puis se dirigea vers la salle de bain.Elle attrapa sa brosse à dent et se les brossa tout en contemplant son reflet dans le miroir.Des cernes qui pouvaient rendre jaloux un panda trônait fièrement sous ses yeux. Depuis quand avait-elle passé une bonne nuit ? La jeune femme n’était pas ce qu’on pouvait appeler une grande dormeuse. Elle dormait le strict minimum soit 4 à 5h. Mais cette nuit, elle fut incapable de fermer l’œil de la nuit. Ce n’était pas à cause de l’endroit où elle se trouvait. Ni à cause des échos de coup de feu ou des crissements de pneu de voiture démarrant à fond les ballons. Non. C’était juste à cause du fait qu’elle allait retrouver ses meilleurs amis pour la première fois en deux ans.

    -         Tu vas être en retard à l’école, Chica ! Cria son oncle depuis le salon avec son accent espagnol.

    -         J’arrive !

    Ashley rangea sa trousse à maquillage, s’habilla en quatrième vitesse et se rendit dans la cuisine pour se servir un verre de jus d’orange.

    -         Tu as une sale tronche.

    -         Merci, du compliment, tio Rulio.

    -         De nada, chica, répondit  Rulio en faisant un clin d’œil. Au fait, je risque de rentrer tard ce soir. C’est moi qui fais la fermeture.

    L’oncle d’Ashley avait ouvert un bar « El perdón » en plein territoire de gang avec son ami d’enfance.  Ils avaient donné ce nom en mémoire de leur ami victime de la folie de la guerre des gangs. La jeune femme posa ses yeux sur le bras musclé de son oncle et s’attarda sur son immense cicatrice provoquée par une balle perdue lorsqu’il était adolescent.Où est Froy ?

      -         Sur tous les endroits disponibles sur terre. Il a fallut que vous installiez votre bar en plein territoire de gang…

    -         Il faut bien un endroit pour que toutes les tentions s’apaisent, dit son oncle en se dirigeant vers la porte d’entrée pour voir qui avait sonné.

    -         L’enfer est un très bon endroit pour ça… maugréa la jeune femme.

    -         Hola chicos !

    Ashley posa son verre dans l’évier précipitamment et se dirigea vers l’entrée où se trouvaient Trevor et Jensen.  

    -         Merci d’être passé prendre, mi sobrina.

    -         On ne pouvait pas aller en cours sans notre pleurnicheuse.

    -         Qui tu traites de pleurnicheuse, el perverso ?

    -         Salut mi bella, dit Jensen en serrant Ashley dans ses bras.

    -         Mi bella ? J’ignorai que ton espagnol s’était amélioré.

    -         Tu parles. Il arrive à ne retenir aucun mot. Il m’a demandé de lui traduire avant d’arriver, répondit Trevor en serrant à son tour Ashley dans ses bras.

    -         Tu aurais pu t’abstenir de genre de commentaire, mec.

    Ashley regarda ses deux meilleurs amis se disputer sous ses yeux comme au bon vieux temps puis se rendit compte qu’il manquait celui qu’elle désirait voir par-dessus tout.

    -         Où est Froy ?

    -         Il n’a pas pu venir, répondit rapidement Trevor.

    -         Pourquoi ?

    -         Parce qu’on ne lui a pas dit que tu étais rentrée, répondit Jensen.

    -         Vous…

    -         On ferait mieux d’y aller, poursuivit Trevor en prenant le sac de cours de la jeune femme. Tu n’imagines pas à quel point l’école est devenue stricte depuis qu’il y a eu cette fusillade l’année dernière. Ils ferment les portes 1 minutes après la sonnerie.

    -         Passez une bonne journée, cria Rulio avant que la porte ne se referme.

    Ashley prit le sac de cours que Trevor lui tendait puis se mit à marcher en silence pendant que ses deux meilleurs amis étaient en train de faire les andouilles à côté. Jensen sauta en l’air levant la jambe droite tout en lâchant un bruit de karatéka.

    -         Froy est mort ?

    Les deux jeunes hommes stoppèrent net avant de se tourner vers Ashley.

    -         Bien sur que non ! répondit Trevor.

    -         Ça tu n’en sais rien, répondit Jensen en se grattant au dessus de son oreille droit.

    -         La ferme, tejón.

    -         Blaireau toi-même, maugréa Jensen.

    -         Tu es…

    -         Ça suffit ! s’énerva Ashley. Vous allez me dire immédiatement...

    -         Oh. Oh.

    Ashley se tourna vers Trevor qui était en train de regarder une fresque sur un mur où un aigle tenait dans ses serres un serpent.

    -         On est sur le territoire des SouthBloods.

    Un frisson parcouru Ashley de la tête au pied en entendant le nom de ce gang qui était réputé pour être les plus sanguinaires.

    -         On ferait mieux de déguerpir et vite.

    Ils firent demis tour immédiatement et marchèrent le plus vite possible pour s’éloigner de la ruelle quand une voiture noire flambant neuve s’arrêta devant eux. Quatre latino descendirent de la voiture et affichaient tous des visages menaçants. D’instinct, Trevor et Jensen se postèrent devant Ashley pour la protéger et faire en sorte qu’ils ne la remarquent pas. Chose assez difficile étant donné que Trevor mesurait 1m58 et que Jensen était aussi musclé qu’un bout de saucisse sèche. Les deux latinos qui se trouvaient à l’arrière de la voiture se postèrent derrière les jeunes gens pendant que le chauffeur s’approcha d’eux en les toisant de la tête aux pieds avec un regard de tueur en série.

    -         Qu’est-ce que vous foutez là ? Demanda-t-il en espagnol. 

    -         On s’est perdu, répondit Trevor dans la même langue.

    Le latino avec le banda jaune qui se trouvait sur le siège passager et qui ne cessait de déshabiller du regard Ashley passa sa langue sur ses lèvres avant de lâcher :

    -         Je ne dirai pas non qu’elle vienne se perdre sur mon énorme queue.

    -         Faudrait d’abord que tu en aies une, ne pu s’empêcher de lâcher la jeune femme.

    -         Viens là, espèce de salope. Je vais te montrer que j’en ai une.

    Le bandana jaune fit un pas dans sa direction mais fut stoppé net par le chauffeur.

    -         Elle est interdite.

    À ses mots le bandana jaune se raidit avant de marmonner une injure et de rentrer dans la ruelle suivit par les deux gorilles qui se trouvaient derrière eux.

    -         Déguerpissez. Et évitez de vous mettre de nouveau dans ce genre de situation, dit le chauffeur en plongeant son regard dans celui d’Ashley avant de rejoindre ses collègues.

    Ashley et Trevor attrapèrent chacun un bras de leur ami qui essayait de décrypter la conversation puis s’éloignèrent le plus loin possible.

    -         Je peux savoir ce qui s’est passé ?

    -         Rien de spécial. Juste que notre amie ici présente à des idées suicidaires !

    -         Qu’est-ce qu’elle…

    -         Je peux savoir ce qui t’a pris ?!

    -         Désolée. C’est sorti tout seul.

    -         C’est sorti tout seul ? Tu as oublié où tu étais ? Tu n’es plus à New York. Ce genre de phrase peut entraîner notre mort.

    -         Qu’est-ce qu’elle…

    -         Je sais très bien tout ça !

    -         On ne dirait pas !

    Trevor ferma les yeux et prit une grande inspiration pour essayer de retrouver son calme.

    -         Mais qu’est-ce que tu…

    -         Il a voulu dire quoi par « elle est interdite » ? Demanda Ashley qui regardait dans la direction qu’avaient pris les quatre latinos.

    -         Qu’est-ce que j’en sais ? Il a du trouver que tu étais laide comme un pouls alors il a déconseillé son pote de te sauter.

    -         Va te faire, Trevor.

    -         Vous allez me dire ce qui s’est passé à la fin ! cria Jensen en tapant du pied.

    Trevor leva les yeux au ciel avant de lui répondre. Une fois le récit achevé, Jensen se tourna vers Ashley et ajouta d’une voix sérieuse :

    -         Ce n’est pas bien ce que tu as fait, Ash.

    -         Lâche moi la grappe, Jensen. Ce type m’a regardé comme si j’étais un morceau de barbaque.

    -         Ce genre de gars a toujours considéré les filles comme des morceaux de barbaque. Ce n’est pas nouveau ! Tu devrais le savoir depuis le temps ! répondit Trevor en la fusillant du regard.

    -         Désolée d’être devenue féministe en deux ans !

    -         Bah lâche ta féministerie à la poubelle.

    -         Ce mot n’existe pas, Trevor.

    -         La ferme, tejón !

    Les deux garçons continuèrent à se disputer jusqu’au chemin de l’école.

    -         Allez-y devant. Je dois passer au secrétariat.

    -         Non ! Répondirent en cœur les deux jeunes hommes.

    Ashley plissa des yeux et regarda tour à tour ses deux amis. Pour une raison qu’elle ignorait elle se doutait qu’ils lui cachaient quelque chose. Et elle mettrait sa main à couper que ça concernait Froy.

    -         Il vaut mieux qu’on aille avec toi. Avec le coup que tu as fait tout à l’heure, tu pourrais te faire planter avant d’atteindre la porte du bureau d’administration, poursuivit précipitamment Trevor en la poussant vers le bâtiment.

    -         Le bureau d’administration est de l’autre côté.

    Ashley aperçut le regard furtif de Jensen derrière elle. Elle s’apprêta à regarder ce qu’il avait repéré mais Trevor la tira en avant, l’obligeant à marcher.

    -         C’est un raccourci. Ramène-toi où on va être en retard en cours.

     

    La matinée passa sans encombre. À son grand étonnement, elle n’était pas aussi larguée qu’elle avait pensé. Après deux années à s’entraîner non stop et en suivant des cours par correspondance, elle avait douté plus d’une fois de ses aptitudes scolaires. Elle sortit son déjeuner de son casier puis se dirigea vers ses deux amis qui ne l’avaient pas quitté d’une semelle.   

    -         Je ne comprends pas pourquoi ils nous font chier avec ses maths. Comme si ça allait nous servir dans le futur, maugréa Trevor en balançant son devoir à la poubelle.

    -         Mon père s’en sert bien au restaurant.

    -         Je ne compte pas être propriétaire d’un restaurant poulet comme toi.

    -         C’est vrai. Tu comptes vivre d’amour et d’eau fraîche.

    -         Au moins, je ne sentirai pas le poulet quand je rentrerai chez moi, tejón !

    Ashley se dirigea sur la table à sa droite mais stoppa net en sentant un regard sur elle. Elle tourna la tête lentement et retient sa respiration lorsque ses yeux rencontrèrent des yeux bleu couleur océan. Ashley détailla le propriétaire de ses superbes yeux et retient sa respiration devant ce magnifique spectacle. Ce n’était pas le corps musclés du jeune homme qui l’a laissé pantoise, ni ses cheveux châtains clair en pagaille qui lui donnait un côté rebelle pas réveillé. Ce n’était pas non plus sa mâchoire virile et son visage angélique. C’était parce qu’elle avait devant elle, la personne qui l’obsédait depuis deux ans.

    -         Froy, lâcha-t-elle avant de faire un pas dans sa direction.

    Ashley était tellement obnubilé qu’elle n’aperçut pas ses meilleurs amis se raidir en entendant son prénom. Elle ne réagit pas non plus lorsqu’ils lui attrapèrent le bras pour la tirer à l’intérieur.

    -         C’est Froy ! dit-elle en se dégageant de leur main les faisant arrêter à quelques pas devant la porte du bâtiment.

    -         À ta place, j’éviterai, dit Jensen en jetant des coups d’œil furtif vers Froy.

    -         Tu éviterais quoi ?

    -         Froy. Il est…

    -         Un chien enragé, acheva Trévor.

    -         Vous êtes complètement barge…

    -         C’est un Sanchez ! lâcha Jensen subitement.

    -         La ferme, tejón !

    -         Elle le saura tôt ou tard.

    -         Que je saurais quoi ?

    -         Froy a rejoint le gang des Familia Serpiente.

    Ashley se figea en tendant le nom du gang de la famille de Froy. Son frère avait été atteint le grade de chef à la mort du père de Froy. Ce gang était réputé pour leur sadisme et leur méchanceté. Ashley secoua la tête négativement.

    -         Froy n’aurait jamais rejoint un gang. Il l’avait promis à sa mère. Ils nous avaient fait la promesse.

    -         Bah c’est à croire que ses promesses ne sont que du vent, répliqua Trévor.

    -         Vous vous m’éprenez.

    -         Oh je te rassure. La première fois que ses potes nous sont tombés dessus, on pensait qu’il s’agissait d’une erreur mais quand ils ont récidivé la seconde fois, on a très vite compris que ça ne l’était pas, répondit sarcastiquement Trévor.

    -         Froy a vite gravit les échelons un à un. Les types qui sont autour de lui, le suivent comme des petits toutous.

    Ashley se retourna et regarda les types qui étaient autour de Froy. Tous arboraient des bandeaux autour de leur tête mais aussi un tatouage sur lequel était dessiné un serpent enroulé autour d’un poignard.

    -         Des rumeurs disent qu’il est destiné à être le futur chef des Familia Serpiente, poursuivit Jensen.

    -         Il ne fait plus parti de notre monde, Ash. Il vaut mieux que tu l’oublies et que tu l’évites comme la peste.

    Ashley reporta son attention vers Froy. Celui-ci poussa la fille latino à moitié vêtue qui s’était installé sur ses cuisses puis descendit de la table tout en continuant à fixer Ashley du regard.

    -         Okay. On se barre et vite. Ses gugus nous ont repéré, dit Jensen paniqué.

    À ses mots, Ashley détacha son regard de Froy et constata que Jensen disait vrai. Les gorilles assemblés autour de leurs amis d’enfance étaient tournés vers eux et se fendaient la poire. Nul besoin d’être un médium pour savoir que c’était de eux qu’ils se moquaient. Le sang d’Ashley fit un demi-tour en voyant Froy se marrer à son tour.

    -         Espèce de…

    Ashley s’apprêta à se diriger vers le petit groupe, mais Jensen et Trevor lui attrapèrent chacun un bras pour la tirer à l’intérieur du bâtiment.

    -         Lâchez-moi ! Je vais lui faire ravaler son sourire à la con. Cabrón ! cria-t-elle.

    -         Le traiter d’enfoiré ne changera pas ce qu’il est devenu, Ash.

    -         Ni de lui sauter dessus aussi, rajouta Jensen.

    -         Non, mais ça soulage !

    -         C’est pour cette raison qu’on a rien voulu te dire ! On savait que tu allais disjoncter en apprenant la nouvelle.

    -         Je ne disjoncte pas !

    -         Non. Tu allais juste te battre avec un membre des Familia Serpiente ! Je n’imagine même pas ce qui se serait passé si on ne t’avait pas arrêté.

    -         Trevor a raison. Froy a changé, Ash. C’est devenu une brute sanguinaire. Crois-moi. Il vaut mieux que tu l’évites.

    Ashley tourna la tête vers Froy. Celui-ci était retourné s’asseoir sur la table et était scotché aux lèvres de la fille latino.

     

    Les paroles de Jensen ne cessait se répercuter dans son cerveau. Lui demander d’éviter Froy était comme lui demander de ne plus respirer, c'est-à-dire impossible.

    Ses meilleurs amis ignoraient ce qu’elle ressentait pour Froy. Elle avait mis un point d’honneur à ne pas les informer car ils n’auraient jamais compris. Pour eux, une amitié ne pouvait être franchit. Ils voyaient Ashley comme une sœur et penser autrement serait un blasphème pour eux. Elle porta machinalement sa main à sa croix et se souvient du moment où ils s’étaient achetés tous les 4 la même croix se promettant d’être les meilleurs amis pour la vie. Ils avaient à ce moment là 6 ans.

    À cet âge là, on ignore encore ce qu’est la vie. Les hormones sont en modes « Off » on ne pense qu’à s’amuser et à provoquer l’autorité parentale.

    C’est à ses 13 ans que les hormones d’Ashley s’étaient mises à lui jouer des tours.

    Soit le jour de l’anniversaire des 18 ans de Tyliana, la sœur aînée de Trevor.

    Pour ce jour là, ils avaient du enfiler des tenues décentes après avoir reçu des menaces de Tyliana. Ashley avait du passer sous les mains expertes de la jeune femme. Les garçons eux avaient  réussi à l’esquiver et avait mis en quatrième vitesse les costumes que la grand-mère de Trevor avait fabriqués de ses mains.

    Ashley avait pouffé de rire en voyant l’accoutrement de Trevor et Jensen. Rire qui c’était vite évanouis lorsque ses yeux s’étaient posés sur Froy. Sur le moment, elle s’était demandée ce qui le rendait aussi différent. Elle s’était attardée sur ses cheveux en bataille, ses yeux bleus qui lançaient des éclairs furieux, son costume parfaitement taillé, sa chemise à moitié boutonnée et sa cravate à moitié nouée. Elle se souvient encore de la réaction de son corps mais aussi de son cœur lorsqu’elle avait compris que toutes ses choses avaient rendu Froy Sanchez irrésistible à ses yeux.

    Ashley tourna la tête vers l’horloge qui affichait bientôt 18h. Il ne lui restait plus que 10 minutes pour sortir de la piscine et s’habiller avant que le cours de rattrapage des garçons ne se termine. Elle plongea sous l’eau, refit surface et se dirigea vers l’escalier pour sortir de l’eau.

    -         J’avais cru avoir une hallucination lorsque je t’ai vu tout à l’heure.

    Ashley attrapa la serviette qui se trouvait sur la chaise à côté d’elle, s’enroula dedans puis se tourna après avoir été certaine de contrôler les réactions de son corps.

    -         Et moi, j’ai cru frôler l’infarctus lorsque j’ai appris que t’avais rejoint un gang, répondit Ashley en plongeant son regard dans le sien.

    -         Ma vie est devenue compliquée après ton départ.

    -         Tu m’en diras tant…

    Froy se passa la main dans les cheveux comme à son habitude lorsqu’il était nerveux.

    -         Tu comptes repartir bientôt ?

    -         Pourquoi ? Tu as peur que je vois tes exploits ou ceux de tes petits copains ?   

    -         Le gang a changé depuis ton départ.

    -         Va dire ça à Trevor et Jensen qui font que se faire persécuter par tes brutes. Ou encore à la gamine qui a été tuée par une balle perdue, il y a un mois, répliqua froidement Ashley avant de se rendre au vestiaire.

    Elle attrapa ses affaires dans son casier tout en lâchant des injures à l’encontre du jeune homme mais aussi contre elle ou plutôt contre son traître de corps qui avait été à deux doigts de la trahir. Elle avait du rassembler tout son courage lorsqu’il avait passé sa main dans ses cheveux. Son corps lui criait son envie de le toucher également. Ashley ferma son casier brutalement avant de sortir par la porte de derrière.

    -         Tu en as mis du temps ! Qu’est-ce que tu faisais ?

    -         Rien d’important. Où est Jensen ?

    -         Il attend devant le portail.

    -         Pourquoi ?

    -         Il n’était pas rassuré de voir autant de membre de gang dans un même endroit. 

    -         C’est vrai que rester devant le portail, c’est beaucoup moins dangereux…

    -         Vous en avez mis du temps !  

    -         T’avais cas rester avec moi à attendre Ash.

    -         C’est ça. Et risquer de se faire prendre dans une fusillade ?

    -         Ça s’est passé il y a un an, soupira Trevor.

    -         C’est endroit grouille de membre de…

    -         Regardez les gars. Tic et Tac sont de sortis, ricana une voix dans leur dos.

    Les trois jeunes gens se tournèrent et se trouvèrent face à 8 latinos, tous aussi musclé les uns que les autres. Trevor et Jensen se postèrent devant Ashley en tremblant de la tête au pied mais ne faillirent pas devant les sourires sadiques de leurs interlocuteurs.

    -         On dirait qu’ils ont dégotés une belle plante, dit en espagnol le type à côté de celui qui avait traité les garçons de Tic et Tac.

    -         Ça te dirait de venir avec nous, t’amuser un peu ?

    -         Ouais. J’ai besoin que quelqu’un mastique le manche, dit le type qui était derrière.

    Ashley posa son sac et s’apprêta à sauter dessus pour l’émasculer mais quelqu’un la devança en premier. Le latino se retrouva projeté au sol avec la lèvre sanguinolente. Froy se plaça devant lui, lui attrapa le t-shirt et frappa encore et encore jusqu’à ce que son visage ne soit plus qu’en bouillie.

    Ashley se figea lorsque les yeux de Froy se posèrent sur elle. Une lueur furieuse brillait dans ses iris. Sans comprendre se qui se passait, Froy fonça vers la jeune femme en prenant soin de bousculer Trevor et Jensen. Une fois à sa portée, il lui attrapa le bras et la tira violemment plus loin vers une voiture noire.

    -         Tu te rends compte de ce que tu t’apprêtais à faire ? s’emporta Froy une fois assez loin du groupe

    -         Oui, j’allais lui envoyer mon pied dans ses valseuses !

    -         Ces gars ne sont pas des enfants de cœurs !

    -         Toi non plus à ce que je vois.

    Ashley déglutit en voyant Froy fermer les yeux et contracter sa mâchoire. 

    -         Monte. Je te ramène chez toi avant que tu te fasses tuer, dit-il en ouvrant la portière passager.

    -         Sans façon.

    -         Je t’ai dit de monter.

    -         Et moi, je t’ai dit non.

    -         Ne m’oblige pas à t’y mettre dedans de force.

    -         J’aimerai bien voir ça, dit-elle en croisant ses bras sur sa poitrine tout en le fusillant du regard.

    -         Tu…

    -         Mon bébé. Est-ce que ça va ? Mikey m’a dit que tu t’étais battu avec Salvatore.

    La fille à moitié vêtue bouscula Ashley et attrapa la main de Froy pour l’examiner en détail.

    -         Ça doit faire mal, non ?

    -         Il n’y a qu’une seule chose qui puisse me faire du mal, répondit le jeune homme en regardant Ashley droit dans les yeux.

    -         Ash. Allons-y, dit Trevor en prenant la main de la jeune femme.

     

    -         Il va vraiment falloir que tu apprennes à te calmer, rouspéta Trevor.

    -         Je n’ai rien fait !

    -         Essaye de faire gober ça à quelqu’un d’autre !

    -         Trevor a raison. Si Froy n’avait pas fracassé la tête de ce type, dieu seul sait ce qui se serait arrivé.

    -         Je vais te dire ce qui se serait arrivé. On serait à la morgue !

    -         Pourquoi tu en fais tout un plat ?

    -         Je croyais que ce qui s’est passé ce matin t’avait servit de leçon. C’est faire trop de saut de biche qui t’a retourné le cerveau ?

    -         Va te faire voir, Trevor.

    Trevor sortit les clés de sa poche et ouvrit la porte de chez lui avant de crier.

    -         Je suis rentrée, abuelita !

    -         Abuelita est sortie.

    -         Salut Elena, dit Jensen en se dirigeant droit dans la cuisine.

    -         Salut.

    -         Oh. C’est vrai. Elena, ma cousine. Ash, ma meilleure amie suicidaire.

    -         Trevor m’a beaucoup parlé de toi.

    -         N’importe quoi !

    -         Tu es en vacance parmi nous ?

    -         Non. Je suis revenue.

    -         Tu as abandonné ton école de danse ? demanda Elena surprise.

    -         On peut dire ça comme ça, oui.

    Ash se dirigea dans le salon et attrapa la bouteille d’eau que lui tendait Jensen.

    -         Alors ? On joue à quoi ? Call of Duty ? Zombie contre attaque ? Ou Super Mario Kart.

    -         Super Mario Kart, répondit Jensen en allumant la console.

    Ils jouèrent ainsi pendant plus d’une heure avant l’arrivé de la mère de Trevor. Dès qu’elle franchit la porte les bras chargé de course qu’une sirène retentit. Ashley se dirigea à la fenêtre et regarda une voiture de police passer dans le quartier sirène hurlante, crachant l’ordre de rester confiné dans les maisons.

    -         Vous n’avez rien les enfants ?

    -         On va bien. Qu’est-ce qu’il se passe ?

    -         La police doit rechercher quelqu’un. Il y a eu une fusillade dans le quartier Nord.

    Le sang d’Ashley se glaça en entendant cette nouvelle. Le bar restaurant de son oncle se trouvait dans ce secteur. Elle attrapa son téléphone et constata qu’elle avait un message de celui-ci lui disant qu’il n’avait rien.

    -         J’espère qu’un de ses enfoirés est mort, Dit Trevor en faisant semblant de cracher au sol.

    Mme Cruz attrapa le journal posé sur la table et frappa son fils avec.

    -         Surveille tes manières !

    -         Aïe !

    -         Les enfants, prévenez où vous êtes. Pendant ce temps, je vais vous faire à manger.

    Deux heures plus tard, le confinement n’était pas levé. Mme Cruz ordonna donc à Jensen et Ashley de dormir chez eux. Jensen pris donc la direction de la chambre de Trevor et Ashley l’ancienne chambre de Tyliana où séjournait Elena.

    -         Pourquoi tu me regardes comme ça ?

    -         Surtout ne te vexe pas mais vu la description que Trevor me faisait de toi, je t’imaginais pas du tout comme ça.

    -         Et comment tu me voyais ?

    -         Comme quelqu’un qui mesure 1m80 et qui pèse dans les 40 kilos.

    -         C’est ce qu’on appelle des préjugés envers les danseurs. Je mesure 1m56 et pour ta propre sécurité, je ne te dirai pas mon poids.

    -         Dans ce cas là, je ne te dirai pas le mien non plus.

    -         Je sens qu’on va bien s’entendre.

    -         Tu attends un appel ?

    -         Quoi ?

    -         Je te vois regarder ton téléphone toutes les 30 secondes.

    -         Je… Disons qu’en quelques sortes… j’espérai oui, avoua Ashley.

    -         D’un garçon ?

    -         Il n’y a pas à dire, tu es douée pour entamer des discussions gênantes.

    -         Intéressant.

    -         Quoi ?

    -         Trevor m’a relaté ta vie en détail et pas un seul instant il a fait référence à un garçon.

    -         Il t’a relaté ma vie ? Qu’est-ce qu’il a dit ?

    -         Que tu vivais chez ton oncle, que tu étais intelligente, douce, et douée pour la danse. Je te dis pas comment il a réagit d’ailleurs lorsqu’il avait appris que tu avais été accepté dans ton école de surdouée. Il était tellement fier. Même si à un moment, il a eut peur que tu puisses les oublier.

    -         Comme si j’aurais pu les oublier…

    -         Je l’aurais fait à ta place ! Si j’avais le choix de me barrer d’ici, je m’accrocherai à ce rêve et ferait tout pour que ça marche.

    -         Parfois les rêves finissent par se briser, dit Ashley le regard perdu vers la fenêtre.

    -         Ce n’est pas vrai ! Tu as abandonné après être tombée enceinte de ce fameux gars dont tu attends un appel ?

    -         Non !  Où est-ce que tu es allée chercher une idée pareille ?

    -         Il s’est passé quoi alors ?

    -         J’ai eu une double fracture de la cheville après avoir été renversé par une voiture.

    -         Aïe, c’est moche.

    -         C’est le moindre qu’on puisse dire, oui…

    -         Tu sais ce qui te reste à faire ?

    -         Non. Mais je sens que tu vas me le dire.

    -         Te trouver un autre rêve !

    -         Tu balances ça comme si tu enlevais une paire de chaussette crade.

    -         Sans rêve, on ne se fixe pas de but et sans but on devient amère et suicidaire comme tu l’es en ce moment.

    -         Je ne suis pas amère et suicidaire.

    -         Trevor m’a raconte ce qui s’est passé aujourd’hui. Si t’a pas des pulsions suicidaires alors moi je suis la présidente de Cuba.

    Ashley ne ferma pas les yeux de la nuit car elle ne cessait de se passer en boucle la conversation qu’elle avait eut avec Elena. C’est vrai qu’elle était impulsive. Pour dire la vérité, elle l’avait toujours été mais ses temps-ci ses pulsions la faisait perdre totalement le contrôle, au point de n’avoir plus rien à faire des conséquences. Elle attrapa son portable et regarda sa messagerie dans l’espoir de recevoir un de ses SMS. Dans le passé lorsqu’ils étaient éloignés les uns des autres lors d’un confinement, le premier réflexe était de s’envoyer des messages. Un message suffisait à rassurer Jensen et Trevor mais pas Froy. Le jeune homme envoyait des SMS à faire saturer son téléphone jusqu’au lever du confinement. Elle ouvrit l’application des images et regarda les photos. Sur chacune d’elle se trouvait ses meilleurs amis. Elle s’arrêta sur la photo prise lors des 18 de Tyliana. Froy tendait la main vers l’appareil photo et souriait faisant ressortir ses deux adorables fossettes. Ashley poussa un long soupir avant d’éloigner les couvertures et de se diriger hors de la chambre pour se rendre dans la chambre des garçons. Elle trouva Jensen sur le matelas au sol, les bras et les jambes en étoile de mer, le t-shirt remonté en haut de son ventre et le drap à ses pieds. Elle se pencha puis remis le draps sur Jensen avant de se rendre dans le lit de Trevor.

    -         Tu te rends compte qu’on a plus 6 ans, dit Trevor d’une voix endormie. 

    -         Les choses étaient moins compliquées à ce moment là, soupira Ashley.

    -         Quelque chose ne va pas ?

    -         Tu crois qu’il va bien ?

    -         On s’en fou de comment il va, Ash, dit Trevor en se redressant. Il a choisi son gang à nous. C’est sa merde. Pas la notre !

    -         C’est notre ami.

    -         C’était notre ami, rectifia Trevor. Écoute. Je sais que c’est dur à encaisser mais il va falloir que tu t’y fasses. Froy n’est plus le Froy que tu connaissais.  

    Ashley repensant au visage furieux du jeune homme lorsqu’il était en train de passer à tabac un type de son gang, à ses mains en sang et à son regard glacial. Que lui était-il arrivé pour tourner ainsi ? Et pourquoi avait-il rompus la promesse qu’il avait faite à sa mère et à eux ? Elle ouvrit la bouche pour poser ses questions à Trevor mais se ravisa voyant très bien que le sujet Froy était devenu tabou pour le jeune homme. Ashley attrapa son portable ouvrit l’application des messages sélectionna le nom de Froy puis descendit dans le compartiment d’en dessous.

    À : Froy

    Tu es vivant ?

     

    Elle regarda cette phrase pendant 10 minutes puis décida finalement de l’effacer. À quoi bon lui demander ? Trevor avait raison. Froy n’était plus celui qu’elle avait connu. Car si ça avait été le cas, il lui aurait envoyé des messages dès que les sirènes avaient retenti. Hors sa messagerie était vide. Elle ferma son téléphone et essaya de dormir.


    votre commentaire
  •  
     Froy Sanchez 

    Gang

     

    Trevor Cruz

    Gang

     

    Jensen Grove

    Gang

     
    Rulio

    Gang

     

    Féliz    

    Gang

     

    Ashley Alvarez

     

     


    votre commentaire